Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Dogmazic : Explications entre amis.

24567

Réponses

  • Juste un petit mot, en mon "nom propre" concernant tout ceci:

    Sans faire un gros pavé (difficile...), j'ai suivi de près les différentes tentatives de récupération politique émanant d'un certain nombre de personnes au travers de différents projets qui ont fleuri ça et là , et que tu as cité, (en partie, parce qu'il y en a d'autres), Dana.
    Et ce depuis un bon moment.
    J'ai gardé une attitude stoïque laissant "couler" les choses, me disant que c'était sans doute une évolution normale, que dés qu'il y a un peu de pognon à gratter quelque part, on a toujours une horde de "peignes culs" qui se précipitent pour réinventer la roue, tirer la couverture à soi, utilisent les idées des autres pour leur propre compte, noyautent les structures existantes pour mieux lancer les leurs, ect, ect, tout en me disant aussi que c'est dans l'action de terrain, au quotidien que nous pouvions faire avancer les choses, au sein de Pragmazic , avec les bornes automazic et autres projets que nous essayons de mettre en place. (d'où le retrait de mes activités dogmaziennes, démission de la team)

    Mais force est de constater que chaque fois que l'on explique l'inutilité et la nocivité pour les cultures libres de ce genre d'initiative sur la répartition, contribution mon cul et autres débilités, que je ne vais pas redévelopper ici (voir article dogmazine d'il y a quelques mois), je dirais que le truc revient par la fenêtre quelques temps après, et à une fréquence de plus en plus rapprochée.

    Le ponpon fut quand mister Aigrain himself expliquat que les initiatives comme celles que nous entreprenons étaient "limitées", ce qui fait forcément toujours plaisir, balayant du revers de main de l'intellectuel ultime du libre, tous les efforts que nous faisons depuis fort longtemps, couplé au fait que nos initiatives ont toujours été dénigrées voire ignorées par les instances culturelles, et que ces fameuses structures politiques satellites ont toujours prêché pour leur propre compte (et je passe ici sur des trucs complètement allucinants), jamais ou très peu pour nous aider, ne serait-ce qu'en parlant de ce que nous faisons lors de leurs entretiens divers et variés avec les institutions, ça fait toujours plaisir aussi.

    Je ne cause pas aussi de décisions, actions prises en catimini, sans consultation des différents acteurs du libre, et mise devant le fait accompli, sans se soucier des conséquences néfastes et dérives que peuvent entraîner ce genre de décision, aucune mise en perspective, aucune réflexion, rien, juste du vent et de la com de merde.

    Quand je lis aussi, ici, sur ce forum, le dénigrement de nos actions expliquant que ce que nous faisons est "pas clair" ou autres "problèmes pour le futur", ça me fout en rogne mais, bon laissons couler...

    Finalement jamendo est moins nocif pour le libre que ces urluberlus de tous poils qui n'ont vraiment rien compris à rien sinon qu'il y avait un "filon" à exploiter pour leur propre compte. (j'avais causé ici même de la comparaison que l'on peut faire avec feu le mouvement des radios libres et leur évolution/récupération à l'époque).

    Alors maintenant, je me pose sérieusement la question de fonder aussi mon truc politique dans mon coin (puisque c'est à la mode) et leur rentrer dedans avec force violence afin de dénoncer un certain nombre d'impostures, mais à quoi bon vouloir changer un mouvement en marche même si l'on est convaincu que c'est une erreur historique énorme, un acte manqué pour les cultures libres, quand on est tout seul à prêcher dans le désert.

    Donc j'espère, je souhaite que l'association Musique Libre, dans un sursaut de dignité, au nom justement de tout ce que nous avons entrepris depuis tant d'années, remette les pendules à l'heure, on verra bien.

    C'est un grave constat d'échec politique pour ce qui me concerne, et c'est la seule fois ou je m'en exprimerai sur ce forum, préférant laisser mes amis de l'asso gérer la chose comme ils l'entendent plutot que de faire de l'ingérance publique déplacée dans la ligne politique de l'association musique libre (au nom de quoi d'ailleurs?)

