Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

De l'aide pour un article siouplé msieurs dames!

Voici un texte que j'ai commencé à écrire avec un pote il y a 1 an, et je voudrais l'améliorer tranquillement avec votre aide pour le mettre sur le site de mon groupe à l'occasion de la sortie du prochain cd.

Hélas je n'ai pas mis tous les liens que je compte mettre car c'est long (je ferais des edits au fur et a mesure).
Je compte déjà utiliser plus de vouvoiement pour avoir l'air moins énervé. Je vais aussi remplacer mon exemple Jamendo par un exemple Pragmazic (que je ne connaissais pas à l'époque) :twisted:.
Sinon je prends toute correction d'orthographe, de chiffres ainsi que des liens, je pense qu'il y a sur ce forum des spécialistes pleins de conseils compétents...
Et bon courage pour la longueur!
Et si la gratuité de la musique permettait enfin de rémunérer les artistes de façon juste?

Je déteste le mot Gratuit, ce mot qui n'existait auparavant que pour désigner un acte désintéressé (un geste gratuit) a aujourd'hui été dépouillé de son sens par la publicité pour continuer d'imposer des produits ou des idées en reportant les couts sur les consommateurs de façon indirecte.

Ainsi nous recevons 'gratuitement' des prospectus dans notre boite aux lettres, les entreprises qui les fabriquent ne paient même pas leur élimination une fois à la poubelle puisque nous en devenons propriétaire en les trouvant avec le courrier.
Cout de ces déchets par an pour la collectivité (c'est à dire payé par les impôts locaux):

110 millions d'euros.
http://gnap.lautre.net/2006/12/05/37-les-prospectus-un-gaspillage-monumental

Pareil lorsqu'on nous offre des échantillons, c'est de la pub et 100% de son prix est reporté sur le consommateur lors de l'achat des produits. En tout par an ça représente 1200 euros par foyer de 4 personnes.
http://www.naturavox.fr/article.php3?id_article=640#commentaire737

Ces 1200€ que chacun paye comprennent aussi l'édition des journaux gratuits qu'on nous distribue. C'est donc une idéologie que l'on paye à chaque fois que l'on achète un objet vendu par une pub : celle du journalisme qui place les célébrités au même niveau que la paix et qui répète chaque jour le même mensonge croissance=emploi.

Un beau spectacle le bus de nos jours une masse d'autistes protégés derrière le même journal alors qu'ils pourraient s'échanger des titres différents, isolés grâce à leur portable en pianotant sans conviction, c'est quant la dernière fois que vous avez fait causette avec un inconnu dans le bus ?

Le téléchargement permet d'obtenir des chansons sans les payer, l'industrie du disque se bat corps et âme (sic) contre. Mais attendez on parle d'industrie du disque la, quel rapport avec la musique ? Dans le magazine Epok de la fnac, on nous révèle enfin le coût de fabrication d'un CD en Euros (le dernier Thomas Fersen) :

Prise de son : 13 500
Montage : 7 000
Mixage : 19 000
Loc matos : 450
Repas : 1 625
Fournitures (CD vierges, disques durs) : 3 000
Salaires : 75 230 (4 musiciens, une chorale, ingé son, chanteurs, backliner...)
Création graphique : 31 500
Budget de lancement : 12 000 (mini concerts, déplacements télé)
Achats pubs : 140 000
Points de présence magasins : 25 000 (corners, plv, points d'écoute)
Affichage : 22 000
Communication sur les concerts : 45 000
Clip : 40 000
Spot tv : 5 000
Photos presse : 3 000

1er point si ça c'était la norme pour le coût d'un album, alors il n'existerai absolument aucun label indépendant. Heureusement maintenant on peut faire un album de l'enregistrement au pressage avec un ordinateur.

