Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Ableton + Wine

On en parlait pendant le festival, Ableton... équivalent sous linux ?

Et pourquoi le faire tourner directement via Wine ?

Voici apparemment une solution :
http://dasacc22.wordpress.com/2008/08/27/ableton-live-linux-and-wine/
http://ubuntuforums.org/showthread.php?t=923957

Pas parfaite (quelques bugs apparemment) mais à tester !

J'en ferai une news dès que possible si les tests sont bons pour de la production audio.

Réponses

  • Toi qui semble lire l'Anglais couramment, tu pourrais traduire parce que dans le traducteur Google ça n'a aucun sens. De mon côté sous Fedora 9, mon Live 7 avec Wine ça ne fonctionne pas. Ce qui n'est pas vraiment un problème puisque j'utilise XP pour composer avec Ableton. Franchement, qu'elle est l'intérêt de bosser avec du privatif sur un OS libre ?

    Enfin bon, chacun fait ce qu'il veut...
  • Certains veulent pouvoir bosser avec du CMJN avec leur logiciel de dessin (ce que ne fait pas Gimp), d'autres sur des logiciels de son non développés sous linux (c'est mon cas avec un tracker, open-source, mais sous win)...

    Je ne suis pas aussi "jusqu'au boutiste" dans l'utilisation d'un logiciel (sinon je n'aurai pas installé les codecs dvd, mp3 et autres sur mon ubuntu). Je pense que parfois il est intéressant de tester, d'attirer de nouveaux utilisateurs...

    Traduction rapide de l'article :
    "Mes différentes tentatives d'utiliser Ableton sous linux se sont retrouvées en échec jusque là à cause d'une erreur direct draw (ND'Aisyk : module qui dessine les fenêtres sous win). Mais avec la version 1.1.3 de Wine, Ableton a pu s'installer et se lancer !
    (...)
    (ND'Aisyk : Ensuite c'est une collection d'erreurs que l'auteur a pu avoir)
    Quelques messages d'erreurs lors du drag and drop de certaines pistes, mais les projets imposants avec midi, loop, samples se sont bien déroulés ("went great"). Le dossier "my ~ Saples/Records/ est introuvable alors que c'est le dossier par défaut de travail d'Ableton..."

    Bref, quelques erreurs de fonctionnement, de localisation de dossier (là on peut aussi mettre en doute l'auteur de l'article)...

    Le deuxième lien montre qu'une installation d'Ableton fonctionne avec wine grâce au paquet wine-asio qui gère le son entre l'interface en Asio des logiciels de son sous win et wine (qu'on peut configurer pour passer par Jack, au passage).
  • Comme je l'ai écrit en conclusion, chacun fait ce qu'il veut.

    Les raisons pour lesquelles je n'ai pas envie de voir Live utilisable sous Gnu/Linux, c'est que je veux un équivalent en mieux et en modulable en open source.

    Live est le logiciel qui correspond parfaitement à ma façon de travailler la musique, c'est à dire de façon bordélique et empirique, une sorte d'enregistreur temps-réel sans presqu' aucune limite où il est possible de travailler dans le sens qu'on veut. Néanmoins les versions se suivent et comme dans tout logiciel privatif, des erreurs d'ergonomies persistent. Beaucoup de fonctions que je n'utilise pas viennent alourdir l'ensemble. L'OSC, par exemple n'est toujours pas de mise alors que mon contrôleur me permet de l'utiliser et d'avoir un contrôle totale de ce logiciel.

    Et puis malgrès son succès, ce soft reste le seul de son genre sur le marché et ce qui lui confère une sorte de monopole qui fait que d'une version à l'autre, non seulement il bouge peu mais en plus les projets deviennent incompatibles entre eux. Par exemple, des projets faits dans le 6 ne passent pas dans le 7. Je trouve ça scandaleux.
    Un exemple : il a fallu attendre la version 6 pour que Live renvoi un signal à mon contrôleur pour lui dire que le clip que je suis en train de jouer est en train de jouer.
    Tout ça pourquoi ?
    Parce que Ableton à l'instar de Microsoft, passe des deals avec des fabricants de contrôleurs et qu'il fait du marketing au lieu de développer pour les besoins de l'utilisateur final, le musicien, mon contrôleur ne faisant pas partie des deals.

    Enfin, Wine n'est pas une solution surtout dans un contexte où le Logiciel Libre gagne des parts de marché. Au contraire, il faut que de plus en plus de musiciens passent en libre et délaissent ces outils coûteux et lents à répondre aux besoins de l'utilisateur final.
    C'est quand même mieux de bosser avec Ardour qu'un cubase sous Wine, non ?