    Mais tous ces opportunistes sont vraiment des gros cons, qui se croient investi d'une représentation qu'ils n'ont pas et d'une légitimité usurpée, ils ne représentent pas plus les cultures libres que l'association ou pragmazic, ou d'autres, je l'affirme publiquement "en mon nom propre" et l'assume totalement, une bande de gros abrutis et j'espère qu'ils lirons ces lignes.

    Bonne zike à tous :o)
  • salut christophe
    plutot que de faire de l'ingérance publique déplacée dans la ligne politique de l'association musique libre (au nom de quoi d'ailleurs?)

    ?
    c'est-à-dire ?
    Je ne cause pas aussi de décisions, actions prises en catimini, sans consultation des différents acteurs du libre, et mise devant le fait accompli, sans se soucier des conséquences néfastes et dérives que peuvent entraîner ce genre de décision
    oui
    au delà du fait qu'on commence à être fatigué de voir surgir des "solutions" à des problèmes qui à mon avis sont posés en dépit du bon sens
    cette irresponsabilité quant aux "conséquences" de ce genre d'annonce intempestive me semble vraiment le pire
    qu'est-ce que les gens intéressés vont penser des licences libes quand ils tombent tous les 4 matins sur des trucs pareils ?



    sinon koko
    j'avais jamais entendu parler de ce machin
    http://mecenat-global.org/index-fr.html
    et tu as raison, c'est un tissu d'insanités
    quand on pense que c'est en partie ces mecs là qu sont invités pour causer du libre dans les colloques, radios et manifestations diverses
    et ils font quoi artistiquement hein ?
    j'avais pas pris la mesure de cette récupération du mouvement dont vous parlez tous deux
    ben faut pas que ça arrive
    qu'ils aient une place, ok, çà ne me gène pas, mais surtout pas qu'ils deviennent les représentants institutionnels du libre
    surtout pas !
  • Réaction rapide après une première lecture...... je reviendrais sans doute dessus de façons plus.. constructive.

    1- don obligatoire...hahahahaaha.. un peu de courage et appelons cela une taxe...
    l' honnêteté intellectuelle voudrait que l' on n' enrobe pas de concept sémantico-philosophique certains concepts pour mieux les faire passer ( arrêter de nous prendre pour des cons aussi...on commence à être rompu aux stratégie marketing web 2.0).

    2 - petit adage:
    ce n' est pas parce que l' on a eu une fois une bonne idée, que toutes nos idées à venir seront bonnes
    n' est ce pas Mr stallman?

    3 - répartitions par vote !!!!
    Sommes nous obligé de sombrer dans cette société de merde du mérite? Seulement les plus forts survivrons.. Amis artistes ( enfin projet ou produit devrais je dire) préparer vous à une guerre sans pitié et sans merci entre vous: retour à la case visibilité etc etc.
    darwinisme 2.0 à la sauce populisme .
    et aprés retour avec une phrase de haute voltige sur la diversité culturelle !!!!!


    enfin je tiens à dire ceci:

    le web n' est et ne sera jamais un lieu de création: ce n' est qu' un moyen, un outil..rien de plus et certainement pas une finalité!!
    Nous ne sommes pas dans un monde virtuel... ( excepté pour les utilisateurs de certains logiciel de création existant sur le web mais dont l' utilisation est confidentiel). alors arrêtez de nous gonfler sur "la création sur le net" et donc toute l' imagerie qui va avec....

