Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

HOME, un cas d'école ?

C'est la question que je me pose quand je découvre que le film est téléchargeable partout même sur des sites de torrent qui se disent légaux. Trés étonnant, parce que nous sommes là dans un cas où tous est particulièrement flou. Je ne vais pas parler de la qualité du produit fini qui a bénéficier de toute la technologie dernier cri pour avoir une forme esthétisante et divertissante de la catastrophe qui est déja bien engagée. Au moins, nous auront de belles images à montrer à nos petits enfants. Je ne commenterai pas la manière dont ce film a été financé ni dans quel but, ni l'alibi carbone qui permet à n'importe quel pollueur de crâmer du kérosène au service de sa vision de l'art et d'avoir la conscience tranquille. Roulez en 4X4 mais plantez des arbres, tout va bien. Discours simpliste, film esthétisant, bonne conscience, écomarketing, greenwashing, brouzoufs, etc...

Non, ce qui est intéressant c'est que YAB dit partout : “il n’y a pas de droits, n’y a pas de copyright, montrez-le au maximum de gens”

Seulement il y a un petit problème, c'est forcément faux, quelqu'un a les droits et ce n'est pas YAB qui semble être ce que nombre d'artistes sont dans ce pays, la France, des bisounours qui ne veulent surtout rien avoir à faire avec les aspects légaux qu'implique leur travail. Ce quelqu'un est un monsieur qui est un féroce homme d'affaire à défaut de continuer à être un bon réalisateur, ce monsieur c'est Luc besson, ou plutôt sa company, Europa Corp. C'est marqué partout : Copyright Europa Corp.
L'autre problème c'est que môsieu Besson a défendu bec et ongles la loi Hadopi façon Lefèvbre, en utilisant des arguments fantasmagoriques, des fausses vérité et autres bullshits.

En quoi est-ce un problème en fait ?
Ce film a un impact, il a été diffusé massivement dans 50 pays, est passé sur France 2, a touché le coeur d'artichaut de millions de Français, est diffusé en intégralité sur Youtube, est téléchargeable sur Freetorrent sous une licence cc.by, et surtout, la confusion entre libre de diffusion parce que gratuit n'a jamais été aussi présente.
By ? Ca veut dire que vous et moi pouvons le télécharger, le diffuser, le copier, diffuser ces copies sur support physique, en faire commerce et ne rien devoir à personne, en couper des bouts, le remonter, en prendre la bande-son et la remixer, remonter le film avec une autre bande-son, tout devient possible. Sauf que... Europa Corp a le copyright, Luc Besson, pro Hadopiste a le copyright...

Alors quoi ?
Comment ça se fait que la communauté du libre, Creative commons France, monde, framasoft, La Quadrature, etc, ne montent pas au créneau pour dire : Hého ! On ne nous la fait plus. Il y a deux semaines vous vouliez faire de nous des délinquants, installer des mouchards sur nos ordis et nous couper le net, et maintenant, vous distribuez un truc copyrighté en laissant s'installer la confusion la plus totale entre gratuit, streaming, téléchargement P2P, pédagogique et écologique? Nous prenez pour des cons ou bien ?

Vous n'allez pas me croire, mais le silence est assourdissant.

Un article su le sujet :
http://owni.fr/2009/06/06/home-yann-arthus-bertrand-luc-besson/
«1

Réponses

  • ça permet au moins de comprendre que le droit ne s'applique qu'à certains, pas à tous.
    Il est donc normal qu'Europa corp puisse jouer du copyright d'un coté de la By SA de l'autre sans aucun souci tout en soutenant Hadopi, tout à fait normal.
    Ceux qui pensaient que nous étions en démocratie, et que le socle de notre société est basé sur la séparation des pouvoirs peuvent toujours continuer à croire que nous vivons dans le monde merveilleux des bizounours, mais force est de constater que nous sommes en république et bananière de surcroit, pas en démocratie... (et il ne s'agit en aucun cas d'une posture politique mais bien d'un usage naturel du pouvoir chez l'être humain, du moment qu'il en a ne serait-ce que quelques miettes).
    C'est un cas d'espèce fort intéressant qui illustre bien que les lois et la règlementation sur le droit d'auteur ou le code de propriété intellectuelle n'existent qu'à l'attention des publics et des artistes, certainement pas à celles des producteurs et éditeurs, surtout quand leur plan marketing a besoin de les enfreindre allègrement.
    Quand je causais de "récupération", assimilation forcée pour fondre le libre dans la masse des "produits" afin de ne lui donner qu'un aspect promotionnel pour les uns (europa corp) et le transformer en faire valoir de la vraie culture industrielle professionnelle pour les autres , c'etait tout à fait dans cet esprit.

