Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Chroniques de musique libre

14:43 modifié dans musique-libre.org
Yop !

Suite à une discussion avec Bituur, et une remarque pertinente de Manu, j'ai pour mission de jeter ici les bases de... non, on va faire simple et sans embages :

1. Le contat : les archives de musique-libre.org ressemblent à la foir'fouille, avec tout ce que ça a à la fois de positif et de négatif. On y trouve le meilleur comme le pire, et l'auditeur doit fouiller longtemps avant d'arriver aux perles musicales.

2. Projection dans l'avenir : ça va être de pire en pire (ou de mieux en mieux, selon le point de vue). A savoir que les archives vont grossir, et que comme toute bibliothèque, la question du repérage va devenir cruciale pour l'usager-amateur de musique.

3. Ne pas répondre par la technique : cette question du repérage et/ou de la sélection ne peut pas être réglée par une routine informatique. Au mieux, on pourrait imaginer des subdivisions de plus en plus raffinées (qui prendraient appui sur quoi ? les intitulés des rayons de la Fnac ? Les catégories des magasins de vinyles pour DJ ? Celles des disquaires indés ?). Mais la question resterait posée indéfiniment, au fur et à mesure de l'extension prévisible de la masse des archives déposées.

4. Métaphorisons : les bibliothèques publiques, qui sont confrontées à ce même problème avec leurs acquisitions d'ouvrages, ont adopté une solution qui consiste, généralement, à opérer des sélections dans le fonds sur la base de critères "humains" : une documentaliste choisit dans les nouveautés un certain nombres d'ouvrages et les mets à disposition sur une table bien identifiée, souvent près de l'entrée de la salle. Comme ça, le public sait chaque semaine qu'on lui a préparé un lot de livre sur différents thèmes, livres qui ont été "désignés", légitimés, comme intéressants, par une personne dont il peut ou pas partager les goûts ou centres d'intérêts. Evidemment, se pose le problème de la légitimité de cette... médiation. Car c'est bien de ça qu'il s'agit. Mais au moins, on ne délègue pas à une machine la question du goût, et du partage du goût, ce qui me semble essentiel.

5. Chroniques de musique libre : en conclusion, pourquoi ne pas inviter des chroniqueurs reconnus dans leur domaine, régulièrement (mettons, chaque semaine), à chroniquer ce qui les aurait intéressé dans le fonds "musique-libre" ? Ils joueraient le rôle de "médiateurs" sur la base de leur reconnaissance et de leur plume, ce qui serait très positif pour musique libre (si des chroniqueurs de la presse venaient écrire sur musique-libre, ça légitimerait les archives dans leur ensemble, comme une sorte de labellisation) et pour la vie du site (qui verrait des plumes nouvelles et aguerries à la critique investir le site). Pour éviter les effets de ciblage systématique d'un domaine "à la mode" ou d'une marotte de tel ou tel, il serait bon de faire tourner les chroniqueurs le plus souvent possible, afin de trouver un équilibre entre tous les courants représentés dans les archives. Resterait le problème éventuel de la rémunération de ce "travail", ce qui n'est pas un mince problème à moins de tomber sur des altruistes : en reste-il en ce bas monde ?

6. Effets escomptés : en plus d'animer le site avec ces chronique, il ne faut pas négliger l'effet de reconnaissance de la démarche Copyleft qui pourrait en résulter. Si des chroniqueurs "professionnels" (ou du moins reconnus, pas besoin de taper dans les canards comme Les Inrock, hein, on peut aussi chercher des gens plus... intègres, moins boboisés !) acceptaient de participer à cet exercice, ça aurait pour effet induit :

- d'aider les musiciens chroniqués à progresser (c'est le moins qu'on puisse attendre d'une chronique : pas seulement de la pub, mais une vision critique de son travail)
- d'aider la presse à se rendre compte de l'existence et de l'ampleur des pratiques amateurs (ou pro) liées au Copyleft en France.
- de tisser progressivement des liens entre musique-libre et le monde de la critique musicale
- last bu not least, d'aider l'usager lambda de musique-libre à repérer les nouveautés, ou les truc intéressants pour lui, sans être noyé dans la masse des mp3 à télécharger. Ce qui ne soppose pas à une approche "foir'fouille" pour ceux qui préfèrent : s'agit pas non plus de faire dans l'assistanat ! On a affaire à un public qu'il faut continuer à considéré comme adulte et responsable, of course !

Bon, voilà, à vous : y'a surement des effets pervers à cette proposition, je n'ai sans doute pas tout envisagé, mais c'était une idée en passant.

+A+

Réponses

Ajouter un commentaire