Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! (voir : http://dogmazic.net/irc )

Compte-rendu 22/01/2005 de Marianne - bookeuse GODON

Salut,

je poste ci-dessous le compte-rendu de Marianne dans la partie privée, parce qu'elle y évoque des questions qui n'ont à mon avis pas forcément d'interêt pour la partie publique. je crois qu'il est bon de tenir compte de ses remarques, comme elle le dit assez critiques, mais bon... pour info, elle a travaillé pendant deux ans sur l'orga et le booking d'un groupe de reggae qu'à grave cartonné en 2000/2001, ceci pour dire qu'AMHA, elle sait de quoi qu'elle cause...
Bilan général :
La soirée s'est bien passée, il n'y a pas eu de problème majeur.

Bilan Personnel :
Suffisant pour un partenariat ou un soutien ponctuel ou local. J'avoue
une certaine déception concernant le professionnalisme des partenaires
(cohésion des discours, organisations et objectifs ...)

Je vais procéder par étapes:

Points positifs :
- retombées médiatiques : EXTRA - (BIG chapeau à JOH ...)
- bon accueil et avis du public
- importance du soutien du réseau "libre" (Italie, etc...)

Points moyens :
- manque de professionalisme dans le déroulement
- GODON a joué en dernier et seulement 40 mn (sympa pour l'invité!)
- changements de dernière minute des horaires balances / timing sur scène

Point critiques :
- incohérence de discours dans les relations avec les médias
(dans vos relations médiatiques, j'ai noté un
certain oubli de mentionner le soutien de la part du groupe GODON)?
C'est le minimum de retour quand même, non ?
- concert prévu depuis plus d'un mois et vous avez
saisi l'occasion de l'événement pour lancer votre plate forme ... ok super
mais d'une démarche et esprit collectifs, vous avez devié sur l'exclusif
(personnellement je crois que le concept et la force du réseau libre sont dans l'unité de ses liens)
- manque de "sérieux" dans la régie générale, en plus des sets , ce
sont des petits détails : du respect du matos (cables, niveaux, etc.),
service boisson insuffisant, mais aussi pas de bouteilles d'eau (danger de sécurité scénique des carafes d'eau),
manque de liens ou référents de l'organisateur entre les différents acteurs, artistes, asso et salle.

- dernier point : même si on était pas là pour des objectifs financiers
... je ne comprend pas trop vos comptes - nombre d'entrées précises entre payantes et gratuites - mais aussi au
niveau des frais de fonctionnement: budget asso / concert comptabilisés ensemble ... )

J'espère que vous comprendrez ces commentaires ...
Certes très critiques ...
Ce sont des conseils d'organisation, qui devraient servir à améliorer les choses

Le 26/01/2005
@+
Marianne

Réponses

  • Attention tout de même : si tout le monde se met à singer les tics des professionnels de la profession, et en particulier dans le lissage aseptisé du discours et des "relations médias", il ne restera plus de place pour cet "autre monde" qu'on espère tous, et qui ne naîitra pas des réflexes des "professionnels" au sérieux si irréprochable... mais si ennyeux, grand dieux, si ennuyeux... J'attire votre attention sur une considération à mes yeux triviale, mais fondamentale : si autour du libre se mettait en place le même type de condition d'exercice "professionnel" et "communiquant" de la culture comme "métier", alors ce serait la fin du libre, et de tout espoir de réelle liberté (intellectuelle et artistique).

    Vive le bordel, vive l'amateurisme, et merde à la communication ! (faut bien compenser un peu...)

    +A+
  • ah Drone, que voilà une bien belle envolée toute pleine de recommandation :D

    C'est presque comme si tu prônais l'amateurisme et le bordel avec le même sérieux que tu dénonces chez le pro

    :lol:

    je force un peu le trait mais guère...