    Alors on nous parle de développement durable, d'un changement profond nécessaire à la survie de l'humanité, ce que l'on peut constater c'est que "profond" est sans doute employé dans un double sens, ça dépend de la façon dont ils veulent nous le "mettre"...

    C'est un peu le même esprit finalement qui préside quand certains artistes "sacem" viennent tenter de mettre leurs titres ici pour plus de visibilité se foutant complètement des conséquences envers le public en cas de problème juridique.
    Et d'ailleurs que se passera-t-il quand un internaute se verra jugé en contrefaçon
    (DADVSI) pour avoir téléchargé des oeuvres sous copyright illégalement, dont "home"?

    Après l'exception au titre de la copie privée, voici naitre l'exception "europa corp"...
    "Il est interdit de télécharger une oeuvre protégée par la gestion collective du droit d'auteur, le copyright ou le publishing à l'exception des oeuvres produites par europa corp, dans la mesure ou monsieur Besson en a donné l'autorisation."
    J'imagine bien l'amendement présenté en séance et voté à l'unanimité...
  • Ouaip si licence libre il y a alors elle est caduque, puisque la licence qui s'applique est spécifique : elle est faite sur mesure, c'est tout à fait possible puisqu'une licence n'est qu'un contrat.

    Le réel probnlème ce sont les affirmations de YAB. Chaque fois qu'il parle du film, il dit que "c'est libre de droit". Preuve qu'il n'y entrave rien et que son entourage le laisse dire parceque personne n'y entrave rien...

    De même que le gars qui a placé le film sous licence CC-by-sa sur freetorrent ! Ou alors il l'a fait exprès puisque YAB n'arrêtes pas de répéter que c'est libre de droit, allons y gaiement pour voir !!!
  • de toutes façon ils en ont rien a battre que le film soit copyrighté ou pas (enfin, pas tant que ça vu qu'ils vont essayer de vendre quelque DVD quand même ^^) vu qu'il est financé par le groupe "Pinaud Printemps Redoute" qui profite de l'aubaine pour "green-washer" un peu ses marques phares...

    Un échange de bon procédé entre gens de pouvoirs... franchement tout ce qui tourne autour de ce film gravite dans une sphére toute autre que le petit monde du libre...
  • Tumulte écrit:
    de toutes façon ils en ont rien a battre que le film soit copyrighté ou pas (enfin, pas tant que ça vu qu'ils vont essayer de vendre quelque DVD quand même ^^) vu qu'il est financé par le groupe "Pinaud Printemps Redoute" qui profite de l'aubaine pour "green-washer" un peu ses marques phares...

    Un échange de bon procédé entre gens de pouvoirs... franchement tout ce qui tourne autour de ce film gravite dans une sphére toute autre que le petit monde du libre...

    Là n'est pas le problème Tumulte. Nous aussi on s'en cogne d'Europacorp, de Yab et tutti cuanti. Le problème est que le Libre ne réagit pas beaucoup quand il y a une atteinte à l'intégrité des licences. Il pourrait au moins y avoir une réaction officielle, une interrogation ou une indignation sur la majorité des forums. Même pas. Kassandre.org, rien, Jamendo, heu, c'est pas du libre, Framasoft, rien, creative commons France, rien, Quadrature du net, rien, April rien.

    Imaginons que Microsoft sorte un logiciel et que son concepteur nous dise : "Allez-y, il est libre de droits, il n'y a pas de copyright, partagez avec vos voisins !"
    Alors que partout il y aurait marqué que le copyright appartient à Microsoft.

    Je trouve ça gros que personne ne réagisse. La chaleur sans doute...