Second point sur un total de 443 305 euros on en gaspille 323 500 pour le matraquage publicitaire (affichage, payer des gens pour parler du disque à la télévision, à la radio et dans les journaux)!
Dans l'industrie du disque les ¾ du budget sont donc consacrés à imposer un disque au plus grand nombre tout en faisant de l'ombre à ceux qui n'ont pas 300 000 euros pour qu'on les voit partout.
Pendant ce temps dans le monde de la musique les groupes sont connus grâce au bouche à oreille, aux concerts, internet et aux fanzines.

Bref rien à voir ! Pourtant le quidam moyen n'entend parler que de cette industrie puisque dans notre société tout les médias classiques sont justement financés par la pub. Les majors peuvent donc s'inviter
http://www.lexpress.fr/info/economie/dossier/disque/dossier.asp
à dire « La musique gratuite tue »
http://blog.bretagne-balades.org/index.php/2006/02/08/246-la-musique-gratuite-tue
et pleurnicher sans aucun complexe
http://lentschener.blogs.com/l_invite/2006/01/notre_invit_n_1.html
(voir la réaction d'un artiste à ce sujet).
http://www.dogmazic.net/article.php?sid=344

Au final les artistes non médiatisés, ceux capables de sortir un CD pour moins de 10 000 euros (notre démo nous avait couté 250 euros, pour notre dernier album on a passé 4 jours en studio et pressé 500 exemplaires pour moins de 2000€) représentent en terme de parts de marché 5% des ventes de disques en France alors qu'ils représentent au moins 90% des groupes existants!

part.gif

Et pourtant ces 5% représentent des gens qui s'investissent de plein de façons, souvent par passion et souvent de façon gratuite, volontairement ou pas vu que les majors s'accaparent tout l'argent que le public consacre a la musique. En tout cas il ne faut pas chercher a vivre d'une telle passion aujourd'hui (alors que le métier de musicien doit être l'un des moins nuisibles qui soit!).

Un changement important est que des groupes commencent à fuir la SACEM et à mettre toutes leur chansons en téléchargement gratuit sur internet
http://www.dogmazic.net
(c'est de la musique libre, souvent sous des licences libres
http://fr.wikipedia.org/wiki/Licences_Creative_Commons
), ça ne veut pas dire qu'ils ne peuvent pas gagner d'argent, au contraire. Comme internet n'est pas encore contrôlé comme le sont les autres médias, les groupes ont là l'occasion de toucher le public qui leur a été confisqué.
Plus encore dans la scène punk/hardcore ce système à un sens grâce à notre soit disant unité; on écoute ce qu'on veut d'abord et ensuite on est libre de soutenir les artistes comme on le souhaite. Ces initiatives se multiplient et les labels jouent le jeu, mes premiers morceaux téléchargés légalement étaient par exemple ceux d'Antimaniax
http://www.dogmazic.net/Antimaniax
alors qu'ils sont chez HouseHoldName records.
http://www.householdnamerecords.co.uk/

En pratique ce soutien se fait depuis longtemps par l'achat de CD, vêtements et autres lors des concerts, c'est comme ça que je finance mes groupes préférés lorsqu'ils passent dans ma ville, « voilà de l'argent, en espérant que ça vous permette de revenir bientôt ! ». Parfois je ne suis pas fan musicalement d'un groupe mais je suis touché par ce qu'ils sont, je leur achète une bricole et ça me fait un truc à offrir.


Une autre façon plus moderne de soutenir un groupe selon ses moyens est le paiement en ligne, avec sa démocratisation on pourra directement donner ce qu'on veut en trois clicks sans que le groupe ni la personne voulant donner ne paye quelqu'un d'autre.
Tu viens de télécharger un album ? Génial ? Balance 5 euros. Si tes riche file en 20 ! Tas pas une tune tu peux bien lâcher un euro à ton groupe préféré non ? T'aimes pas ? Donne 10 centimes pour l'encourager. Quoi ça fait pingre 10 c ?! Voici une petite mise au point sur le paiement en ligne à travers 2 mondes différents:

Le monde de la musique:
Vous venez de découvrir par hasard un groupe super sur ce myspace libre et sans pub qu'est La Citerne
http://laciterne.org/
, vous donnez un Euro qui va intégralement à l'artiste. Vous gravez l'album entier que vous venez de télécharger en toute légalité, vous l'écoutez où vous voulez et le prêtez aux amis.
Les artistes que vous avez payé décident à leur façon de partager l'argent avec leur label et autres, c'est leur problème. D'ailleurs certains pensent que ce financement sans intermédiaires est plus efficace que l'achat de CD pour soutenir les artistes hors Majors..
http://www.ratiatum.com/news6487_Si_tu_veux_soutenir_l_artiste_n_achete_pas_son_disque.html

L'industrie de la musique:
Vous cherchez une chanson que vous avez entendu à la radio sur internet. Grâce à l'achat des liens publicitaires le moteur de recherche vous dirige vers Itunes par exemple. Que vous soyez riche ou pauvre il faut payer un euro pour une chanson. Cet euro est repartit entre de nombreux requins et au final l'artiste touchera 3c (soit 33 fois moins que sur l'exemple précédent pour le même investissement de départ!). Vous ne pourrez pas graver de CD à cause des protections anti copies. Vous ne pourrez écouter la chanson que sur un Ipod, légitimé par un budget publicitaire colossal.
Bien sur, les pubs ne précisent pas que ces objets sont fabriqués par un village de 20000 chinoises (plus dociles que les hommes) qui ne quittent même pas leur usine pour dormir. Une fois démodés, les anciens Ipods sont démontés par des Indiennes qui travaillent les mains dans l'acide. J'y pense parfois en croisant des jeunes consommateurs dociles avec le casque au oreilles dans les transports, certains écoutent même du punk.
http://www.la-bas.org/recherche.php3?recherche=coud+ma+chemise

Si vous donnez 6 centimes direct à un artiste pour une chanson c'est 2 fois plus que ce qu'il recevrai via un site de vente en ligne comme itunes alors que la chanson coute 1 euros !!
http://pasunblog.org/article.php3?id_article=15


On commence à s'approcher de tels systèmes avec Paypal par exemple (mais c'est pas la panacée car Paypal prélève 56c à chaque transaction). Ainsi des artistes pourront se retrouver avec du financement direct qu'ils pourraient ensuite décider à leur façon de partager avec leur label, studio...

D'autres groupes vont encore plus loin comme les joliment nommés Bomb The Music Industry.
http://www.bombthemusicindustry.com/
Ils se refusent à sortir le moindre CD et ont malgré tout 4 albums sur internet (ils demandent simplement aux gens qui viennent à leurs concerts d'apporter un CD vierge pour qu'ils leur gravent toutes leur chansons). Aussi ils n'ont strictement rien à vendre, ils apportent juste des feutres et des bombes pour décorer les T-Shirts blancs qu'on leur apporte ! Comment font ils alors ? Ils comptent sur des êtres humains et pas sur des consommateurs, ils ont ce mot sur leur site :
FEED THE MUSIC INDUSTRY!
The catch? Yeah. By not selling merch we SERIOUSLY cut into our ability to eat, drink and sleep on tour. Being that these are functions deemed necessary by the "FDA" and our "FRIENDS", we ask for a little bit of help. If you can let us crash at your house, that'd be dope. If you work at a restaurant or like bringing food to shows, bring us some food. If you are desperately lonely and itching to drink with someone besides yourself, buy us a drink. For real, ya'll, we're poor. We're not making much. Help us out and we'll be able to continue posting all of our songs for free. It's called a SCENE, you guys. Check out MYSPACE IF YOU DON'T UNDERSTAND.


