Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Quand on s'attaque aux outils...

2»

Réponses

  • Cher monsieur Petitgigard

    J'ai tout lu votre interview là http://tf1.lci.fr/infos/high-tech/0,,4149502,00-si-la-loi-ne-passe-pas-nous-lancerons-des-procedures-par-milliers-.html , ça fait cinq fois que j'essaie de poster le même commentaire élogieux à l'endroit adéquat, hélas le modérateur du site doit sans doute voter communiste ou même pire, il efface systématiquement mes félicitations sans explication…

    Donc je voulais vous dire : bravo pour votre brillante démonstration !
    Il est grand temps que les pirates comprennent qu'Internet ne doit pas être une zone de non-droit, et que désormais, dès qu'ils pirateront un morceau sans avoir pris soin de pirater une adresse IP en même temps, ils auront un risque sur 27 milliards(1) de recevoir un troisième avertissement ! Bravo !

    Et tant pis pour ceux qui hurlent au liberticide : 5000 titres surveillés par un organisme privé qui ne pénalisera sans jugement ni preuve formelle que pour défendre ses propres intérêts, c'est pas l'œil de Moscou, après tout !

    Alors évidemment, comme vous le dites, cette loi va coûter de l'argent.
    Mais c'est une loi hautement morale et équitable. Et c'est d'espoir dont il s'agit : l'espoir que l'on redonnera à nos plus grands artistes (ceux concernés par les 5000 morceaux surveillés à la demande des ayants-droits de l'industrie du disque) ; l'espoir que l'on redonnera à l'industrie du disque et du divertissement elle-même, qui en a bien besoin en ces temps de crise où les montages financiers s'écroulent sous les maisons vides des nouveaux pauvres expulsés du rêve américain ; l'espoir enfin que l'on redonnera par rebond aux autres artistes, les petits, les humbles, qui, grâce aux effets dissuasifs de la loi, ne seront plus téléchargés. Du tout.

    Mais je vous vois pessimiste quant aux résultats effectifs… Comment un esprit aussi brillant que le vôtre peut-il se laisser abattre à ce point ? Certes, comme vous le dites, "même si le téléchargement légal était multiplié par cinq, on serait encore dans une situation quasi-désespérée", mais reprenez confiance ! Les partenaires de la loi(2) trouveront rapidement de nouveaux débouchés qui réguleront le marché !
    D'ailleurs, les 5000 titres surveillés, protégés, bénéficieront sûrement d'efforts promotionnels intenses qui encourageront leur téléchargement léga! ! Cela aura l'avantage de définir clairement l'offre main stream qui identifie la hiérarchie du vrai talent, celui qui fait vendre en masse, créateur de vraie richesse.
    Et puis, les "partenaires de la loi" sauront très généreusement mettre à disposition des "petits"' artistes des espaces de diffusion où ceux-ci auront une chance de faire découvrir leur musique à l'internaute grâce aux packages d'abonnements hautement lucratifs pour l'industrie et gratuits pour les petits artistes eux-même : oui, les petits artistes eux-aussi auront une chance de survivre en ne payant pas plus cher que maintenant pour se faire connaître sur les espaces légaux, autorisés et rentables !

    Et l'internaute honnête pourra quant à lui conserver une grande liberté de choix pour découvrir les artistes sélectionnés par l'industrie du disque, et même, s'il est assez curieux pour sortir des sentiers balisés de la promotion intense et moyennant un abonnement modique, de participer à l'essor de la prochaine Céline Dion que l'industrie du divertissement pourra alors, grace aux bénéfices réalisés sur les ventes du catalogue des petits artistes non rémunérés, promulser dans le sérail des vrais artistes protégés en engageant courageusement les investissements nécessaires au soutien d'un produit testé et approuvé par le consommateur !

    En ce qui concerne la sanction, je vous admire d'avoir défendu jusqu'au bout la coupure en lieu et place d'une amende, qui ne profiterait finalement qu'à l'état et au contribuable, et non à la grande perdante qu'est l'industrie du disque : grâce à la coupure, non seulement les pirates(3) ne pourront plus tuer les artistes sélectionnés par l'industrie du disque, mais en plus, sans connexion, donc sans espace d'expression, ils auront beau jeu de hurler à la privation de liberté tout seuls devant un écran noir ! Hahaha !

    Vous voyez, l'avenir n'est pas si noir !

    Sinon, j'ai lu aussi avec intérêt les "10 fausses idées sur hadopi" présentées sur le site jaimelesartistes. Encore une fois, quel talent rhétorique !
    Des perles comme "Le projet est-il contraire à l'Europe ? - Non, car la prise de position du Parlement européen le 10 avril 2008, défavorable à la suspension de l’accès Internet, est manifestement mal fondée." sont à mon sens à graver dans les anales ! C'est rafraîchissant comme euuuh… une pastille Vichy, tiens !


    Avec toute mon admiration.

    pola.k



    (1) Evidemment, nous savons vous et moi qu'en fait, cela veut dire que cette proportion passe de 1 risque sur … 1 dès que le "pirate" télécharge un seul des 5000 titres les plus surveillés. Et nous savons quels sont ces 5000 : le main tream téléchargé par Monsieur Toutlemonde, qui n'y bite rien aux affaires d'IP flottantes…
    Parce qu'évidemment, nous savons vous est moi que l'identification du pirate par l'adresse IP est tellement aléatoire que finalement, les réclamations pour erreur dès les premiers avertissements ne pourraient que contribuer à créer une certaine… disons, paranoïa chez monsieur Toutlemonde, ce qui est finalement l'objectif final, hein ?… A non, pardon : votre objectif marketing low-aim est inscrit plus bas : +500% de téléchargement légal. Waaa, ça c'est du challenge ! Va falloir attaquer fort en promo sur les 5000 du mainstream ! On n'a pas fini d'entendre Souchon couiner sa révolution bobo en signant les appels à hadopi…

    (2) http://www.numerama.com/magazine/11216-Propagande-le-ministere-cache-ses-partenaires-prives.html

    (3) Evidemment, nous savons vous et moi qu'en fait, il s'agit (ou plutôt il peut s'agir, quand l'identification n'est pas dûe à la latence d'attribution des IP flottantes) de la connexion des pirates, mais aussi de celle de leur foyer. Après tout, les parents n'ont qu'a surveiller leurs gosses, ils en sont responsables. Et les gosses n'ont qu'à surveiller leurs parents aussi, les époux leurs épouses, leur potes, leurs voisins connectés en wifi sur leur adresse sans même le savoir… Cette solution militaire de la punition collective ne peut faire naître qu'une armée bien rangée de citoyens vertueux…

Ajouter un commentaire