Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Comment faire comprendre les licences libres aux néophytes?

Bonjour à tous,

Étant convaincu des bienfaits des licences libres en ce qui concerne l'art, et spécialement la musique, je tente, comme beaucoup ici je suppose, de convaincre les artistes que je rencontre, de s'intéresser aux licences libre type Creative Common ou Art libre.
J'aimerais savoir quels sont les ouvrages (livre, publication, billet de blog, etc) les plus convainquant pour une personne n'ayant aucune idée des licences libres (c'est à dire la majorité des artistes)

J'ai lu "Cause Commune" de Phillipe Aigrain et "Free Culture" de Lawrence Lessig qui sont très intéressants mais assez compliqué pour ceux qui ne connaissent pas le sujet.

Existe-t-il un ouvrage concernant la musique particulièrement? en France?

Merci d'avance...

Réponses

  • D'emblée je pense à ce billet récent :
    http://blog.dogmazic.net/2007/10/lart-libre

    Et demain il fera jour !
  • A froid, deux choses me viennent en tête :

    - un article du Bulletin des Bibliothèques de France concernant l'intégration des licences libres en médiathèque (pas vraiment l'idéal pour convaincre des artistes, mais tu y trouveras sûrement des choses à en retirer) :

    http://bbf.enssib.fr/sdx/BBF/frontoffice/2007/04/document.xsp?id=bbf-2007-...
    (edit admin : edition du lien - trop long, foutait en l'air la beeeelle mise en page du forum... - au moyen balises texte_du_lien [ /url ] : mais sans espaces. ici mis espace pour que crochets s'affichent)

    - le livre de Florent Latrive "Du bon usage de la piraterie", qui, si ma mémoire est bonne, ne traite pas uniquement des licences libres mais pose tout de même un tas de question qui améne logiquement à s'intéresser au monde du libre (musique y compris).

    Disponible en pdf (et en creative common) ici : http://www.freescape.eu.org/piraterie/complet.html

    Sinon, la lecture des statuts et des contrats SACEM devraient suffir, non ? :twisted:
  • Salut ajor,

    Pour en parler a tout public depuis 2 ans, j'ai trouvé un moyen d'en parler.
    Ca reste toujours un peu indigeste acr nous ne parlons en sommes que de droit d'auteur.

    Mais je renvois surtout a des exemples et mets l'accent sur les oppotunités artistiques et l'acces fluide que cela procure.

    je te propose de me joindre.
    Envoies moi un email contact.lyon@dogmazic.net et je te file mon tel ou files moi le tiens.

    a+

    didier alias eisse
  • Comme le dit Eisse, je préfère privilégier les exemples
    c'est plus facile pour s'adapter aux singularités de ton interlocuteur
    certains sont plus sensibles à une vision pragmatique (quel est mon intérêt là dedans, ou est-ce que mon intérêt n'est pas lésé) d'autres ne rechignent pas à un peu de droit d'auteur, d'autres encore ont besoin d'un discours engagé politiquement. Faut trouver le bon feeling et c'est parfois difficile..


    la base de liens de dogmazic reste une mine d'or quand même
  • Et qq un en a déja parlé sur scène ?
    C'est autre chose que de parler a chacun je suppose.
    Comme j'ai une chanson qui parle de ca, j'imaginais en parler, mais je sais vraiment pas quoi dire.
    J'y ai pas trop réfléchi remarque ...

    Qq un a déja fait ca ?
  • juste en début ou en fin de live style :
    et vous pouvez télécharger les chansons sur internet et les faire circuler légalement, parce qu'elles sont publiées sous licence libre (un truc dans ce goût) mais vous pouvez aussi acheter les disques hein, ça nous fera plaisir et on pourra se payer des bières après le concert .
  • Oui moi aussi quant j'y pense en concert je dis: "Alors on a des CD a vendre la bas.. " là ya un punk qui fait "bouh!" parce que c'est plus le pogo et qu'on est des capitalistes et je rajoute "mais comme on n'est pas à la SACEM toi tu peux aussi trouver l'album légalement sur notre site internet.."
    Après au stand, ça m'arrive souvent de discuter plus en détails de la musique libre avec le public mais aussi avec les groupes avec qui on joue. Je commence des fois en regardant le CD du groupe au stand, quant je vois le logo SACEM je fait "ah vous êtes à la SACEM? Et vous avez touché beaucoup d'argent grâce à eux?" et là une bonne discussion démarre :)
  • Elfan écrit:
    Oui moi aussi quant j'y pense en concert je dis: "Alors on a des CD a vendre la bas.. " là ya un punk qui fait "bouh!" parce que c'est plus le pogo et qu'on est des capitalistes et je rajoute "mais comme on n'est pas à la SACEM toi tu peux aussi trouver l'album légalement sur notre site internet.."
    Après au stand, ça m'arrive souvent de discuter plus en détails de la musique libre avec le public mais aussi avec les groupes avec qui on joue. Je commence des fois en regardant le CD du groupe au stand, quant je vois le logo SACEM je fait "ah vous êtes à la SACEM? Et vous avez touché beaucoup d'argent grâce à eux?" et là une bonne discussion démarre :)

    :lol: la bonne approche
  • The_Archdude écrit:
    Et qq un en a déja parlé sur scène ?
    C'est autre chose que de parler a chacun je suppose.
    Comme j'ai une chanson qui parle de ca, j'imaginais en parler, mais je sais vraiment pas quoi dire.
    J'y ai pas trop réfléchi remarque ...