Le monde est tel qu'il est à cause de la façon dont on dépense notre argent. C'est cette prise de conscience que la pub combat férocement en deresponsabilisant les gens.
Vous voulez créer des emplois, c'est facile il suffit de fuir tout ce qui est gros pour le local, on connait l'exemple de la grande distribution qui a tué tout les commerces de proximités (3 emplois de villages détruit pour un emploi créé dans un supermarché en banlieue).
http://www.onnouscachetout.com/themes/societe/jacquiau-hypers-et-emploi.php

La musique, les livres, les vêtements, tout est pareil, acheter un CD à une major c'est lui donner les moyens démesurés qu'elle possède pour continuer à imposer des produits à un public gavé de pubs.

Bref tout ça pour dire que nous mettons nos chansons en ligne gratuitement

, qu'on vend malgré cela pas mal de CD a prix libre à nos concerts et qu'avec l'argent on grave simplement d'autres CD et on paye péage et essence pour partir en tournée ! Nous on a des boulots mais c'est pas le cas de pleins de groupes que vous croisez sur le net ou les concerts, beaucoup ne veulent pas réussir mais simplement vivre de leur passion et ça ça dépend de nous tous !
Soyons solidaires !
Elfan.

Réponses

  • Tu pourrai, par exemple comparé le cout de production du cd de Fersen, a un cout de cd 100% autoproduit et DIY !!

    Prise de son : quelques heures et 0€
    Montage : quelques heures et 0€
    Mixage : beaucoup d' heures et 0€
    Loc matos : 0€
    Repas : de toute facon, meme sans faire de cd, je mange beaucoup..
    Fournitures (CD vierges, disques durs) : environ 10 cd vierge, un peu d'encre, du papier etc..
    Salaires : Là, c'est l'etat qui finance ( moi, moi, moi, moi, Rico, moi)
    Création graphique : ha, là par contre, c'est un voyage en Inde, et un peu d'imagination
    Budget de lancement : Jamais été tres fort en lancer de poids moi. Mais avec un peu de geule..
    Achats pubs : C'est gratos la pub sur Internet ..non ?
    Points de présence magasins : 0€..mais j'vais peut etre aller faire un sound system a Carouf..faut voir .
    Affichage : a definir,
    Communication sur les concerts : C'est gratos la pub sur Internet ..non ?
    Clip : J'ai pas de camera
    ..et une salle geule en plus ..
    Spot tv : tv ?
    Photos presse : J'ai un appareil photo par contre, mais c'est chaud de se prendre tous seul.

    Enfin, voila, y a plus qu'a comparer
  • ton texte est plutôt bien.
    Par contre, je trouve que tu laisse trop voler ta plume au gré de ton imagination, tu devrais te faire un plan pour structurer tout ca.
    T'as un message a faire passer et on a du mal à le saisir, y'a plutôt plein de petits messages.
    Ca commence par le " a bas le gratuit" et ca fini par les majors. Pourtant les majors ne font rien de gratuit et c'est toi à la fin qui dit que tu donne tes chansons gratuitement.
    Tu vois ce genre de truc rend le sujet un peu brouillon, mais sinon j'ai vraiment bien aimé, on y apprend des choses
  • Merci pour vos commentaires! Je vais mettre (plus tard) un titre pour structurer un peu mieux genre : "Payer pour de la musique en particulier gratuite, oui mais pas n'importe laquelle".. Mon but avec ce texte est de faire connaitre la musique libre, d'expliquer la différence entre le fonctionnement de l'industrie du disque et le monde de la musique car les gens normaux ne connaissent que le premier et de faire réaliser l'importance et la responsabilité qu'on a en tant que consommateur...
  • les chiffres de l'album de Fersen me laissent songeur
    on se rend compte en fait que ça fait vivre un tas de gens un disque de Fersen
    le studio graphique se fait 31000 euros par exemple
    le budget com est intéressant : il représente immensément plus que le budget de produtcion proprement dit
    j'étais resté sur des chiffres datant des années 90, on peut dire que ce qui a explosé depuis, c'est le budget com :
    Création graphique : 31 500
    Budget de lancement : 12 000 (mini concerts, déplacements télé)
    Achats pubs : 140 000 !!!!!!!!!!
    Points de présence magasins : 25 000 (corners, plv, points d'écoute)
    Affichage : 22 000
    Communication sur les concerts : 45 000
    Clip : 40 000
    Spot tv : 5 000
    Photos presse : 3 000

