Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

moi la musique, j'en mets partout ! ...

Bonjour,
c'est bien simple. De mon temps, je faisais de la musique que j'enregistrais sur cassette, puis je faisais des copies pour mes potes. Aujourd'hui, je l'enregistre sur ordinateur, et j'en balance à tout va. J'ai mes sept myspaces, où quiconque peut télécharger ce qu'il veut. Depuis peu, je me suis mis sur votre fabuleux espace. Le problème, s'il en est un, c'est que bientôt va se passer l'inévitable, à savoir le cd. On est une petite asso parisienne, www.kuryakin.net, et on aimerait bien vendre des cd lors des soirées musicales qu'on organise. De mon côté, j'en ai un peu rien à foutre, en ce sens où ma musique ne m'appartient pas, je ne veux pas en faire mon beurre. Mais vos discussions sur les droits me titillent. J'ai choisi la licence Art Libre. Que dois-je faire, lorsque on va faire du cd, pour rester cohérent avec le dogmazik ? (Jamais je ne me suis inscrit à la SACEM !!)

Cyrod.

Réponses

  • Salut,

    Je ne connais pas bien les détails de la licence art libre, mais je ne pense pas que ça t'empèche de vendre ta musique. En meme temps si tu dis qu'elle ne t'appartient pas, tout dépend de la licence à qui ça appartient.
    Par exemple pour les Creative Commons, il y a une licence qui donne le droit de faire une utilisation commerciale de tes morceaux, mais toujours avec le liens de parenté. C'est à dire que tu doit toujours cité l'auteur de la musique.
    Si les morceaux t'appartiennent, tu fais ce que tu veux avec. C'est tout l'intéret de ne pas être à la Sacem qui réduit tes libertés par rapport à l'utilisation de tes morceaux.

    Donc en gros tu peux vendre ta musique si tu en as envi mais les gens qui vont l'acheter ils vont peut etre etre déçu si il s'apperçoivent que ta musique est librement diffusé sur Dogmazic et myspace.
    A ce moment là tu peux jouer sur la qualité du support, faire une belle pochette etc. De nombreuses personnes sont encore attachées au support, à l'objet.

    Voilà j'espère ne pas avoir été trop confu, et je ne suis pas non plus LE spécialiste de la question :wink:

    Aide Auditive.
  • Alors, quoiqu'il en soit, l'asso a le droit de vendre des cd de tes oeuvres, sans même t'en avertir, tant qu'ils respectent les conditions de la LAL, donc qu'ils citent l'auteur et la licence.
    Quant à l'intérêt de vendre des cd d'oeuvres téléchargeables gratuitement, c'est le pari de Pragmazic.
    D'abord, tu encourages l'artiste en achetant un disque,
    ensuite, tu achètes de la qualité CD et non du mp3 compressé (à condition que l'artiste n'ait pas le mauvais goût de convertir des mp3 en wav pour graver un cd,
    et puis tu peux effectivement jouer sur le packaging ou sur d'éventuelles goodies.
  • il y a des tas de labels qui fond du cd sous Licence de libre difusion
    t'en verras sur pargmazic mais y'en a un paquet
    un des léger problème qui se pose si bvous faites du pressage est de convaincre le presseur de ne pas apposer le logo sacem sur la galette
    si vous faites du gravé, no problemo évidemment
    La licence CC même avec la clause non-commercial n'empêche absolument pas la commercialisation par un label des disques de ses "artistes"
    simplement l'artiste donne son accord pour que ce soit le label qui commercialise ces cds là voilà
    (et so on veut chipoter on peut écrire ça noir sur blanc
    (de fait tout ce qu'on a sorti sur another record par exemple était sous Licence NC : suite à quoi s'inscrivait un contrat de non-exclusivité, de manière à ce que l'artiste puisse le cas échéant ressortir ses chansons dans un autre label par exemple, plus costaud, ce qui est arrivé deux trois fois.
    L'argent des ventes allait toujours dans la caisse du label, un sorte de pot commun associatif en fait, qui permettait de payer les frais de promo, d'organisations de concerts, la sortie de disques d'autres artistes de la team, et bien entendu des voyages d'études marketing au Pérou.