    Qq un a déja fait ca ?

    Oui rico, un des fondateur, lors d'une soirée de 1500 personnes en interaction avec les "orges de barback"

    a lyon on a aussi fait des soirées d'info ; mais le public etant eclectique (avertis/néophites) nous avons vite remarqué que ce n'etait pas la bonne méthode.
    Le mieux c'est le stand en festival.
    C'est souvent gratos car nous ne faisons que le l'info (pas de vente) et les organisateurs sont souvent ravis.

    Mais surtout les gens arrivent au compte goute ; ca te permet d'aménager en fonction ton discours. Parfois tu te retrouve avec 12 personnes devant le stand !

    Avant de parler licence libre je ramène a l'essentiel : gestion individuelle des droits d'auteurs. D'autant plus que cela amène une complète légitimité car ce terme est très décrit dans le code de la propriété intellectuelle ; ce qui coupe court tout arrogant détracteur qui remettrait en question la légalité du système.

    didier
  • En ce moment, je commence à m'écrire des pièces pour flûtes à bec, ce qui sera jouable en public sans moyens démesurés. J'imagine bien que ça peut avoir un effet intéressant de dire aux gens que comme je ne gère mes droits par aucune société de type sacem, c'est moi qui décide ce qu'on peut faire ou pas, et e dis qu'iils ont le droit de filmer et même de mettre sur internet leur film sans rien devoir à la Sacem, il faut juste indiquer clairement le titre, les auteurs et la licence CC dans leur film comme c'est indiqué sur le programme, ne pas le vendre et ne pas s'en servir pour de la publicité (en suposant CC by-nc-sa). C'est une approche concrète, c'est bref, et il y a l'essentiel, et on passe à la musique proprement dite immédiatement, en tout cas c'est ce à quoi j'ai pensé assez tôt.
  • Merci beaucoup pour vos réponses... Ça m'a fait un peu de lecture et fortifié mes arguments...
    De plus en plus de groupes se plaignent du fonctionnement de la Sacem et des méthodes de l'industrie du disque, seulement ils ne connaissent pas vraiment les licences libres. Beaucoup croient que ce n'est qu'un vague projet anarchiste complètement irréaliste.

    Ce que j'essais de faire c'est de leur expliquer que c'est en passe de devenir un projet viable, et que si assez de monde bascule vers les licences libres, certains pourront même faire de la musique leur gagne pain.
    Ces artistes susceptibles de basculer vers les licences libres ont juste besoin qu'on leur donne un peu de courage (et de les rassurer), car certes, en l'état, ce projet est assez idéaliste, mais à terme, il deviendra sûrement efficace...

    Et c'est pour les rassurer (par exemple au sujet de leurs droits) et leur donner ce petit "coup de courage" que nous devons bien argumenter lorsqu'on parle de ces licences libres...

    Est-ce que vous voyez le truc comme ça?
  • oui, nous voyons le truc comme ça.
    (juste qq fragments de réponse)

    les licences libres/ouvertes, s'inscrivent parfaitement dans le cadre classique du droit d'auteur, dans le CPI (Code de la Propriété Intellectuelle). les licences libres ressortissent parfaitement à la gestion individuelle du droit d'auteur.

    nous sommes - aujourd'hui : dans la situation historique, technologique, d'aujourd'hui - exactement dans la position et dans la lignée de Beaumarchais, quand il "créa en 1777 la Société des auteurs, et d’Ernest Bourget, Paul Henrion et Victor Parizot quand ils créèrent en 1850 la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique.
    Il s’agit, comme le disait Beaumarchais, de défendre les auteurs contre ceux qui, en l’occurrence les puissants comédiens du Français, «osaient tout contre les auteurs, parce qu’ils se sentaient protégés et agissaient contre des gens isolés, dispersés, sans réunion, sans force et sans appui » "(Cité in Thomas Paris, Le droit d’auteur : l’idéologie et le système, PUF, 2002, p. 81.)
    je cite là notre contribution au Livre blanc sur le P2P (livre blanc p2p en .pdf )

    qui sont ceux qui osent tout contre les auteurs aujourd'hui ?
    [ les auteurs aujourd'hui qui ne touchent (quasi)jamais plus de 4,5% (8%maxi) sur leurs oeuvres ]

    à cela nous essayons de répondre, et précisément dans un cadre "idéaliste-pragmatique", d'oeuvrer et pousser à ce que beaucoup oeuvrent à la création d'un écosystème viable de la musique libre. d'où le présent site, d'où pragmazic, d'où automazic, d'où aussi La Citerne, Révolution Sound Records, MCP, boxson, et tant et tant de labels, d'initiatives, de festivals, de concerts, etc.

Ajouter un commentaire