    ce qui me fait marrer aussi c'est que rien qu'avec le coût des repas (1625 euros), on produit et on fait la com d'un disque chez another record
    et un pressage en plus
    et sans problème, voire deux ou trois disques même

    à l'arrivée : j'écoute thomas fersen, c'est sympatique mais bon, ça casse pas trois pattes à un canard
    après j'écoute par exemple Odran trummel sur another record, fait avec un budget disons de 1500 euros (j'exagère c'est surement moins mais bon, je simplifie)
    de l'autre côté tu as 450 000 euros à vue d'oeil
    300 fois plus
    bon
    je sais pas ce que vous en pensez, mais moi je trouve que le odran trummel est quand même beaucoup plus intéressant
    bref comme vous le dites tous gaiement
    à quoi bon claquer tout ce fric ?
    on se demande..
    tu m'étonnes qu'ils sont en crise les mecs
  • Finalement, il y a surtout une chose qui ressort du texte d'Elfan et de vos réactions: c'est l'importance du net dans la démocratisation de la musique! Et cette démocratisation se fait à plusieurs niveaux:
    _ pour la pratique instrumentale (leçons et partoches dispos gratos si on cherche bien + possibilité de choper des conseils techniques sur les forums)
    _ pour la diffusion (grâce au mp3)
    _ pour l'accès à une discothèque infinie (grâce au peer-to-peer, notamment)

    Le bouleversement est majeur, et on peut voir ça d'un oeil mauvais. Les "pros" qui critiquent les créations des "musiciens du dimanche", et prétendent que nous leur volons leur gagne-pain. Les majors qui critiquent le téléchargement légal et gratuit, et prétendent que nous leur volons leur gagne-pain.
    Comme le dit Jullian Angel, il n'y a pas de bons et de méchants, même si parfois, je me sens comme un rebelle à l'assaut de l'Etoile Noire. Et même si, souvent, l'Empire contre-attaque (à grands renforts d'articles impartiaux dans les magazines des enseignes hexagonales dédiées à la "culture", par exemple)...
    En effet, je ne peux m'empêcher de chérir de tout coeur et encourager les productions artisanales, parfois maladroites, souvent incroyablement intéressantes, qui fleurissent sur les sites de musique libre. Peut-être parce que je suis moi-même autodidacte, et que depuis mon tout premier groupe de death metal au Lycée, j'ai cherché à imposer une vision de la musique où chacun aurait son mot à dire, du moment qu'il serait sincère, et surement aussi parce qu'en tant qu'artiste auto-proclamé, j'ai toujours cherché à repousser mes limites, subissant le mépris de ceux qui, ayant un imposant bagage technique, ne s'étaient pas donné la peine de développer un univers personnel.
    Et c'est le cas de la quasi-totalité des artistes qui tournent sur les radios, qui dépensent des fortunes pour que leur album te saute aux yeux chez ton disquaire, ruinent leur prod en clips vidéos, s'abonnent aux plateaux télé, et en fin de compte, se sentent menacés par l'armée d'invisibles que nous sommes.
    Parce qu'ils savent que de plus en plus de gens en ont marre de se faire manipuler par la pub, notamment de se faire dicter leur goûts musicaux, et surtout, ils savent que, n'ayant pas voulu ou pas pu prendre de risque artistique depuis belle lurette (ce n'est pas le cas de tous les artistes, mais combien de protégés des majors se contentent de rééditer des ressucées plus ou moins réussies de leur premier succès?), ils font face à un vivier au potentiel novateur suffisant pour les détrôner de leur piédestal.
    A leur place, j'aurai les boules aussi, vu le nombre d'hémorroïdes que leur a coûté leur ascension, c'est râlant de sacrifier son intégrité morale et physique pour une place aussi précaire!
    Et bien moi, je dis, vive Darwin! Si nous devons devenir la météorite qui éradiquera la race des Dinosaures, grand bien nous en fasse! La démocratisation de la musique est sans doute la meilleure chose qui soit arrivée à l'industrie du disque, et c'est regrettable qu'ils soient si rétrogrades, les yeux rivés sur leurs compte-résultats défaillants (et leur profits pêchent plus par leur faute, que par la notre, n'en déplaise à leur insidieuse propagande!), pour ne pas s'en rendre compte...
  • Ouais les "323 500€ pour le matraquage publicitaire (affichage, payer des gens pour parler du disque à la télévision, à la radio et dans les journaux)" sont carrément obscènes!
    Je pense à deux choses:
    -imaginez que vous avez une telle somme pour faire de la musique, moi j'en profiterais pour produire/sortir/distribuer/aider tous les groupes que j'aime mais ça ne me viendrai pas à l'idée d'utiliser cet argent pour harceler (le mot n'est pas exagéré) le public avec mon seul groupe.
    -avez vous des exemples de groupes supra connu qui sont toujours restés en dehors du matraquage (aucun passage sur une radio commerciale par exemple)? Ceux la doivent avoir un talent/mérite énorme!
  • avez vous des exemples de groupes supra connu qui sont toujours restés en dehors du matraquage