    longue vie à kuryakin !
  • merci bien.
    Du coup, j'ai jeté un coup d'oeil, et j'ai choisi la Creative Commons by-nc-sa 2.0 . Allez, j'vais écouter des trucs.
  • mais tu as pris une licence non commerciale ?
    :roll:
  • Ben oui, en fait tout l'argent (le peu d'argent) que rapportera la vente du cédé ira dans les caisses de l'asso. C'est pas commerce. Enfin, je ne crois pas ...
  • si, c'est du commerce (puisqu'il y avente)
    mais :
    ça pose aucun problème
    la licence non-commerciale dit simplement que la personne ou l'asso ou le label ou je ne sais qui qui souhaite faire commerce de l'oeuvre doit obtenir auparavant l'accord expresse de l'auteur.
    Dans le cas de Cyord, il peut très bien choisir en tant qu'auteur une licence non-commerciale, puis négocier avec l'asso (c'est-à-dire si j'ai bien compris lui-même :) en autorisant ladite asso à commercialiser les oeuvres.

    En fait, on oublie souvent, c'est l'erreur de pas mal de labels, que ce n'est pas le label qui devrait choisir la licence mais l'auteur.
    Je titille toujours les labels qui disent : voilà j'ai choisi telle ou telle licence de libre diffusion
    ça n'a aucun sens

    c'est l'auteur qui choisit la LLD, puis négocier avec le label qui veut commercialiser les oeuvres par exemple.

    Quand c'est la même personne (l'auteur et le label ou l'asso) ça ne change rien : on s'autorise soi-même :)
    l'important est qu'un autre ne puisse pas faire commerce sans en demander la permission à l'auteur (qui peut la refuser ou la négocier ou l'accepter sans chichis.. ça dépend des cas de figures)

    Après tout dépend des cas de figure, mais ce qui est sûr pour n'importe quelle licence libre, c'est que c'est l'auteur qui impose ses règles au départ.le label ou l'asso doit faire avec s'il souhaite sortir le scud ou faire du commerce.
    Maintenant opn peut comprendre qu'un label qui investit disons 100 0000 euros sur un disque ait envie de garantie sur le devenir des musiques enregistrées sur ce disque : ce serait pas cool que l'auteur décide soudainement de sortir les mêmes enregistrements, ou les mêmes chansons (réenregistrées) sur un autre label. ON comprend alors que le label impose un contrat d'exclusivité : est-ce que ça rend caduque la licence libre pour autant ? Je ne pense pas stricto sensu (mais ça se discute)
    en effet, si la licence est par exemple CC NC quelque chose
    alors ça signifie que l'auteur a autorisé le label à commercialiser ces morceaux et/ou ces enregistrements, et qu'il s'est engagé de surcroît à ne pas donner (sous certaines conditions, par exemple pour les dix ans à venir) son accord en vue d'une autre comercialisation de ces morceaux-là.

    Certaines grosses maisons de disques ont évidemment des exigences bien plus drastiques (style : l'auteur de devra rien sortir ailleurs que sur le label dans les 10 ans à venir ou les 5 prochains scuds seront pour le label, pas un autre, ou : tu dois t'inscrire à la sacem :).

    J'ai connu ce cas de figure avec Luis Francesco Arena, qu'on avait sorti sur another record, puis qui a reçu quelques mois plus tard une très intéressante proposition pour ressortir les mêmes enregistrements sur un autre label. On avait accepté le deal (c'était sous licence NC ND), parce qu'on n'avait fait que peu d'investissements sur ce disque. (la négociation s'était très ben passé avec l'auteur, qui était bien embêté, mais nous on était content que ce disque puisse bénéficier de plus de moyens. Je regrette par contre amèrement que le gros label en question n'ait jamais daigné passer un coup de fil, quand on a les thunes, on se permet n'importe quoi parfois.... ça c'est le genre de mépris qui.. enfin bon.. je leur ferai pas de la pub en tous cas)
  • Merci de répondre aussi rapidement et aussi clairement. Vous faites vraiment du bon boulot les gars. Je ne dis pas ça pour vous vendre un disque, hein !!??

Ajouter un commentaire