Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! (voir : http://dogmazic.net/irc )

Je vais y mettre mon petit grain de sel

Bonjour,

Je vais aborder un sujet, une idée plus exactement, peux être déjà abordée je ne sais pas, j'ai pas tout lu sur ce big sujet qu'est la musique Copyleft.
Pourquoi le copyleft ? je reponds pour moi et ce que j'en ai compris dans les grandes lignes.
1- Pas de Sacem , ca c'est pour les gens qui diffusent, pour ce qui produisent c'est de leur propre bonne volonté. pour ceux qui écoutent ? c'est de leur bonne volonté aussi.
2- Pour les créateurs. Protection de l'oeuvre, oui je pense malgrès que l'on empechera pas une capote de se percer ou d'être percée, pour ceux qui diffusent c'est tout bon et pour ceux qui écoutent gentillement sans user du ciseaux et de la colle c'est tout bon aussi.
3-Pour les écouteurs, ben faut leur faire confiance. je dois dire que j'y crois à + ou - 50%
4- J'ai mis ma musique sous copyleft parceque j'y crois bien sûr, je suis d'accord pour être écouter sans faire payer, mais bon franchement y a une certaine limite, tant que c'est chez toi que tu écoutes, ou que tu paies une entrée dans un bar ou salle de spectacle c'est toujours OK mais pour les radios je suis moins d'accord, même libre ou copyleft etc,etc, toujours pas d'accord, une radio libre comme NRJ à ses tout début on voit ce qu'elle est maintenant, y aura toujours un pti malin qui se fera du fric sur ton dos,
et qui te diras merci en plus, ta musique est géniale, y a eu 50 millions d'auditeurs hier, t'a fait un carton, si jte jure y'a Coca d'ailleurs qui sponsorisera la radio la prochaine fois.
Bref je m'éloigne, pour moi la musique copyleft s'arrête à internet. je choisi mes sites, mes forums, je prends mes risques.
5- Risques: Là j'aborde mon idée.
il y a le mp3,le wma et d'autres encore, et plein d'autres qui vont venir, merci la technologie, alors pourquoi pas un format ".CL1" par exemple un format de musique rien que pour la musique copyleft, avec son propre lecteur sur PC pour commencer et apres sur ceux de salon ou voiture mais la faudra prendre rendez vous avec Sony avant,
C'est à dire, je m'appelle DJAUX, je voudrais faire de la musique sous copyleft, donc je m'inscrit chez CC par exemple, Nom de famille si je suis marié etc etc ... en échange on me file un soft avec reference à télécharger pour convertir mon wave ou mp3 ou autre en CL1, quand je format, un peu comme le mp3 je pourrais rentrer un TAG, le compositeur, l'artiste l'année, etc etc...mais surtout un pti N° géneré par le convertisseur propre à lui bien sur donc propre à moi et au morceau et une ptite case a coché
"Radio OUI/NON". Ca y'est mon morceau s'appel " Ca va cartonner.CL1" maintenant je le balance sur internet, sur MusiKLibre.ogre par exemple, bien sur un peu comme "soundclick.com" il aura son propre lecteur de CL1
puis pourquoi pas des la premiere écoute le tag sera directement et automatiquement balancer dans les archives de la musique copyleft dans une directory DJAUX.
bon c'était une idée, je reviens avec mes petits N°.
1- Adieu la sacem, tout au moins pour ce morceau.
2-Les créateurs, ben la capote risque toujours d'être percée mais j'ai pris le rique tout seul.
3-Pour les écouteurs, et ben si la super police mp3 des fraudes vient fouiller ton PC et que t'as que du CL1 y pourront toujours revenir, faut pas oublier que bientôt on sonnera chez toi et on te mettra un forfait au Kilo pour les mp3, allez mr Djaux 200Mega = 200 Euros
4-les Radios, et bien il faudra qu'elles aient leur propre lecteur de CL1, référencé aussi
mais faudra qu'elles signent un pti truc avec les licences copyleft. mais je m'en fiche car même si il veulent passser les morceaux en douce, j'ai mon pti tag "Radio OUI/NON" qui se mettra en route.