    non
    mais n'est-ce pas simplement parce que faire partie des groupes "supraconnus" suppose justement d'être l'objet d'un matraquage énorme ?

    enfin si finalement
    je pense qu'il ya un paquet de groupe dans la lignée de Jean-Sebastien Bach qui sont super connus sans avoir eu besoin de bénéficier d'un gros plan maketing
  • non
    mais n'est-ce pas simplement parce que faire partie des groupes "supraconnus" suppose justement d'être l'objet d'un matraquage énorme ?

    Bien vu! Cela prouve donc que sans harcelement le public se repartirai naturelement vers une variété immense de genres et de goûts et non pas sur la seule variété comme cela est fait artificielement!

    Ahhh quant je pense au bien que ferai l'instauration du Revenu Maximal Acceptable... Ca embeterait bien des crapules...
    (hors sujet: un peu de justice pour le RMA qui fait peur aux médias:
    http://www.decroissance.info/Revenu-maximum-autorise-ou-revenu )
  • dana écrit:
    enfin si finalement
    je pense qu'il ya un paquet de groupe dans la lignée de Jean-Sebastien Bach qui sont super connus sans avoir eu besoin de bénéficier d'un gros plan maketing

    Merci Dana, je peux allez me coucher tranquille ce soir, j'ai eu mon fou rire aujourd'hui !

    Bonne nuité les Dogmaziciens ! :wink:
  • Moi je pense à des groupes comme Sonic Youth ou NOFX qui ont toujours réussi à étendre leur public, sans toutefois recourir au matraquage publicitaire, et en envoyant allègrement chier MTV, entre autres...
  • aaaaah bravo, sonci youth ,c'est LE bon exemple
    j'approuve clap clap
    Dire que je suis fan, et j'y avait même pas pensé.
    C'est vraiment le groupe dont la démarche est le plus cohérente au monde.
    Depuis toujours il fournissent des tonnes de vidéo gratuites sur leur site (qui est une mine d'or)
    Et musicalement c'est irréprochable. Comme tous ils ont fait des trucs moins bien évidemment, mais la démarche est toujours la.
  • C est vrai que Sonic Youth ou NOFX ont une certaine integrite..
    NOFX et ses clips jamais diffuses sur MTV hehe. Ils ont un album ou les credits sont:
    "Aucun remerciement a MTV, aux gros Labels et radios commerciales. Durant toutes ces longues annees, on s'est toujours bien demmerdé sans vous. Laissez nous tranquilles !!! ..."