    En tous cas, je rejoins Christophe dans son analyse de la récupération des licences. C'est clair. L'assimilation se fait en douce, à base de chevaux de troie, dans l'indifférence de ceux qui utilisent les licences pour créer des alternatives au monde marchand traditionnel. On devrait exiger, au nom du droit, que ceux qui laissent s'installer la confusion concernant la diffusion d'un documentaire de cette envergure, précisent clairement que ce documentaire n'est pas librement téléchargeable et que les contrevenants s'exposent à la loi sur la contrefaçon. Ce n'est pas le cas. Au lieu de ça, une partie du monde Libre met dessus des licences fantaisistes et incitent clairement les internautes à se mettre dans l'illégalité.

    Il y a une trés grande différence entre aller sur Pirate Bay et y télécharger le dernier blockbuster tout en sachant que c'est illégal et aller télécharger un fichier estampillé libre et se retrouver dans l'illégalité parce qu'on a été trompé. Si on laisse faire ça, alors autant arrêter de suite de cautionner les licences libres et ouvertes, parce que ça ne veut plus rien dire.
  • Si, justement, je pense que le problème est là...

    Je pense pas qu'il y ait atteinte au libre ou quoi, c'est vraiment un film hors-normes au sens propre du terme!

    En effet ce film propose quelque chose de relativement inédit : il offre de la bonne conscience, c'est un peu comme a l'époque où on achetait sa place au paradis, là, chaque acteur s'offre une conscience verte (et les retombées financières qui vont avec!)...

    Ce "film" tiens de la pub au sens où le seul truc important est qu'il soit le plus vu possible. Pour plus de raison : le message arrange les industriels, les politiques etc... (rappelons que YAB dis qu'il faut arrêter d'interpeller les pauvres politiques et s'en remettre a soit même)...

    De la même façon, si une pub se retrouve sous youtube ou P2P, elle ara beau être copyrighté jusqu'à l'os, on a jamais vu un publicitaire râler pour violation du copyright!

    Je pense que le discours de YAB est : "allez-y c'est copyrighté, mais on vous en voudra pas"....

    Comme je viens de le dire, le micmac tiens a la nature ambiguë du "produit"... C'est un FILM ET UNE PUB... du coup, légalement ça deviens un hybride bâtard et bizarre
  • Tumulte écrit:
    Je pense pas qu'il y ait atteinte au libre ou quoi, c'est vraiment un film hors-normes au sens propre du terme!
    Si, il y a atteinte au libre et au droit,

    Soit c'est sous une licence propriétaire avec accord de diffusion, soit c'est en DP (ce que laisse penser YAB), soit c'est en cc-by etc ....

    Le mélange des genres que pratique ici EuropaCorp est totalement contre productif pour la culture du libre.

    Pourquoi s'embêter avec des licences ? Pourquoi s'intéresser aux licences libres permettant de diffuser ma production ?
    C'est un rude boulot de faire comprendre aux quidams l'importance des licences et du droit, la diffusion du film Home va encore alourdir le processus de démocratisation des licences libres.

    A+
  • sérieux y'a des mecs qui l'ont diffusé avec une By Sa, ça me branche moi ça, ça fait de la matière à clip, à furieux détournement... (je commence déjà à avoir des idées pour une vidéo pour notre titre "the bastard"....)

    Je vais allumer freetorrent et je reviens...

    dF
  • Petit rappel "libre de droit" = Domaine public... ouaip sauf que (et jusqu'à preuve du contraire) les créateurs de Home ne sont pas morts depuis plus 70 ans.

    Dans cette affaire le libre n'est pas mis en avant ni utilisé, et on ne peut pas les y obliger, mais en plus, le droit d'auteur au sens le plus basique est tout simplement ignoré !
  • Ayé je suis un intégriste sur le fofo de freetorrent, je suis désolé de m'aperçevoir que ces gens sont des rigolos et ne comprennent pas les tenants et aboutissants.

    dF
  • Tu les as presque fait pleuré dis donc :)
    De vrais gamins pris la main dans le sac. Pathétique. Et puis l'alibi du docu d'utilité publique qui mérite qu'on se mette le droit sur l'épaule...Pfff, j'ai envie de dire.