Bon je sais je delire, ca fait un peu trop StarTrek tout ca, peux etre même un peu KGB,mais je pense que c'est une bonne solution et pas trop compliqué à faire,

Bon et puis Sony dans tout ca, si ca marche y viendra tout seul demander si il peut ajouter l'etiquette CL1 sur son mega lecteur graveur mixer aspirateur de salon.

Bon c'est pas souvent que j'écris beaucoup sur le net, si je n'ai pas été trés clair excusez moi,

Jean-Marc

Réponses

  • Djox écrit:
    Bon c'est pas souvent que j'écris beaucoup sur le net, si je n'ai pas été trés clair excusez moi,
    Alors si c'est un honneur, nous en sommes touchés.
    Et si tu as été très clair. Voir clairvoyant. Justement, suite à des discussions sur d'autres sujets de ce forums, c'est justement là que doit intervenir musique-libre.org, donner une voix commune pour faire considérer le copyleft par les radios, la presse, les distributeurs offline et online, les fabricants de lecteurs, et les pouvoior public.
    Si toute une suite d'étapes (elles sont dans le désordre, là) qu'il va falloir franchir. Quelques années peut-être, dépend de nombre de militants, de leur implication et de leur efficacité.
  • merci pour ce message.. je rebondis juste sur certaines de tes inquiétudes. Qui sont effectivement assez souvent exprimées par les artistes avec qui je suis en relation :
    4- J'ai mis ma musique sous copyleft parceque j'y crois bien sûr, je suis d'accord pour être écouter sans faire payer, mais bon franchement y a une certaine limite, tant que c'est chez toi que tu écoutes, ou que tu paies une entrée dans un bar ou salle de spectacle c'est toujours OK mais pour les radios je suis moins d'accord, même libre ou copyleft etc,etc, toujours pas d'accord, une radio libre comme NRJ à ses tout début on voit ce qu'elle est maintenant, y aura toujours un pti malin qui se fera du fric sur ton dos,
    et qui te diras merci en plus, ta musique est géniale, y a eu 50 millions d'auditeurs hier, t'a fait un carton, si jte jure y'a Coca d'ailleurs qui sponsorisera la radio la prochaine fois.
    Bref je m'éloigne, pour moi la musique copyleft s'arrête à internet. je choisi mes sites, mes forums, je prends mes risques.

    oui. Il y a cette question de la limite. ET tu parles ici de la limite relative à l'usage commerciale de ton oeuvre. Soyons précis. Les licences CReative Commons (je prends cet exemple parce qu'il est le plus populaire), comporte une clause concernant l'usage commercial de ta musique. Mais à partir de quand un usage peut-il être considéré comme commercial ? Si ta musique est diffusée dans un bar ou une salle de concerts, ou chez un coiffeur par exemple, alors d'une certaine manière on peut admettre que ta musique contribue à créer une certaine "ambiance" dans ce lieu. Si ce lieu est à vocation commerciale, c'est-à-dire si sa rentabilité dépend du nombre de personnes qui consomment (un ticket d'entrée, une bière, une coupe de cheveux) , alors on peut faire une relation entre ta musique et la rentabilité de la boîte, et même considérer qu'on y est un peu pour quelque chose dans le profit que cette boîte pourrait engranger.
    Pour les radios à vocation commerciales, ou la télévision, c'est la même logique je pense. non ? Idem pour un site web qui aurait une vocation commerciale.
    Bon.

    La clause "non commercial" des creatives commons ne précise pas de manière explicite ce que c'est qu'un usage commercial, à partir de quand on considère que l'oeuvre contribue à l'enrichissement de l'activité qui en fait usage.