    Sinon, est ce quelqu un aurait une version recente du graphe de repartition du marche du disque, je suis curieux de savoir si la "crise" a vraiment modifie la donne jusqu a present..
  • Ca y est j'ai fini mon texte et je l'ai publié sur mon blog:
    http://otake.blogspot.com/2008/02/et-si-la-gratuit-de-la-musique.html
    Merci à tous pour vos conseils!
  • Juste une remarque d'ordre strictement technique : les liens dans l'article s'ouvrent dans la même fenêtre, ce qui peut amener le lecteur à ne plus continuer à lire après qu'il ait cliqué. Le surf au gré des clics, c'est un comportement spécifique à ceux qui auraient précisément besoin d'aller jusqu'au bout de l'article, ceux qu'on surnomme du sobriquet "génération zapping". (zapping, oui, génération, je suis moins convaincu que ce soit une question d'âge).
  • Gloup écrit:
    Juste une remarque d'ordre strictement technique : les liens dans l'article s'ouvrent dans la même fenêtre, ce qui peut amener le lecteur à ne plus continuer à lire après qu'il ait cliqué. Le surf au gré des clics, c'est un comportement spécifique à ceux qui auraient précisément besoin d'aller jusqu'au bout de l'article, ceux qu'on surnomme du sobriquet "génération zapping". (zapping, oui, génération, je suis moins convaincu que ce soit une question d'âge).

    Figure toi que j etais auparavant adepte des liens en nouvelle page jusqu a ce que je rencontre un geek révolté qui m expliqua sa haine de ne pouvoir controler les liens, il me dit meme (je n ai pas verifier) que la netiquette soit contre ces liens et que une lecture classique d article se fasse en ouvrant soit meme les liens dans d autres onglets.. Ca demande a etre verifier en tout cas.
  • Bah, un lien direct c'est bien.
    Avec firefox : clic gauche ça remplace, clic centre (ou clic molette suivant votre engin, au pire un clic droit -> ouvrir dans un nouvel onglet) ça ouvre dans un nouvel onglet comme ça on peut suivre sa lecture tranquille et consulter après les pages des liens qu'on a solicités.
    Les autres navigos doivent avoir un système équivalent.
  • xulops écrit:
    Bah, un lien direct c'est bien.
    Avec firefox : clic gauche ça remplace, clic centre (ou clic molette suivant votre engin, au pire un clic droit -> ouvrir dans un nouvel onglet) ça ouvre dans un nouvel onglet comme ça on peut suivre sa lecture tranquille et consulter après les pages des liens qu'on a solicités.
    Les autres navigos doivent avoir un système équivalent.


    8) Et tant pis pour les frimeurs de mac avec leur souris a 1 bouton bwahaha :twisted:
  • xulops écrit:
    Bah, un lien direct c'est bien.
    Avec firefox : clic gauche ça remplace, clic centre (ou clic molette suivant votre engin, au pire un clic droit -> ouvrir dans un nouvel onglet) ça ouvre dans un nouvel onglet comme ça on peut suivre sa lecture tranquille et consulter après les pages des liens qu'on a solicités.
    Les autres navigos doivent avoir un système équivalent.

    Je suis bien d'accord.
    Après il faut peut être adapter le site avec des boutons de navigation selon le cas
  • même les macoïdes ne sont pas tout à fait dépourvus : normalement en faisant un clic+maintenir sur "le" bouton qui est à leur disposition, quelques secondes, oh, joie ! apparaît un menu contextuel (genre clic droit, quoi) qui doit contenir une commande : ouvrir dans un autre onglet - ceci pour les navigateurs avec onglets bien sûr.

Ajouter un commentaire