    Yza, a écrit :
    Dans cette affaire le libre n'est pas mis en avant ni utilisé, et on ne peut pas les y obliger, mais en plus, le droit d'auteur au sens le plus basique est tout simplement ignoré !

    Exactement, et c'est là qu'est le problème selon moi. Le droit d'auteur est un droit que tout le monde peut réclamer. En ce sens, c'est un droit égalitaire. Quels que soient la situation sociale ou économique, le droit d'auteur couvre et protège les oeuvres de n'importe qui. C'est donc un droit trés important dans une société où tout devient la propriété de firmes puissantes et nous privent de nos droits les plus élémentaires de plus en plus. Minorer, ignorer, dévoyer le droit d'auteur, c'est permettre à la puissance économique de s'approprier le travail de ceux qui ne peuvent pas leur opposer de résistance faute de moyens. C'est aussi permettre la confiscation de ce travail qui ne peut plus bénéficier au pot commun, c'est empêcher l'Humanité de progresser, d'apprendre et de s'émanciper.

    Il ne vous aura pas échappé que nous sommes intimement lié au droit d'auteur, nous autres utilisateurs de licences libres et ouvertes. Que les licences ne sont que des avenents au contrat initial et qui permet d'assouplir un droit trés rigide.
    Affaiblir le droit d'auteur c'est affaiblir les licences libres et ouvertes. Nos licences se sont construites contre le droit d'auteur. Contre au sens de tout prêt et contre au sens de en confrontation avec sa rigidité.

    Donc nous devrions prendre position contre les déclarations d'ignorants de la trempe de Yab
    parce que ce type, par bêtise, ignorance, j'm'enfoutisme, parce qu'il croit que livrer son document HD est trop important pour se soucier de contingences aussi basse que le droit d'auteur, il nous fait du tort et il contribue à tromper son public.

    Shnoulte a écrit :
    C'est un rude boulot de faire comprendre aux quidams l'importance des licences et du droit, la diffusion du film Home va encore alourdir le processus de démocratisation des licences libres.

    Absolument.

    Même nous, nous avons du mal à faire comprendre à des gens se réclamant du libre que pas de licence égal full copyright et non libre de droits.
    C'est dire que le chemin qui reste à parcourir est encore méchamment long, non ?
    Donc nous devrions nous mobiliser contre des gus qui sont loin d'être 5 dans un garage et qui tranquillement nous pourrissent la vie.
  • yza écrit:
    Petit rappel "libre de droit" = Domaine public... ouaip sauf que (et jusqu'à preuve du contraire) les créateurs de Home ne sont pas morts depuis plus 70 ans.

    si je peux me permettre isa, "libre de droit" est une expression utilisée pour désigner les musiques d'illustration de documentaires audiovisuels principalement. On achete du libre de droit pour ne pas avoir à reverser des droit à chaque diffusion, des royalties sur les ventes, ca n'a rien a voir avec le domaine public.
    C'est la clientéle que vise jamendo, qui est en concurrence frontale avec kokamedia et ses potes.
    il y a 15 ans, tout bon studio de prod se devait d'avoir la collection des CD audios de chez KokaMedia ou autre fournisseur de "musique au metre".

    comme quoi les amalgames liés à la musique libre diffusion sont inextricables, si meme toi isa, qui en connait un rayon tu te fais avoir aussi...

    evangeliser pour restaurer le sens de ces differentes expressions musique libre, libre de droit, domaine publique, libre diffusion, LLD, LO, CC, LAL va obliger à utiliser les meme armes de propagande massive que les guignols. car c'est un merdier sans nom pour les non initiés, et meme les experts y perdent leur latin....a vous de voir ce que vous voulez, défendre un drapeau creative commons, et donc defendre jamendo et leur copains tartuffes, ou promouvoir la culture non marchande.
    Pour moi les CC, c'est "has been", et c'est dû justement à ces amalgames qu'entretiennent les tartuffes, car c'est leur fond de commerce.

    le top, ca serait une licence non marchande type 'monculcédupoulet', qui tranche nettement et sans amalgames possibles, avec la marque 'musique libre'.
    Le libre aujourd'hui c'est du marketing, et le marché à toujours raison.