    Sans déconner, je ne vois pas en quoi le libre devrait être amateur ou bordélique. si on parle de gestion, ben y a pas de soucis, on peut faire des choses de manière trés pro dans une ambiance parfaitement détendu et fraternelle, voire même. je répète, pro à mon sens, ne signifie pas ennuyeux ou encore aseptisé, mais efficace.

    un peu comme un ouvrier ou un artisan qui aime le travail bien fait.

    Ceci dit, je ne suis pas du tout d'accord avec toi quand tu dit
    Vive le bordel, vive l'amateurisme, et merde à la communication !
    c'est là tout l'enjeu AMHA. et de toute façon, tu peux dire ce que tu veux, si tu dois organiser un concert avec trois quatre groupes dans un lieu un peu costo, avec light et gros son, si tu te tapes la commission de sécu, tu paux toujours dire "vive le bordel", ton concert n'auras pas lieu, point. D'autre part, à l'Inca, les conditions de sécurité sont inexistantes. le danger est partout: électrique, hydraulique, problème d'évacuation en cas de pépin, etc...
    dans ce genre de config, c'est toujours après, quand l'incident bien crado et grave est arrivé, que tout le monde dit "oh la la, quand même, il faudrait que..." et avant "vive le bordel?" Mon c... trop gros passera pas faut pas troiller comme ça c'est pas bien drone

    :arrow:
  • dogood" a dit :
    Mon c... trop gros passera pas faut pas troiller comme ça c'est pas bien drone

    Mais pourquoi serait-ce du troll ? C'est une réelle position philosophique que la mienne, qui consiste à refuser le diktat de l'homogénéité du discours : c'est au prix d'un certain bordel discursif et du refus de ce que nous impose le marché (qui n'est pas qu'une économie, mais également une idéologie, dôté d'une rhétorique, celle du "professionalisme" et de la "communication") que se conquière la liberté de remettre en cause les cadres du marché. Mais si notre premier réflexe, ici, est de singer l'ensemble des comportements induits par le marché, sa soi-disant "cohérence" communicationnelle (qui n'est qu'un euphémisme pour parler du mépris du public et de la haine des différences), alors nous n'irons que là où le marché voudra bien que nous allions, à savoir : être de bons petits soldats, bien militarisés dans leur tronche, du libéralisme. Le rock, le punk, le jazz et la techno en sont pleins, de ces bons petits soldats du libéralisme, planqués derrière leurs uniformes de rebelles...

    Je suis (avec d'autres) à l'origine d'une manifestation internationale, la Nuit des meutes, qui avait pour but principal de lutter contre cette uniformisation de la pensée qu'on appelle "professionalisme", ou "communication", et qui revendiquait haut et fort les vertus de l'amateurisme des pratiques culturelles. Je n'aurais pas fait tout ça, je n'aurais pas passé des mois dans cette organisation, si derrière il n'y avait pas pour moi un enjeu fondamental, un enjeu et des valeurs morales et politiques, que je ne retrouve pas dans le discours sur le "professionalisme". Merci de repsecter aussi MA diversité, et merci de ne pas chercher à imposer ton point de vue comme le seul valable, en disqualifiant le mien au motif que ce ne serait que du "troll". Et n'oublie pas que le libre que tu revendiques, il existait avant que tu y penses, et qu'il a été mis en oeuvre et pratiqué, au plan musical, par des amateurs dont la préoccupation n'est pas forcément la sacro-sainte "professionalisation" de leur pratiques. Donc, ce libre que tu défends, il dépend aussi de conditions d'existence et d'émergence qui n'ont pas à être méprisées : que tu n'y adhères pas c'est une chose, mais que tu disqualifies en bloc les arguments de ceux qui y croient en est une autre.

    +A+
  • ouuuuOOlé! ça y est, me voilà rangé dans la case de ceux qui sont arrivés après, et qui discréditent ouvertement le bla bla du bidule du machin... et de mon temps, c'était pas comme ça et...ouuuuOOlé!!