    J' aime entendre les débats sur: je suis artiste , mais comment en vivre???? t' inquiéte man, le net va te sauver....
    plus on avance, et plus on s' enferme dans ce putain de carcan numérique: donnons nos offrandes aux dieux numeriques!!!!

    et ne regardons pas aussi:
    * pas ,peu, plus de salles de concert ou se produire
    *pas ou peu de public qui se déplacent ( les discours sont beaux derrière un clavier mais ensuite faire le pas et aller voir des concerts la c' est plus dur...)
    * négation aussi de l' aspect économique déjà existant: espace de dons au plus bas sur certains site ou pour les artistes, VPC à zero, merchandising, pragmazic et autres initiatives... idem .... il en va aussi donc de la responsabilité de chacun ( et cela ne m' étonne pas que certains veulent donc de fait imposer une taxe obligatoire)

    * peu , mais alors très très peu d' engagement de la part de ladite communauté , de ces membres ( je ne parle pas de ceux qui essaient de faire vivre les différentes organisations, sites , labels , collectifs)
    aussi: le libre ne se résume pas aussi à jamendo et dogmazic....

    et Je ne suis pas un anti- " gagner de l' argent", un peu de rémunération , de retour financier sur l' investissement autour de mes créations seraient bienvenues parfois ( même si encore cela n' est pas une finalité, chose que l' on oublie aussi en lisant tous les débats autour de la question. Pour ma part je galère plus pour "pouvoir faire de la musique" que de "pouvoir en vivre" :chacun ces priorités).

  • @Dana
    C'est à dire que je n'ai en aucun cas la légitimité de dire à l'asso, ni aux organisations machin trucs ce qu'ils doivent faire ou dire, comme beaucoup d'ailleurs, juste exprimer une opinion pas forcément partagée par tous ici et c'est bien naturel vu le contexte hétérogène du libre, et la légitimité (toute superficielle) qu'ont certains parce qu'ils écrivent des bouquins ou sont labellisés "vu à la télé".

    @Colleque

    Oui, c'est à la communauté, aux artistes de prendre leur destin en main, de supporter une initiative ou d'en dénoncer une autre, de s'investir dans les projets existants.
    C'est aux publics d'imposer aussi leur point de vue , et le don volontaire, le mécénat individuel est un acte politique fort, acheter un album aussi, aller voir un concert encore plus, bien plus fort que des déclarations de principe sans aucun fondement, de soutenir idem un projet ou l'autre, sans attendre que ça tombe tout cuit du ciel.

    Plutot que se laisser voguer au grès des courants proposés par les uns ou les autres et in finé se faire rouler dans la farine.
    Mais bon, suis pas là pour refaire le monde inutilement, et perso, j'en ai de moins en moins à secouer des cultures libres vu ce qui se prépare et le comportement irresponsable de certains.

    ++
  • Mon cher ChristopheE, d'abord, je comprends mieux l'abattement qui est le tiens et qui transparait dans tes écrits depuis quelques mois. Je les partages sans être autant affecté, néanmoins. Certainement parce que je suis moins impliqué.

    A te lire, j'ai bien l'impression que les choses sont pires que ce que ma paranoïa naturelle me permet de l'imaginer. Autrement dit, les salopards ont déja récupéré le système et l'ont dévoyé.

    Bien, sûr on peut se dire que grand bien leur fasse. Ils sont accrochés comme des tiques à un chien, ils mourront sur la bête quand ils l'auront tuée. Si ils sont autant accrochés c'est que les idées ne sont pas ce qu'ils produisent le plus. Ce qui n'est pas notre cas. Nous pouvons nous recréer notre espace de liberté en emmerdant tous ces cons. Certe, la reconnaissance dans la sphère publique, c'est mort, et nos usages seront assimilés à du piratage, du bidouillage d'amateur, etc...

    Rien à secouer, ça ne nous changera pas, c'est déja le cas, nous avons été élevé au biberon de la frustration.