    IL existe un autre point de vue sur la question, un point de vue disons : pragmatique. Qui jusqu'à présent est le mien (et celui de la plupart des gens sous creative je pense) :
    Il se trouve que la plupart des artistes oeuvrant sous copyleft ne bénéficient pour le moment que d'une exposition tout à fait ridicule comparée à l'exposition dont bénéficie les artistes sous régime traditionnel intégré au marché du disque. Pour le dire clairement, il n'existe pas à ma connaissance d'artistes copyleft qui aient vraiment du "succès", au sens où l'entend l'industrie de la musique (y compris les médias, les radios, les bars les coiffeurs etc..)
    Il y a des exceptions (notamment les artistes de la compilation WIRED par exemple, un mec comme Mc Ginn etc.. mais bon.. ça reste très très exceptionnels, et surtout, ces artistes ont connu le succès grace à l'industrie du disque, pas grace à internet ou je ne sais quel autre médiation).
    Bien
    du coup, nous avons besoin comme tout artiste qui souhaite toucher un public plus large d'une meilleure exposition de nos oeuvres. (IL existe aussi des artistes qui s'en foutent, de purs outsiders, mais bon, ça me ménerait trop loin d'en parler).
    Donc, à notre niveau, il faut considérer la relation entre notre musique et le lieu de diffusion (fusse-t-il internet) comme une relation de "promotion" (ou si il y en a que ce mot dérange, remplacez par "un moyen de se faire connaître" ou ce que vous voudrez)
    Plus je suis diffusé plus j'ai de chances de toucher un plus grand nombre de mélomanes.
    Donc : la balance des intérêts respectifs des radios (par exemple) et de l'artiste et relativement équilibrée. Si une radio diffuse ma chanson (et surtout si elle la diffuse correctement, en citant le nom de l'auteur déjà ! ce qui n'est pas toujours le cas), j'en tire un bénéfice évident. Si musicdownload.com accepte de diffuser sur son portail le titre que je leur soumet, j'en tire aussi un bénéfice parce que je bénéficie d'une meilleure exposition.
    Même remarque pour les concerts : il faut accepter de faire des concerts non rémunérés au début, parce que là, il s'agit d'abord de se faire connaître.
    C'est la règle du jeu. Il y a des centaines de milliers d'artistes qui rêvent de se faire connaître.

    Le copyleft n'a rien à voir dans tout ça.
    Les creative commons ne disent rien sur les motivations de l'artiste, ses rêves ou ses déceptions.
    Elles disent simplement : autorisez-vous un usage commercial de votre oeuvre ou pas ?
    Mais ne précisent pas ce qu'on est censé entendre par "commercial".
    Personnelement j'interprète donc ce point de la licence ainsi (parce que je suis sous creative commons "non commercial") : je n'autorise que les usages non commerciaux de mes travaux considérant que la diffusion (radiophoniques, internet, etc..) n'est pas commerciale à partir du moment où le mélomane n'est pas invité à payer quoi que ce soit de manière explicite pour jouir de ma musique. Les autres usages commerciaux : par exemple la reproduction de mes disques dans un but qui serait lucratif ou la mise en ligne payante de mes morceaux sont soumises à mon consentement expresse.
    (rappelez vous que les clauses des creative commons ne constituent en rien des interdictions d'usage, mais toute restriction peut être levée par le consentement de l'auteur).

    Bref, tout est question dans ce domaine d'interprétation. Et c'est bien là le hic : la réalité de la diffusion de la musique ne se laisse pas réduire aisément dans une licence, aussi détaillée fut-elle.

    ET une autre question me travaille (et m'amuse aussi) : qu'advientra-t-il de tout cela si par hasard l'artiste copyleft avait soudainemnt du succès ? POsez-vous la question pour vous-même : Coca cola vous propose un million d'euro pour exploiter votre musique dans le cadre d'un spot de pub. Cette chanson ést sous creative commons non commercial : alors ?
    vous consentez ou non ? Vous levez la restriction ou non ? Et si Coca cola conditionne le contrat d'un droit d'exploitation exclusif (c'est-à-dire que coca refuse que l'oeuvre soit librement téléchargeable par exemple, parce qu'ils ont en tête de sortir un single chez universal pour rentabiliser leur investissement). Et je rappele qu'on peut dégager l'oeuvre de sa licence intitiale : c'est le droit de tout auteur.
    Vous faites quoi ?
    héhhéhéhéhéhé

    je donne ma réponse (qui pourrait évidemment varier selon les jours et les saisons) - si je donnais pas ma réponse ce serait trop facile hein :)
    alors je dis oui bien sur
    je le récupère ce chéquos d'1 million d'euros
    c'est exactement comme si je gagnais au loto : ça n'a rien à vois avec ma musique, ça a à voir avec le fait de gagner un million d'euro peinard sans rien foutre.
    gagner 1 million d'euro parce que vous avez pris un peu de temps pour écrire une chanson c'est quand même hallucinant non ? Vous imaginez combiend e temps il vous faudrait bosser pour gagner autant (à supposer que vous gagniez le smic par exemple ?)
    Donc je prends les tunes
    je dis à mon assistante sociale merci pour tout, je peux même me désinscrire du rmi
    me barrer en uzbekistan
    terminer ma vie la bas à boire du thé à la menthe à l 'ombre des mosquées