    Il me semble que tu as tres legerement eludé mes remarques concernant les aspects "sécurité des personnes". ce n'était qu'un exemple que je donnais. je ne me place pas sur le terrain du 'j'ai raison et tu as tort", car à vrai dire, je m'en fous.

    Nous communiquons. Bon, jusque là pas de problème.
    singer l'ensemble des comportements induits par le marché
    Désolé, rien à foutre du marché, pour moi, monter une manifestation de manière à ce que la sécurité minimale du public et des gens qui bossent soit assurée est LA condition incontournable. Appelles ça comme tu veux, peu importent les termes, si tu veux boulonner du 12 tu prends pas une clé de 14. tu fais ce que tu veux, tu me traites de professionnel singeant les réflexes du truc, je m'en tape, je prends une clé de 12 pour serrer du 12, et ça tombe pas sur la gueule du premier venu.
    Pour en revenir à l'organisation d'évènements musicaux, c'est bien quand il y a des bouteilles d'eau qui ferment à la place de carafe posées sur les amplis. c'est du même ordre.
    merci de ne pas chercher à imposer ton point de vue comme le seul valable, en disqualifiant le mien au motif que ce ne serait que du "troll"
    t'aurais-je vexé? il n'y a pas lieu, pourtant. le troll est une petite bestiole plutot amusante, qui se ballade beaucoup sur les hiérarchies fr. entre autre. On peut jouer avec, il n'est pas dangereux. oui, je sais il existait avant que j'en parle, mais bon, excuses-moi, cet argument m'emmerde, et de plus, je n'ai aucun égard à l'âge ou à l'expérience!

    :lol:
    Donc, ce libre que tu défends, il dépend aussi de conditions d'existence et d'émergence qui n'ont pas à être méprisées : que tu n'y adhères pas c'est une chose, mais que tu disqualifies en bloc les arguments de ceux qui y croient en est une autre.
    et donc, ce n'est pas du tout que j'y adheres ou pas, d'ailleurs je ne vois rien dans mon post précédent qui te permette de décider de mon adhésion ou pas aux conditions d'existence et d'émergence du libre. peut-être y-a-t-il un souci de "communication" entre nous? de vocabulaire? Si à chaque fois que j'écris le mot "professionnalisme", tu lis "le diable du grand capital marché qui nous mène tous par le bout du nez", il y a un souci. Pourtant, nous avons déjà eu ce débat ici, et j'ai clairement exprimé le fait que, AMHA, le véritable "professionnalisme" est cette attitude qui met un point d'honneur, dans l'organisation d'une manifestation telle que celles qui nous occupent, à ce que dans le moindre détail, les choses se passent POUR TOUS dans les meilleures conditions. Ou vois-tu du "marché" et du "capital" et du "rebelles" là-dedans, franchement.

    les fils électriques dénudés qui traînent par terre, c'est supra cool, vive le bordel?

    les ponts lumineux mal montés, c'est hypra cool, vive le bordel?

    On en a rien à battre des instruments de musique, c'est hypra cool, vive le bordel?

    J'ai un ami, trés âgé maintenant, ouvrier de son état, qui a assuré pendant des années, l'organisation de l'évacuation de la merde à la fête de l'Huma. 120000 personnes qui chient et qui pissent, pendant trois jours. y en a pas mal qui gerbent. eh ben, l'oncle Yvon il était là, pro jusqu'au bout des doigts, et propres aussi, pour que tout le monde puisse poser son petit cul de bon petit communiste sur des chiottes propres. Et pas question pour lui de prendre ça à la légère.

    120000 personnes qui se chient dessus, les mômes qui pataugent dans les miasmes, la dysenterie, c'est hypra cool, vive le bordel?

    pardon, mais, entendons nous une bonne fois pour toute sur le vocabulaire, passons outre, et avançons d'un pas ample et régulier.