    Mais, vous les gens comme Christophe, Rico et cie, vous qui êtes au courant de ce qui se passe, qui entendez ou lisez des choses auquelles la plupart ici n'ont pas accés, vous devez dénoncer les agissements de ces obscurs. Si il n'y avait pas eu ce vilain article dans Numérama, on en aurait parlé quand de ces dérives ?

    si la communauté du libre n'est pas mise au courant qu'on est en train de dévoyer la signification de ce qu'est le libre, comment peut-elle réagir, s'indigner, envoyer des mots doux, mettre des contrats sur la tête des arrivistes ?:)

    Vous avez une responsabilité si vous laissez ces choses-là se développer sans rien dire alors que vous êtes des témoins privilégiés.

    La vermine n'aime pas la lumière ni la discussion en terrain découvert. La vermine ça n'aime pas devoir s'expliquer en public. On doit leur rentrer dedans, les mettre minable, pour le fun, pour nous sentir mieux aprés, pour passer à autre chose.

    Cordialement.

    PS : Collegue, tu as entièrement raison, il n'y a pas que Dogmazic ni Jamendo et on a tendence à l'oublier ( mea culpa ).
  • ChristopheE a écrit :
    Quand je lis aussi, ici, sur ce forum, le dénigrement de nos actions expliquant que ce que nous faisons est "pas clair" ou autres "problèmes pour le futur", ça me fout en rogne mais, bon laissons couler...

    Il n'y a pas dénigrement, il y a demande d'explications et discussion par des gens qui aimeraient qu'on leur parle ( j'en fais partie ). Certe je ne suis pas membre de l'asso, je n'ai aucun pouvoir décisionnel, je ne participe même pas aux projets Pragmazic et Automazic.
    Néanmoins, vous n'êtes pas tout seuls les gars, vous oeuvrez au sein d'une communauté, donc l'info pourrait redescendre de temps en temps. Et puis on a le droit d'émettre ses doutes et ses interrogations sur vos actions il me semble. A moins que, bien sûr, vous, vous soyez constamment dans le vrai et qu'aucune de vos actions ne soient discutables.

    Si émettre des avis divergeants c'est dénigrer, alors on n'es pas prêt d'avoir une discussion saine entre nous, ni de réagir face aux abrutis qui se servent de Libre Accés.
  • Je suis ces débats avec grand intérêt aussi.

    Et je suis tout autant réservé que vous. rien que le terme de "don obligatoire" me semble totalement anti-nomique, ils doivent bien rigoler à l'ump... surtout venant de la part d'un éditeur (ILV). Je rappelle quand même que l'initiative de la SARD a aussi été relayée à grand renforts sur ILV, je l'ai connue par ce biais d'ailleurs.

    Bref.
    Si on essaie de comprendre au plus près les choses parce que là, le débat, nécessaire, se situe beaucoup plus sur l'idéologie, et donc in fine sur la direction que va prendre, ou pas, la SARD.
    On a des auteurs (ILV, Moreau...) qui croient au don pour rémunérer les actions et les œuvres et qui essaient de les mettre en œuvre. Ils voient bien que dans le réel, ceci est plus difficile et que cela demande, soit plus de "visibilité", pour que ce soit un minimum viable (car c'est je pense un des objectifs de la SARD, rendre la "visibilité viable", on ne sort pas du web 2.0 et de son économie basée sur la visibilité de la pub). Mais viable par ou pour qui ? Les auteurs les plus visités, ou ceux qui ne le seraient pas mais qui mériteraient par leur démarche un soutien ?
    On a d'un côté des auteurs qui vont fonctionner, même dans le système de don, parce qu'ils feront des œuvres que beaucoup attendront et auront le désir de soutenir (facilité d'accès des œuvres, dans leur lecture, compréhension...), et peut-être des auteurs qui ne pourront pas être soutenus mais qui pour leur démarche ne ramasseraient pas ou peu de fonds. Rien à voir avec la qualité supposée des œuvres, on parle là plutôt de diversité, nécessaire, de point de vue selon les formes artistiques, de leur développement ainsi que de leur mise à disposition pour tous (là, la visibilité d'une œuvre difficile).
    Je pense que le côté "don obligatoire" de la SARD répond à cette interrogation, maladroitement car cela en devient une taxe. Mais c'est, je pense, un des objectifs, très "beaux arts", de la SARD, permettre à des artistes plus difficilement compréhensibles de créer des œuvres "viables". Ce à quoi je répondrais, qu'ils se mettent dans des collectifs, qu'ils montent des assos ! Des collectifs de 10 ou 15 artistes qui permettraient par leur variété d'œuvres de fonctionner et permettre à ceux qui sont moins lisibles de vivre avec ceux qui sont le plus visible... mais l'artiste serait-il l'énième maillon individualiste de notre société ?
    Mettre en place une SARD, informelle et anonyme permet de colmater l'individualisme sans en apporter de réponse, viable et pérenne pour le coup.