    bises
  • rtz écrit:
    yza écrit:
    Petit rappel "libre de droit" = Domaine public... ouaip sauf que (et jusqu'à preuve du contraire) les créateurs de Home ne sont pas morts depuis plus 70 ans.

    si je peux me permettre isa, "libre de droit" est une expression utilisée pour désigner les musiques d'illustration de documentaires audiovisuels principalement. On achete du libre de droit pour ne pas avoir à reverser des droit à chaque diffusion, des royalties sur les ventes, ca n'a rien a voir avec le domaine public.
    C'est la clientéle que vise jamendo..., qui est en concurrence frontale avec kokamedia et ses potes.
    il y a 15 ans, tout bon studio de prod se devait d'avoir la collection des CD audios de chez KokaMedia ou autre fournisseur de "musique au metre".

    Abosolument, tu as raison. Quand on achète une musique libre de droits on est lié à un éditeur par un contrat de licence qui donne l’autorisation de reproduire la musique sans avoir de droits supplémentaires à payer, dans les limites précisées par ce contrat. Le contrat de licence précise donc dans quelles conditions cette autorisation est consentie et constitue une garantie contractuelle. .
    comme quoi les amalgames liés à la musique libre diffusion sont inextricables, si meme toi isa, qui en connait un rayon tu te fais avoir aussi...

    C'est un peu la faute du vocabulaire aussi. Libre a moulte significations et les gros medias n'en retienne qu'une, celle de pouvoir faire n'importe quoi.
    evangeliser pour restaurer le sens de ces differentes expressions musique libre, libre de droit, domaine publique, libre diffusion, LLD, LO, CC, LAL va obliger à utiliser les meme armes de propagande massive que les guignols.
    Non, justement, on peut faire différemment. Ce terme évangéliser qui est trés utilisé par les propagandistes de l'Open Source est détestable et rappelle la colonisation de ces contrées lointaines appelées aussi France sans le consentement de leurs habitants. Notre public est forcément restreint, on est dans le domaine de la réflexion, de la conscience et de l'envie que le geste porte. Les guignols eux, sont dans l'occupation d'un segment de marché le plus vite possible pour bouffer tous les autres, ils sont dans la crétinisation des masses qui elles-mêmes sont dans une forme d'urgence de la production-création pour occuper aussi le terrain et bouffer tous les autres dans le but de devenir celui qui sera remarqué.
    La force de Dogmazic c'est son statut juridique et ses idées politiques et philosophiques. Nous ( que l'on m'excuse pour ce NOUS ) sommes dans une autre démarche. Pas de marché à conquérir mais une lueur dans l'obscurité à maintenir pour que les chercheurs et les déçus puissent trouver un moyen d'investir les interstices laissés par les industriels. Ces interstices sont trop petits, pas assez rentable et en dehors de leur entendement. Jamendo évengélise, Jamendo détruit et Jamendo colporte des mensonges.
    ...c'est un merdier sans nom pour les non initiés, et meme les experts y perdent leur latin...
    Oui, c'est un merdier parce qu'il faut constamment rappeler la vérité, et que c'est long, chiant et usant.
    En 2010, Il y a les RMLL à Bordeaux et si on est encore vivant, peut-être devrions-nous nous mettre en cheville avec l'ABUL pour tenir des réunions publiques permettant aux acteurs du libre de se rencontrer et de discuter de tout ça de vive voix.
    Pour moi les CC, c'est "has been"...le top, ca serait une licence non marchande type 'monculcédupoulet', qui tranche nettement et sans amalgames possibles, avec la marque 'musique libre'.
    Le libre aujourd'hui c'est du marketing, et le marché à toujours raison.