    @+
  • Les aspects de "sécurité" sont les arguments-clé des professionnels de la profession, comme des professionnels du sécuritaire au sens strict, et ce sont justement ces arguments qu'on nous balance à la figure depuis 15 ans, à nous qui venons de la techno et qui, oui, désolé de le répéter mais c'est un fait, pratiquons la musique libre et les organisations complexes depuis autant d'années. Or, on se rend compte que rien n'est plus simple à manipuler (au sens de faire prendre des vessies pour des lenternes sécuritaires) que ces arguments de la "sécurité" et du "professionalisme" du montage technique. C'est comme pour tous les problèmes d'expertise : celui qui désigne les experts a la main sur les critères de l'expertise et ça lui permet d'évacuer du jeu ceux qui sont hors jeu pour des raisons idéologiques. Grace à l'argument de la "sécurité du public", cette baliverne à l'usage des gogos, la techno est mise à l'index des pratiques culturelles, et on nous réserve le même traitement que celui qu'on destine à des terroristes : c'est sans doute pas toi qui voit débarquer lors de tes concerts "professionnels" des dizaines d'abrutis en képi, éructant des ordres, armés de fusils à canons sciés et de molosses aux dents ascérées : c'est les gens de la techno, et ça dure depuis plus de 15 ans. 15 ans qu'on nous serine que "le panneau électrique est mal vissé, faut arrêter la soirée" (exemple perso). Sauf que la soirée en question se déroulait en salle de type MJC, que les potes qui organisaient avaient avançé 15000 boules, flyé en quadri, loué un service de sécurité, et que le panneau électrique était le même pour le match de hand de la semaine précédente. Mais, bien entendu, cliché fort répendu chez les "pro" : la techno "c'est pas professionnel"... Ou alors, le problème de "sécurité" vient de la non conformité des sièges en plastique qui doivent être tous "solidarisés" par des attaches... hum... pour une rave, des sièges ? Ben oui : c'est un critère de "sécurité" bien utile quand on veut interdire une soirée techno. Je pourrais t'en débiter des centaines comme ça, de ces arguments mensongers du "professionalisme" qui ne recouvrent en fait que deux choses : la haine de la techno et la haine de tout ce qui n'est pas "aux normes". Du coup, on a tous "plongé" dans l'organisation de soirées "non officielles" (euphémisme pour dire que c'est dans la clandestinité). Contrains et forcés par les "professionnels" qui trustent le marché. En particulier le marché du rock. Le rock est aux normes, oui, ça, c'est sûr. Il est même aux ordres depuis plus de 30 ans. Il fait du chiffre. C'est rentable. Pas comme la techno qui joue gratos ou presque depuis des années. Et qui sample depuis des années : pas professionnel, ça, coco, pas aux normes le sampling ! Donc tu comprendras que les leçons de professionalisme, je ne les accepte pas, d'autant que j'en ai organisé des soirées, depuis pas mal de temps, que je traine dans ce milieu bien souvent et que je sais ce que les gens y subissent, et que je sais bien ce que recouvre ces vessies qu'on voudrait tant nous faire prendre pour des lenternes.

    Maintenant, j'estime que le débat est clos, on va pas s'empapaouter pour un désaccord de fond, quand même, cer ne serait pas très... professionnel.

    +A+
  • pour ceux qui lisent, et parce que je trouve ta tentative de me faire passer pour un réactionnaire un peu déplacée, je redis

    PRO => diamètre de douze => clé de douze

    ça va là?

    je ne peux pas être plus explicite

    En fait, ça m'embete vraiment ton discours sur nous les technos et bla, bla, bla

    C'est comme nous les punks, qui ne gagnont que 8000 balles par mois...

    excuses-moi, Dröne, mais tu donnes les verges pour te battre...

    en plus, tu m'accuses littéralement d'être du côté des gros cons, et je le prends là tout de suite en assez mauvaise part, je dois dire.