    Alors évidement, si vous choisissez une licence style ART LIBRE, tout ce que je viens d'écrire n'a aucun sens. Mais bon.. laissons ce sujet brulotant à d'autres :)
  • D'accord avec toi Dana, sauf un truc j'irais pas en Uzbekistan, je préfère rester en France, aussi si je fais de la musique sous copyleft à là base c'est surtout pour avoir un minimum de protection pour mes track, je suis loin d'envisager le million de disques vendus mais on ne sait jamais un single reste toujours possible on ne peut rien prévoir, et bien sur je n'exclue pas du tout un contrat avec Caco Calo ou Universal faut pas être trop bête non plus, même si je fais de la musique pour peanuts, mais quand même un contrat même éphémère reste une réussite en soi quelque part et je ne désespere pas, j'aime mon job mais si la musique pouvait l'être pourquoi pas, dans certaine limites bien sur.
    Pour l'instant tout ce que je désire c'est d'être écouté, critiqué,apprécier, et si pour commencer je fais un peu d'argent ca sera principalement pour investir dans du matos, ce qui veut dire que si je decide de vendre a l'unité mes tracks sur internet cela sera surtout dans ce but, je l'envisage aussi d'ailleurs, joué live, je ne demande que ca même
    gratos, c'est plus mon esprit, mon envie, mais encore une fois c'est l'envie qui décidera
    des endroits des demandeurs du prix de la biere et des sandwiches,
    Mais tout ca ne concerne que moi, pour les autres..... chacun ses idées, ses trucs,ses envies.

    la petite chose que je n'aime pas sur internet c'est que lorsque l'on telecharge un de tes morceaux il n'y a pas de feedback, à part les Forums et encore,

    Jean-Marc
  • ouaip pas de feedback
    on y réfléchit pas mal en ce moment à ce problème
    (d'où notre petit projet pour ce printemps : http://www.another-record.com/xpromo/noel.htm)
    à ne pas trop ébruiter, c'est pas sur qu'on le fasse, ça dépendra de nos moyens et de la motivation et du temps qu'on aura..)

    sinon
    mais quand même un contrat même éphémère reste une réussite en soi quelque part et je ne désespere pas
    ben pas pour moi
    je veux dire si coca cola m'achête un morceau (et franchement ce serait assez marrant vu la musique que je fais, disons : très hautement improbable, ou alors faudrait qu'il s décident d'associer leur image de marque avec le désespoir et le cynisme), je ne considérerais certainement pas ça comme une résussite mais juste comme : j'ai gagné au loto et je peux sortir du rmi. En rien une réussite. Ma musique me satisfait déjà amplement, un contrat ou la reconnaissance de qui que ce soit n'ajoutera rien à cette satisfaction (n'ajoute rien)
  • Ouaip tu as raison sur ce point, je me suis mal exprimé, je voulais dire satisfaction, ma reussite c'est que déjà quelques personnes écoute ma musique que certains l'apprécient, même 1 sur 10 million c'est déjà une réussite.
    Le feedback c'est peux être trop exigent je ne sais pas, c'est déjà pas mal qu'on te télécharge, ca veut dire quelque part que tu a touché l'oreille quelque part. Quand je vois sur certains gros sites par exemple que l'on a telechargé X fois ton track, je sais pas j'ai l'impression d'être devant un mur, de donner sans recevoir, je me demande même des fois si c'est pas du bidon, c'est pour ca que j'aimerais bien faire du live, au moins en face tu vois les :D :( :shock: :x ,
    Sur Musique libre c'est un peu different, déjà c'est en Francais ca c'est cool, ca sent la famille, quand je vois qu'il y a de plus en plus d'artistes qui s'inscrivent, j'en suis content
    j'avoue que j'ai pas pris encore le temps d'écouter, mais ca va venir.