    Viabilité et pérennité.
    Je me rends compte qu'il y a ici une grosse différence. La viabilité peut être temporaire, au sens "j'ai fait un tube, le système permet que je sois viable dans le système Sacem/Major, donc je le soutien". Elle permet de justifier un système inégalitaire basé sur de l'entrisme et du marketing... La viabilité, comme objectif, travesti l'objectif même de l'art, celui d'être un moyen d'expression.
    La pérennité est un concept plus compliqué, je pourrai le résumer en parlant de viabilité perpétuelle. Là aussi même chose, la pérennité permet de justifier les systèmes les plus inégalitaires sous couverture d'un "modèle social". "J'ai fait un tube, je vis de mes droits d'auteurs ad vitam eternam". En fait la pérennité dans ce "modèle" est une pérennité pour seulement quelques uns, la plupart n'en voient que de la viabilité temporaire et espèrent une pérennité.

    Bon là la SARD qu'est-ce que c'est ? viabilité ou pérennité ? Les deux mon général ! Elle reproduit le même système en fait. Elle fait espérer une "viabilité", en rendant le don obligatoire, elle permet à un artiste de se dire "de toutes façons des gens donneront pour moi", et elle fait espérer une pérennité "de toutes façons, les gens étant obligés de donner, ne se tourneront pas vers d'autres tant qu'ils aimeront ce que je fais". D'où le retour au "travestissement de l'art", évoqué plus haut.

    Alors quelles réponses apporter ?
    Le net ne se suffit pas à lui-même, dans certaines villes peu de gens sont connectés, des quartier entiers sont invisibles sur le net, et donc nécessairement, les formes artistiques naissant dans ces milieux sont totalement invisibles sur le net, et donc exclues d'une future SARD. Défendre une seule partie des artistes est-ce là un objectif de la SARD ? Mettre en place une structure qui se veut représentative, pourquoi pas. Mais impliquer au maximum les artistes et le public me semble être le premier objectif à faire valoir. Donc en mon nom, "aisyk, l'artiste libre, le musicien, l'écrivain, le peintre", carton jaune pour leur démarche cachée. Veulent-ils se cacher des critiques ?
    Vouloir monétiser les rapports/public artiste à tout prix (le caractère obligatoire) donne-t-il un véritable étalon de la qualité d'une œuvre ? Est-ce là le seul critère à retenir ?
    La création artistique demande de l'argent pour fonctionner, que ce soit la création même de l'œuvre mais aussi et surtout les structures permettant de la représenter. Focaliser les flux financiers sur les seules créations artistiques n'est-ce pas in fine saturer d'œuvres un circuit qui ne pourra pas toutes les représenter ? Je parle ici des lieux de concerts, d'exposition, des librairies, bibliothèques... On pense souvent à financer la création et après c'est vraiment la cadet des soucis que de se dire "qu'est-ce qu'on en fait ?". La SARD permettrait le financement de la création des œuvres, mais un artiste n'est "viable" qu'à partir du moment où il se produit. Leur fond de soutien, je le verrai destiné plutôt aux structures qui défendent la libre diffusion en "live", les festivals (qui en ont besoin, il faut le rappeler), les petits lieux associatifs... Tout le monde serait "gagnant" à profiter d'une manne financière permettant à toute la chaine d'être un minimum "viable". Je n'utilise pas le mot pérenne, car je pense que les projets peuvent naitre, vivre et mourir, c'est dans l'ordre des choses.