    Tu me balance du sécuritaire dans la tronche

    Tu me dis que je donne des leçon de "professionnalisme"

    Quel est ton vrai problème, Dröne, pour me dire à la fin,
    Maintenant, j'estime que le débat est clos, on va pas s'empapaouter pour un désaccord de fond, quand même, cer ne serait pas très... professionnel.
    Alors comme ça, unilatéralement, tu as réglé la question du professionnalisme, il n'y aqu'une seule façon de faire, c'est la tienne, celle des pauvres technomen que tous le monde déteste! d'ailleurs est-ce qu'à un seul moment j'ai émis la moindre idée, ou semblan d'idée contre la techno? Il faut vraiment se calmer, là, non? je dis "clé de douze pour du douze" et tu balance des trucs, franchement, préviens, avant, que tu vas y aller franco, tu crois pas?

    pour moi, il n'y a pas pas de débat qui soit clos.

    @+
  • (1er post)
    - concert prévu depuis plus d'un mois et vous avez
    saisi l'occasion de l'événement pour lancer votre plate forme ... ok super
    mais d'une démarche et esprit collectifs, vous avez devié sur l'exclusif
    (personnellement je crois que le concept et la force du réseau libre sont dans l'unité de ses liens)
    que les critiques fassent avancer, bien sûr.
    sur la perfection professionnelle, certes il y a des choses à améliorer, on apprend.
    4 groupes au lieu de 3, par ex. pas à faire, ok.

    mais "saisir l'occasion" et "dévié sur l'exclusif" : là non.
    le lancement de la plateforme était décidé au même moment que le concert,
    le thème étant journée musique libre, avec lancement plateforme ET concert, occasion de faire de la communication et faire parler de la musique libre, du copyleft, ..

    démarche et esprit collectifs : c'est le but et le propos même du site : toutes tendances, toutes licences, toutes conceptions acceptées,
    dans l'ambition contribuer à rassembler et fédérer le mouvement: c'est d'ailleurs notre engagement constant depuis la fondation de musique-libre.com (devenu org) en 2000.
    tout notre travail sur le web, tous nos posts sur les innombrables forums et listes que nous écumons depuis 2000, toutes nos interventions en conférences, réunions, performances, concerts, et autres, en sont là pour en attester si besoin était.
    le tout avec un engagement total, (souvent financièrement aux limites du raisonnable - car avec très peu de moyens - personnellement je suis au rmi depuis 4ans, j'aurais pu faire autre chose... moins m'engager pour le concept et la force du réseau libre par ex.)

    le reste, technique, autres, des erreurs, des imperfections, un manque de top niveau pro, sans problème : critiques dont j'entends bien qu'elles veulent être constructives..

    mais dévier le truc pour nous : NON !
    là je peux pas.

    copyleft über alles
    & bises à tous.
  • bon, Marianne, je crois, a coincé lors de la conf/présentation, lors de la visite du jounaliste de sud ouest, qu'il n'y ait pas un petit clin volontaire vers Godon. Je n'ai pas coupé son commentaire, parce que perso, je m'en fous un peu en fait, de causer dans sud ouest ou pas. mais bon, elle a ressenti ça, et voilà, elle le dit. apres tout elle ne vous connait pas plus que ça. je fais passer le démenti fervent de bituur...

    en passant, chacun devant faire sa petite confession, j'ai essayé de parler avec vous de jamendo, et j'ai un peu perçu comme un piti blême...mais dites-moi si je me trompe?