    Allez même si c'est pas vraiment à propos de musique copyleft, je pense que c'est a quelque chose pres ce qui se passent un peu dans la tete des musicos via internet.

    au fait t'en pense quoi du lecteur CL1.

    a bientôt

    Jean-Marc
  • c'est vrai qu'un format dédié aux musiques sous licence libre est une idée qui fait son chemin.. enfin pas forcément un nouveau format de compression, mais ça pourrait par exemple être l'équivallent d'un tag mp3 ou ogg mais dont la grille d'information serait vouée à accueillir les détails des licences creative commons par exemple (on n'en est pas encore là je crois)
    après, créer un format de plus, je veux dire en plus de MP3 , Ogg etc.. je suis pas convaincu.
    mais améliorer les tag existants oui.
    J'ignore tout à fait comment fonctionnent techniquement lesdits tag d'ailleurs : qui pourrait éclairer nos lanternes à ce sujet ?
    sur another record, on essaie de présenter nos morcezaux avec des tags complets incluant autant que possible le lien vers la licence creative commons incriminée :)
    déjà on a tout recompressé en OGG
    et d'ailleurs c'est marrant, quand tu recherches des fichiers OGG sur le net, tu as une chance sur deux de tomber sur un morceau en licence libre
    ce qui est sans doute assez normal, vu que ogg, c'est open source, et que ça touche logiquement des gens qui sont sensibles à ces questions.
    Et en plus le format OGG c'est nickel, à taille de fichier égale, de meilleure qualité que le MP3 (mon pote jullian angek musicien émérite et ingé son a fait des tests là dessus et il en est convaincu)

    sinon.. oui, internet malheureusement ne permet pas une recontre plus facile avec les mélomanes. Le projet qu'on aimerait mettre en place vise justement à implsiquer les fans dans la marche du label. On avait déjà causé de ça me semble-t-il sur ce forum. C'est évident que la meilleure manière de rencontrer son public c'est encore le live. Peut-être aussi y--a-til cette vision un peu mythifiée de l'artiste qui fait qu'on le conçoit comme "inaccessible". je me souviens mon angoisse quand j'ai envoyé mes premiers mails à des artistes américains dont je suis fan : en vérité, ils se sont toujours montrés parfaitement accessibles. Moi-même je suis très accessibles :)
    Les labels ne jouent pas non plus topujours le jeu. Chez another, on essaie toujours de faire des réponses personalisées (quand on a une commande par exemple). ça étonne parfois les gens. Une fois un jeune homme m'a remercié en disant que c'était rare que les labels répondent comme on le faisait. Mais je lui ai expliqué que d'une part, on croulait pas sous les commandes (lol), et d'autre part, qu'on était tous bénévoles : il en revenait pas, il croyait qu'on était une société avec des salariés etc..
    Beaucoup de labels se la jouent cold et singent les majors. Les majors elle-même, contrairement à ce qu'on croit ne sont pas si inaccessibles (et il y a même des mecs très sympas qui y bossent figurez-vous). Mais bon.. quand on est branchouille, faut jouer son coldos, pas se mélanger à la plèbe des consommateurs de musique. Je trouve ça profondément stupide, adolescent. Jouer les grands artistes mystérieux bah.. puéril (mais la faune marche comme ça.. comme si l'artiste ou ceux qui gravitent autour avait la trouille en s'humanisant de descendre de leur piédestal..)
    IL y a aussi peut-être le fait que beaucoup de téléchargeurs sont effectivement (comme s'en plaignent pas mal d'artistes) des consommateurs. c'est-à-dire qu'ils se fichent pas mal du mec qui a composé et joué ce morceau, du moment qu'ils peuvent en jouir gratos. C'est aussi le discours des majors (c'est assez drole d'ailleurs que les majors dénoncent l'attitude consumériste et irresponsable de soi-disant consommateurs qu'ils ont contribué à formater ainsi). peut-être..
    Et puis : la solitude, seul devant son écran, pas trop envie de causer aussi, de faire l'effort d'écrire un mail etc.. Et pour dire quoi ?
    Ta musique est géniale, etc.. ça me touche.. bah.. c'est pas si facile de parler de musique sans sombrer dans la plus profonde banalité. Pendant un concert, tu as les gestes, les mouvements, les cris, etc.. ça parle bien plus que les mots, et c'est sans doute plus adapté à ce que c'est que la musique.
  • Salut, je suis assez réticent a l'idée de developper "encore" un format audio, le temps que ça puisse être admis par l'industrie me semble par trop long (y'a qu'a voir le vorbis ogg est toujours exclu des lecteurs mp3 !)