    Voici mon avis sur cette SARD... très dubitatif. Par contre je pense que leur projet peut tout à fait être viable... pour un minimum d'artistes, mais ce n'est pas forcément l'objectif que l'on se doit d'atteindre.
  • août 2009 modifié
    Koko a écrit
    Mais, vous les gens comme Christophe, Rico et cie, vous qui êtes au courant de ce qui se passe, qui entendez ou lisez des choses auquelles la plupart ici n'ont pas accés, vous devez dénoncer les agissements de ces obscurs. Si il n'y avait pas eu ce vilain article dans Numérama, on en aurait parlé quand de ces dérives ?

    si la communauté du libre n'est pas mise au courant qu'on est en train de dévoyer la signification de ce qu'est le libre, comment peut-elle réagir, s'indigner, envoyer des mots doux, mettre des contrats sur la tête des arrivistes ?Sourire

    Vous avez une responsabilité si vous laissez ces choses-là se développer sans rien dire alors que vous êtes des témoins privilégiés.

    Être au plus près des initiatives, quelles qu'elles soient, permet évidemment de disposer d'informations ; c'est une des raisons qui me fait dire que cela est une erreur de se mettre en marge des discussions.

    Toutefois le mécénat globale est mis en ligne depuis un moment et l'information et est accessible à tous. Le coup de la SARD est très récent pour nous.
    Et n'avons nous même pas été consulter pour initier cela mais on nous propose aujourd'hui d'y réfléchir.

    La communication interne/externe pour l'asso est un gros job ; Est ce un devoir de notre part de vous informer de tout ? (c'est une question) ; ne doit on pas réservé cela à la team et à nos adhérents? (oui et on y travaille car par encore très bon vu le nombre d'infos mouvantes) ; comment être au four et au moulin? ne pourrions nous pas avoir plus de bénévoles pour parer à tout cela si tel est le désir? Ou sont ils?

    En tout cas
    J'ai transmis le lien du post à l'ensemble des protagonistes et j'espère qu'ils le liront avec attention. Je partage d'ailleurs beaucoup de choses qui sont dites ; Nous avions fait un texte avec Rico, dispo sur le wiki de la team, que nous avons gardé , car encore une fois les choses sont mouvantes. Perso, je trouve que l'idée du mécénat et du don est une bonne idée même si cela va être un peu compliqué à faire avaler à la société civile; je ne suis pas d'accord par contre avec les modalités qui nous sont proposées et notamment tous les risques qui en découlent. Rico et moi feront ce qu'il faut pour l'exprimer.
    Les propositions n'étant pas figées nous saurons donner un avis final, et personnel toujours, le cas échéant en vous ayant malgré tout consulté!;

    Pour ce qui sont les propositions qui été formulées par DANA "amateurs vs professionnel" est il possible d'accéder au texte? Dana, as tu aussi en passant le lien du post sur la licence globale que tu as écrit?

    Et si cela vous pousse à contre proposer et à lancer une initiative, Dana, Christophe, qu'elle aubaine cela serait pour notre mouvement. Personnellement j'en serais ravi.




    A suivre
  • aysik écrit :
    La SARD permettrait le financement de la création des œuvres, mais un artiste n'est "viable" qu'à partir du moment où il se produit. Leur fond de soutien, je le verrai destiné plutôt aux structures qui défendent la libre diffusion en "live", les festivals (qui en ont besoin, il faut le rappeler), les petits lieux associatifs... Tout le monde serait "gagnant" à profiter d'une manne financière permettant à toute la chaine d'être un minimum "viable". Je n'utilise pas le mot pérenne, car je pense que les projets peuvent naitre, vivre et mourir, c'est dans l'ordre des choses.
    très intéressant je trouve tes remarques sur pérennité et viabilité
    c'est un des points que j'ai pas développé mais que j'ai vauement évoqué dans ma réponse hystérique au projet dont nous parlons
    je crois aussi que si par hasard se montait une société qui captent des revenus en faveur du monde du libre, il faudrait que ce soit pour soutenir des PROJETS, pas des choses déjà finies , déjà faites