    de toutes façon, le mieux, c'est de se dire les choses, et puis hop. j'attends avec impatienc"e les posts de Milos dans l'agora musique-libre.org

    nan, je rigole
    :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

    @++

    ps: je transmets le post de bituur à marianne
  • Alors, critique il faut, sans souci.
    Au journaliste de sud-ouest, c'est faux, je lui ai moi-même mensionné que Godon était membre actif du projet musique-libre.org, de même que je l'ai précisé à la demoiselle de métro qui est venue mardi matin, et je pense que ça a été dit par bituur sur la clé des ondes avant le passage de son morceau.
    Mais il se trouve que le journaliste de sud-ouest est responsable de la rubrique mutlimedia, et non agenda-concert. Donc, bon, pas d'interview, ni de Godon, ni d'Aléatoire, ni de Flat Ed, mais de musique-libre.org et de plus c'est un journaliste que j'ai rencontré professionnellement qui voulait faire un article sur le site. Alors maintenant, quant à vous présenter, si c'est dire que vous êtes un groupe actif de la scène libre, je t'assure que ça a été dit, et peut-être sera-ce répété dans l'édition de dimanche. Si c'est dire que vous faites partie de musique-libre.org, c'est à définir ensemble.
    Maintenant, que vous ayez joué 45 minutes, je trouve cela nul, et j'aimerais que l'on en parle entre Bordelais, comme de ce problème de boisson un peu lamentable. Si on n'est pas capable de proposer mieux, ça n'en vaut pas la peine. Je suis spécialement désolé pour le gratteux de Godon de lui avoir bu son ticket.
    Le problème de professionalisme vient déjà du fait que la communication interne n'est pas au point. Peut-être trop la tête dans le code, j'ai pas vraiment suivi ce que chacun attendait, et à priori vous attendiez un truc vachement costaud. Et comme je le dis depuis un moment, on ne peut l'offrir dans l'immédiat. Maintenant, on aurait dû surveiller de plus près le déroulement de la soirée. Y avait 4 groupes au lieu de 4 donc du coup, plus de temps pour les autres. Sachant que Standard, ils passent tous les 15 jours et quand ils veulent...
    Enfin pour les recettes, elles ne sont pas grosses. Je pense que Myriam vous les a donné. On en a parlé hier vite fait, je ne sais pas si cela couvre vos frais (hors boisson), si ce n'est pas le cas, alors dites-le nous et on verra avec les adhésions.
  • j'ai fait passer à Marianne...et voici sa réponse:

    Vous savez les idées et concept peuvent très riches et intéressantes ...
    Pouvoir les mettre en place c'est tout un travail d’organisation ... C’est certain
    Mais pour cela et pour qu’elles évoluent , elles doivent se vivre au quotidien
    À chaque instant ou événement ... avec chaque collaborateur ou confrère
    Personne n’avance seul , et c’est à l’esprit de se ressentir plus fort

    Excusez mon ton peut être trop cash mais c’est ce que j’ai en partie ressenti,
    je comprend que cette journée a du être difficile à gérer pour vous,
    avec en plus un impact national qui vous a peut être un peu plus “stressé”

    Mais vous comprendrez que je voulais souligner un bilan positif évident,
    mais aussi quelques détails que j’ai retenu qui me semblent important
    que je me suis permise de vous transmettre, comme des conseils amicaux

    Encore sorry et ne prenez pas mal mes propos,
    Qui n’ont aucune animosité juste que je suis une passionnée
    Donc parfois le ton et l’émotion ne savent pas se séparer ...
    voilà voilà
    ersatz: je t'ai dit pour moi, pas de soucaï pour sud ouest, du reste j'ai l'article sous les yeux, il est super bon, clair et pédagogique, c'est cool!!