    Voilà :)
  • les projets deviennent incompatibles entre eux. Par exemple, des projets faits dans le 6 ne passent pas dans le 7.
    C'est énorme comme point noir!

    N'empêche que je pense qu'au niveau du moteur temps réel de Live (à ma connaissance, c'est l'interface la + réactive) y a eu un gros travail de R&D et que ça ne doit pas être très facile de réaliser un live-like.
    Perso, ce qui me bloque le + pour passer complètement sous Linux (je fais tout avec sauf la zique), c'est les incompatibilités avec certains plugins DX/VST (et aussi le fait que je maîtrise FL Studio [qui n'est pas vraiment adapté au live, d'ailleurs] et aussi que je suis une grosse fainéasse :p)
    C'est quand même mieux de bosser avec Ardour qu'un cubase sous Wine, non ?
    C'est comme pour la zique, faut éviter les intermédiaires qui vous grattent au passage:D

    En tout cas, Merci encore à Aisyk de nous donner régulièrement des infos intéressantes qui, j'en suis sûr, peuvent ramener plus de monde vers le logiciel libre :)
  • Je comprends très bien les problèmes que cela peut engendrer, typiques des logiciels propriétaires.

    D'une certaine manière, je préfèrerai que les utilisateurs de windaube aillent sous linux, plutôt que des applications linux soient portées sous windaube (amarok/ardour en tête). La base est différente.
    Mais il est certain que tu as raison sur les points évoqués plus haut. Les problèmes d'incompatibilités volontaires des éditeurs de logiciels en raison des accords commerciaux avec telles ou telles boîtes sont un fléau pour la création et tout ce qui pourra être fait pour les enrayer sera le bienvenu. (avec wine, par exemple, on peut utiliser plusieurs versions différentes d'un logiciel...)

    La puissance et la modularité d'un linux en font ses points forts.
  • live + wine c'est pas un peu lourd ?

    perso je n'utilise que band in a box via wine... un équivallent potable pourrait à mon avis exister (en combinant l'existant notamment lilipond...) mais après il reste toute la base de titres à faire (des tones et des tones de standards) et les syles, un gros morceaux ...

    Bon à ma connaissance cet équivallent n'est pas sur le point d'être développé... donc wine est un bon plan.
    pour info : j'ai tenté l'install via wine et comme ça ne marchait pas, j'ai copié tout le répertoire de mon vieux c:windaubien sur mon c: virtuel et ça marche !
  • Depuis que je fais de la musique, j'ai passé mon temps à repenser ma manière de faire.
    Platines, séquenceurs machines, synthés, enregistreurs analogiques puis numériques.
    Depuis que je suis passé au tout informatique, j'ai tendance à m'installer dans une certaine routine, je commence à prendre des habitudes et c'est vrai que je rechigne à devoir chercher comment travailler sous un autre OS qui ne propose pas de solutions logicielles ( en musique ) aussi avancées qu'avec Windows.
    Pour le musicien "classique" qui s'enregistre piste par piste sur un séquenceur linéaire, ne pas être sous Linux n'est plus pardonnable. Par contre il est vrai que pour des styles musicaux basés sur le sampling, l'édition et le collage en temps réel, le beat slicing ou le calage automatique des boucles à la volée, c'est pas évident. Je comprends que les Linuxiens en devenir essaient de faire fonctionner Live ou certains Vst dans Wine.

    Je pense aussi que Linux est d'abord un état d'esprit. Il faut penser différemment car ce n'est pas windows ou MAc Os, c'est autre chose même si ça y ressemble, graphiquement, de plus en plus. Comme les licences que nous utilisons, ça dépasse l'outil et ça devrait engendrer une réflexion sur le monde qui nous entoure et la façon dont nous vivons ensemble.
    Pour ma part, mon esprit change, mon point de vue aussi et je sais qu'à terme, j'arrêterai d'utiliser Live parce que j'aurais compris comment utiliser Linux pour faire ce que je veux. D'ailleurs ma façon de composer va certainement changer aussi et ma musique évoluer à nouveau.

    Enfin, Ableton Live ne doit pas devenir une référence en matière de composition car c'est un outil privatif comme les autres qui fonctionne de la même façon : rétention d'information, hiérarchie pyramidale, dictat du marketing, inclusion des tendances, inertie, etc...

Ajouter un commentaire