    il faut absolument que le monde du libre (ou les mondes du libre) sortent d la logique de la rémunération
    la logique de la rémunération ça conduit forcément à quelque chose qui de rès ou de loin ressemblera à ce qui existe déjà et qui nous insupporte (la sacem, j a m endo etc)
    S'il y a vraiment la possibilité de constituer un fonds, alors souenons des projets collectifs, des dossiers, des projets, il faut que ce soit l'occasion de faie circuler des idées, de la parole, du désir
    il faut qu'en face, il y ait un guss qui présente quelque chose d'intéressant, et qui le justifie
    et pas seulement un pourcentage de popularité dans un tableau de vente et de téléchargements
    ne tombons pas dans un système qui de toutes façons est voué à disparaître

    bref
    c'est le système de la répartition sur projets

    mais je préfererais encore un système de mécénat non pas global mais particulier comme celui que j'ai décrit, où chaque citoyen investit à sa mesure, et bénéficie d'avantages fiscaux à la mesure de ce qu'il investit
    du coup, on évite ce qui m'insupporte aussi : c'est-à-dire la constitution d'un groupe d'experts en chage de redistribuer aux projets qui "valent la peine"
    bef, un ministère de la culture bis ou une collectivité local bis
    je crois vraiment que la méthoe la plus juste pour les arts serait cet participation et cet intéressement direct du citoyen pour tel ou tel projet
    c'est dans une large mesure utopique dans notre pays j'en conviens
    mais c'est bien l'idée que j'ai envie de faire circuler à l'avenir

    imaginez :
    dans votre village ou votre quartier, il y a une troupe de danse qui s'est installée
    elle a besoin de soutiens financiers mais aussi matériel, des bénévoles peut-être
    elle va organiser des réunions publiques our présenter le projet
    il faudra convaincre, séduire, causer causer causer
    peut-être cette troupe devra pour faire passer la pilule, donner des cours de danse aux habitants qui le souhaitent ?
    tout ça se discute évidemment
    le maire de la cité peut à son tour être mis à contribution sous la pression poplaire :)
    et subventionner le truc
    mais ça vient des gens, pas d'un comité omniscient omnpotent

    bon
    je sais bien les limites sd'un tel modèle
    mais pour le libre, il me semble que ce modèle n'est pas à négliger
  • D'autant que ce modèle rejoint l'idéal de l'artiste qui a fait le choix de la gestion individuel et du libre.
    Ouais, enfin je m'avance beaucoup en écrivant cela. :)
  • dana écrit:
    je sais pas qui est defred
    :cry:

    dF

    ps : damn c'est dense la discussion et en plus on cause d'un truc qui va être mis à jour, sont relou numerama avec leur scoopisme de net-journaleux.

    ps2 : Le terme de troll que rico avais employé en m'en parlant était surtout un synonyme de "faire couler beaucoup d'encre" mais sur le net point d'encre...
  • tdBt écrit:
    ps2 : Le terme de troll que rico avais employé en m'en parlant était surtout un synonyme de "faire couler beaucoup d'encre" mais sur le net point d'encre...

    bah je viens de tout imprimer le post avec mon imprimante jet d'encre ! :roll:
  • j'adore :
    "De l'idéalisme au pragmatisme. Hier, nous présentions la version dogmatique du Mécénat Global,"
  • août 2009 modifié
    Il faut boycotter Numérama. Bande de baltringues !!!
    L'article est aussi peu documenté que le précédent et tout aussi flou. C'est quoi Numérama, un tabloïd ?
    La proposition qui sera présentée le 8 septembre avec la création d'une SARD est donc beaucoup plus modeste et réaliste...la SARD sera basée sur le volontariat à tous les niveaux...Les internautes qui le souhaitent pourront contribuer au fonds de la SARD et voter pour les oeuvres qu'ils souhaitent rémunérer, et les artistes ou éditeurs qui le souhaitent pourront adhérer à la SARD pour prétendre à un financement sans avoir à quitter leur société de gestion collective traditionnelle.