    y a pas de problème non plus pour les recettes, c'était pas le but de la visite, et encore moins le sens de la remarque de Marianne. Je crois que ce qu'elle disait se plaçait au niveau de la "gestion", c'est à dire le mélange entre budget asso/concert/adhésions...comme elle dit ci-dessus, c'est juste des conseils amicaux et voilà.. je crois qu'il faut se rencarder un minimum sur l'organisation et la gestion de ce type d'évènements. y a des assos qui proposent des formations sur une ou deux journées, et c'est bonnard, après on sait faire l'essentiel

    j'entends Dröne d'ici, qui doit me haïr :lol:
    Maintenant, que vous ayez joué 45 minutes, je trouve cela nul, et j'aimerais que l'on en parle entre Bordelais, comme de ce problème de boisson un peu lamentable. Si on n'est pas capable de proposer mieux, ça n'en vaut pas la peine. Je suis spécialement désolé pour le gratteux de Godon de lui avoir bu son ticket.
    Le problème de professionalisme vient déjà du fait que la communication interne n'est pas au point. Peut-être trop la tête dans le code, j'ai pas vraiment suivi ce que chacun attendait, et à priori vous attendiez un truc vachement costaud. Et comme je le dis depuis un moment, on ne peut l'offrir dans l'immédiat. Maintenant, on aurait dû surveiller de plus près le déroulement de la soirée. Y avait 4 groupes au lieu de 4 donc du coup, plus de temps pour les autres. Sachant que Standard, ils passent tous les 15 jours et quand ils veulent...
    45 minutes => déjà Seb a pété une corde, donc 10 minutes de moins, ça, c'est les impondérables, en plus derrière on a refait péter le premier morceaux, parce que têtu comme je suis, je voulais absolument le faire ce soir-là!!
    la boisson? chus d'accord, mais apres tout c'est un bar...
    le ticket de Seb franchement on s'en tape, c'est l'anecdote rigolote..
    Communication interne, je ne veux pas faire d'ingérence, et encore une fois, je n'ai rien contre la gestion associative, bien au contraire. Mais je crois que tu mets le doigt sur qqch de trés important, là, surtout que comme Joh me dit, vous allez être exposé médiatiquement, et je crois que les enjeux sont assez costauds, pour qu'on soit un peu plus attentifs que de normale sur des points de détails, comme "parler d'une seule voix".

    Pour te dire, je ne sais pas ce qu'est Standard... jamais entendu parler...c'est Milos et son pote?

    @+
  • dogood" a dit :

    Communication interne, je ne veux pas faire d'ingérence, et encore une fois, je n'ai rien contre la gestion associative, bien au contraire. Mais je crois que tu mets le doigt sur qqch de trés important, là, surtout que comme Joh me dit, vous allez être exposé médiatiquement, et je crois que les enjeux sont assez costauds, pour qu'on soit un peu plus attentifs que de normale sur des points de détails, comme "parler d'une seule voix".
    Ce n'est pas parce que c'est une gestion associative que ça doit être fait plus légèrement, on en a déjà parlé sur ces forums. C'est effectivement parce que je sais que l'on sera de plus en plus exposé nationalement que je voudrais que l'on fasse cela sérieusement et dans l'ordre, en fortifiant toujours les bases.
    J'en profite pour revenir sur un point pour Mariane :
    Mariane" a dit :

    - concert prévu depuis plus d'un mois et vous avez
    saisi l'occasion de l'événement pour lancer votre plate forme ... ok super
    mais d'une démarche et esprit collectifs, vous avez devié sur l'exclusif
    (personnellement je crois que le concept et la force du réseau libre sont dans l'unité de ses liens)
    Alors, il y aurait à dire, c'est justement dans l'esprit de se souder que nous voudrions faire des soirées musique-libre.org un évènement. Je crois mais qu'à Bordeaux pour l'instant, l'affiche telle qu'elle était, soirée musique-libre.org avec Godon, ALéATOIRE et Flat Ed est plus racoleuse que Godon en Concert à l'Inca, et désolé, mais le peu de gens qui sont venus l'ont fait principalement pour musique-libre.org qui offrait de bons concerts.
    Et cette soirée en servira d'autres, mettant musique-libre.org comme label de qualité, et tentant de s'appuyer sur une image (à venir) pour mieux vendre les groupes et manifestations diverses. Alors des termes comme "dévié" et "exclusif" sont faux et parfaitement déplacés. Que tu aies pris cela comme ça, j'en suis chagriné, mais il fallait écouter les interventions radio, les interview presse, et si tu ne l'as pas fait, ou pas pu, ben tu nous demandes avant d'écrire ce genre de choses. Nous avons fait bien plus que ce que notre statut demandait dans ce domaine en tout cas.
    Je le répète, à nous de nous organiser entre nous, de voir qu'elle place veut avoir chacun, si vous êtes des membres de musique-libre.org ou si vous êtes un groupe militant/actif.