    Mais je suis assez séduit par l'idée de RNS (right notification system), qui s'oppose au DRM (digital right management), dont on trouve une explication ici (anglophobe désolés)
    http://lists.gnu.org/archive/html/fsfe-france/2003-10/msg00008.html

    Je trouve que c'est une bonne alternative pour nous (les libres) et pour eux (les cupides)

    deFred
  • Salut, je suis assez réticent a l'idée de developper "encore" un format audio, le temps que ça puisse être admis par l'industrie me semble par trop long (y'a qu'a voir le vorbis ogg est toujours exclu des lecteurs mp3 !)

    il ya quelques lecteurs qui acceptent le format oggvorbis, j'ai vu ça dans un catalogue de supermarket dont je taierai le nom :D
    mais il est vrai que ce n'est pas la majorité!
  • je suis d'accord avec le fait que l'on ne manque pas de format, et qu'il y aurait, éventuellement, plutôt intérêt à développer sur un codec existant (ogg par ex) qque chose. Mais bon, maintenant, effectivement, il serait bon que les choses se positionnent pour voir.
    De toute façon, c'est pas moi qui développerait le codec.
    Mais bon, actuellement, on n'a du mal à imposer le ogg, et même le mp3, bien pratique, a tendance à être remplacé par un immonde wma ou aac. Alors bon, en lancer un nouveau...
  • C'est pas moi non plus pour le codec, mais c'est vrai qu'il va falloir plancher dur la dessus,

    Jean-Marc
  • Salut,

    djox, eh oui, c en famille ici, et on espère créer une très grande famille.
    Je comprends tes inquiétudes quant aux feedbacks. Mais on s'y attèle. Le site a plein de projet, et cela s'accompagnera avec la com et les lives.
    Quant à laisser des feedback, bientôt, enfin, laissez nous le temps, on pourra effectivement laisser des feedback, et même y laisser de la tune.
    Il se trouve qu'on défriche au fur et à mesure, avec les nécessités évidentes et les souhaits de chacun, tout en essayant de rester totalement intègre (face à la pub, à la vente, aux partenaires qui vont arriver), et cela demande du temps, des compétences, du travail et des moyens. Voiià pourquoi nous avons à faire.
    Le but aussi est de faire de l'archive un bon webzine.
    Mais l'avancée dépendra aussi de l'implication des acteurs, musiciens et labels, qui ne jouent pour l'instant pas tous le jeu. Puis, on ne veut pas faire trop de pub tant qu'on n'a pas trop de musique à proposer, et c'est difficile d'inciter les acteurs, tant que tu n'es pas très connu.
    Ceci dit, on va mettre un dossier de presse bientôt, car elle est réactive et sensible à nos projets.
  • ya !!
    l'avancée se fait, se fera,
    à un rythme, qu'on ne connaît pas,
    - on y réfléchit et travaille, ça : si -
    mais pas trop effréné, siouplait :P
    cela étant, & résolument :
    copyleft über alles !!!
  • Hey Ersatz,
    c'était pas adressé a vous, je me doute bien que vous ne pouvez pas tout lancer d'un seul coup, je parlais plus pour les autres sites existants depuis plus longtemps que celui ci mais n'ayant aucune vocations (pour l'instant) dans la musique copyleft.
    Franchement je ne crois pas que vous pourrez échapper à la pub et il ne faut pas non plus la refuser, l'important et de bien séléctionner ses sponsors, ceux qui on un vrai message, culturel, intellectuel , mais surtout intègre, il faut penser à la pub que certaines personnes aimeraient bien faire mais qui ne peuvent pas se la payer sur les grandes ONDES je préfere un POP UP "Demain a Crapounettes les oies" soirée Musique baroque que....Pop Up qui fait chier.

    Jean-Marc

Ajouter un commentaire