    Il n'y a pas de marché de la musique libre Morgan, juste un marché de la musique tout court et auquel ceux qui publient sous cc ou LAL ( pas tous ) se réfèrent bêtement en jouant le jeu de la concurrence sur Myspace, Jamendo et cie.
    Comment un artiste libre pourrait-il se retrouver en concurrence avec un autre artiste libre ?
    Ce qui est disponible facilement, gratuitement, librement diffusable, copiable, réarrangeable ne peut pas devenir un marché car il ne génére pas de concurrence. Au contraire, cela génère de l'émulation et canalyse l'énergie des individus dans la création. Le jour où plus de gens auront compris à quoi devrait servir l'Internet, c'est-à-dire créer de l'intelligence collective, ils se détourneront des sites qui tels Jamendo transforme leur création en produits de consommation bas de gamme. La seule chose dont Jamendo ait jamais accouché c'est d'une pauvre licence dîte PRO qui se rapproche des contrats d'éditeurs de musique libres de droits. D'ailleurs, la destination est la même, l'illustration de films d'entreprises, de vidéos pour Youtube et de bande-son pour les grandes surfaces. Tout ça pour ça ?
  • ah ouiii okay bon... sémantiquement parlant me semble qu'on dit libre de droit aussi pour le domaine public parceque ces réellement libre de TOUS droits.

    Dans le cas des images et peut-être de la vidéo "home", il s'agit au contraire de "libre de CERTAINS droits" ... dans ce cas oui Yab peut se permettre de le dire mais, quels sont ces droits libérés ? il n'en parle jamais comme si ça allait de soi...est-ce le cas ? dans le cas des images on paie un droit une fois pour toute mais là quels sont ces droits ibérés ?

    Donc rtz, tu as raison sur le fond et merci de préciser tout ça

    Mais cela me donne l'occasion de dire tout le mal que je pense de cette expression puisque tous les droits ne sont pas libérés... Me semblerait plus logique de réserver cette expresion à ce qui est élévé glorieusement au panthéon du domaine public ;)

    Il est vrai que les licences libres ne le sont pas non plus libres de tous les droits et d'ailleurs le terme exact est licences ouvertes sauf pour les lal, cc-by et cc-by-sa et autre gnu-art (qui elles-même comportent la viralité donc une "restriction") libre vous avez dit ?

    C'est subtil ^^, mais ok ok je me plie aux usages, mea maxima culpa... fouettez moi en place pubique
  • Et même le Domaine Public n'est pas "libre de tous droits". Il faut toujours citer le nom de l'auteur, le titre de l'oeuvre, et respecter l'oeuvre (c'est à dire ne pas la modifier, ou bien préciser qu'elle a été modifiée et n'est pas présentée dans sa forme originale, pour éviter que le public ne pense que Beethoven a composé des symphonies avec un rythme disco).

    Les seules oeuvres "libres de tous droits" sont le fond commun, des oeuvres trop généraux pour être attibués à un auteur en particulier. En musique ça peut être l'anatole ou la grille de base du blues, le rythme de valse...
  • merci gloup CQFD, rien n'est totalement LIBRE au final, donc n'importe qui peut utiliser le terme, pour dire n'importe quoi et donc pourquoi YAB s'en priverait-il, et nous aussi ?

    :mrgreen:

    s'cusez moi la désabusivité me gagne... :arrow:
  • heu... la roue est libre de droits

    ;)

    dF
  • Et max? Il est libre max ?

    Tiens, au fait, au taff, j'ai reçu un mail comme quoi un DVD de Home avait était envoyé par le ministère au service départemental, et qu'il était à faire tourner (1 seul DVD pour tout un departement, imaginez ;) ) pour qui voulais le visionner , bizarre ca.. c'est la 1ere fois que je vois un truc comme ca moi.
    Pour info, je taff au MEDAD
  • juin 2009 modifié
    yza écrit:
    Petit rappel "libre de droit" = Domaine public... ouaip sauf que (et jusqu'à preuve du contraire) les créateurs de Home ne sont pas morts depuis plus 70 ans.!
    Salut,

    On peut produire une oeuvre directement dans le domaine public.
    domaine public!=mort de l'auteur depuis plus de X années.
    Certains films de Hollywood sont aussi dans le domaine public par défaut du dépot du copyright.
    (source : http://www.openflix.com/information/US-copyright.php)

    A+

    [edit: source / correction libre de droit ->domaine public]
  • on devrait bosser sur un petit texte en réponse à ce film, j'aime bien la formule de Koko "Nous utilisateurs de Licences Libre..."

    avec un texte bien construit à faire publier sur frama, la quadrature, et les autres, ça pourrait remettre les choses en bon ordre


    non ?





    ...

Ajouter un commentaire