    Alors je ne vois pas comment lancer la plateforme (à 17H qui plus est) peut porter préjudice à qui que ce soit, au contraire, cela a ramené des journalistes à qui, je le répète (critique injuste et infondée), nous avons chaque fois parlé de Godon en tant que membre actif du mouvement. Heureusement l'article de Sud-Ouest en atteste.
    Nous n'avons eu personne pour la conférence, tant pis, y a pas eu de pub dessus, seulement pour le concert. Et j'avais, heureusement prévenu le journaliste de SO que ce serait le cas et qu'il aurait certainement l'occasion de nous interviewer.

    Voilà, simplement les points sur les i, comme on dit, j'endosse tout ce qui est du professionallisme, je ne l'excuse pas par le statut d'assoc, même très jeune, mais je n'endosserai pas ce qui a rapport avec la communication sur Godon, qui a été faite autant que nous le pouvions, et nous ne sommes ni manager de Godon, ni son attaché de presse, ni ce qui a attrait au lancement de l'archive qui n'a fait que ramener du monde.

    Voilou, il n'y a point de facherie là-dessous, les critiques font avancer, et être passionné, c'est le lot commun de chacun de nous, ce forum en atteste assez souvent. J'ai préféré passer une nuit avant de répondre (comme quoi, je me soigne), ça évite de dire des sotises (comme les 2 points soulignés précédemment)


    Enfin, je tiens à dire qu'il y avait un programme d'importance ce soir là :
    - M en concert,
    - 15 groupes qui ont fait le rock à Bordeaux (manquait que Noir Désir). A savoir
    Plus de 15 groupes mythiques "back on stage" et des projections vidéos d'époque...!!!
    Ils ont marqué la scène rock bordelaise dans les années 7.0/80. 20 ans plus tard, pour fêter la sortie de la compilation "Bordeaux Rock 77/87", les Standards, les Cons, Corned Beef, Rotten roll, Nightshift, Beach lovers, les Corbeaux du reichstag, Bolton, Stillers, Art 314, Stilettos, Baby Boom, Les Stagiaires, Tony March, Lenny Lafargue, Patrick Scarzello et bien d'autres vont reprendre du service pour une soirée exceptionnelle à Barbey ( http://cityvox.francebillet.com/fiche_manifestation.jsp?codman=BXROC )
  • disons que c'est clos, si vous voulez bien, Marianne disait ça parce qu'elle avait ressenti les choses comme ça, et maintenant les choses sont claires, éclaircies, et sincères je crois.

    Donc pour nous, pas de préjudice, pas d'animosité, pas d'attaques, pas besoin de s'excuser

    juste l'envie de faire avancer

    le combat continue comme dirait l'autre...

    @+
  • bel échange messieurs ersatz & dogood !!

    je retiens le point essentiel qui est besoin de se fortifier, acquérir, à force d'expériences, le nécessaire de méthode et organisation, là-dessus il est vrai qu'on est perfectibles :)

    dogood, dis à marianne que j'avais compris son intervention comme elle l'explique, avec ton cash, pro et passionné à la fois.
    je m'étais borné à réagir à ce qui m'a paru sur-réaction évidente, et par là injustifiée.
    pour les points précis, techniques, orga, là.. oui. on doit faire mieux.
    c'est cool ça fait un but de plus :D

Ajouter un commentaire