    Mort de rire ! :D
  • TdBt écrit :
    Le terme de troll que rico avais employé en m'en parlant était surtout un synonyme de "faire couler beaucoup d'encre" mais sur le net point d'encre...
    n'empêche que se faie traiter de troll c'est pas très agréable
    dans mon post je ne me contentais pas de détruire l'idée d'un mécénat global, il y avait aussi des propositions (et ma propre idée du mécénat, qui je le rappelle a été exposée dans professionels versus amateurs)

    je m'en fous que ce soit un projet réel au fond, ou juste des idées comme ça
    les guss qui en snt à l'origine je m'en branle
    ce qui m'intéresse, ce sont les idées
    qu'on puisse avoir des idées pareilles, ben ça mérite examen
    appelez ça un troll si vous voulez, mais croyez bien que je vous raterai pas le jour où il vous prendra de disserter un peu à votre tour

    il aurait mieux valu quoi ?
    ne pas en parler du tout ??

    Les internautes qui le souhaitent pourront contribuer au fonds de la SARD et voter pour les oeuvres qu'ils souhaitent rémunérer, et les artistes ou éditeurs qui le souhaitent pourront adhérer à la SARD pour prétendre à un financement sans avoir à quitter leur société de gestion collective traditionnelle.

    Le mécanisme sera ouvert à la fois aux artistes qui proposent leurs oeuvres sous licences libres et aux artistes qui souhaitent conserver leurs droits exclusifs, dans toute la francophonie.

    ha bon
    alors quoi ?
    ils veulent devenir calife à la place du calife ?
    avec exactement les mêmes idées ? (et quasiment les mêmes mots ?)
    qu'est-ce que le libre vient foutre là dedans ?
    si ça les amuse, q'il le fasse, mais qu'ils ne viennent pas parler au nom des artistes ou au nom du libre
    parce que là on les ratera pas
  • Seulement pour leur renvoyer la politesse, il faut qu'on ait les moyens de le faire. Gueuler ici, sur notre territoire, c'est facile mais à part se mettre tous d'accord entre nous, c'est quoi la suite ?

    Ce qui aurait été parfait c'est de monter en nombre à cette put#%@ d'assemblée constituante et de se faire entendre. Mais on est tous des pauv' rsa ou des travailleurs pauvres...Fais chier.
  • Nop, c'est une erreur de com' que le système de mécénat global est obligatoire, Francis Muguet doit mettre à jour son site sur le mécénat global pour clarifier la chose. Et Libre Accès n'a rien à vois dans l'idée du mécénat global ou de la SARD, mais des gens, faisant partie de LA, ont décidé de tenter l'aventure.

    Ensuite, il vaut mieux venir le 8 septembre pour en parler, et mettre en débat la chose, ça me parait le plus intéressant.

    in fine c'est le reconnaissance et la rémunération des artistes (tous les arts confondus) qui le centre du truc. Et que faut bien qu'on avance sur quelque chose vu que si on attend l'état ou les SACEM on est pas près de voir des choses se faire.

    Mais d'abord le débat contradictoire le 8 septembre pour échanger tous ensemble sur ça.

    @kokonotsurecords : RDV le 8 septembre, tu pourras dire en face ta façon de penser. Et que oui plus on sera nombreux, mieux ça sera.

    Pour ma part, avec la création et la gestion de InLibroVeritas depuis janvier 2005, et en tant que auteur sous LL depuis 2002, je pense que au contraire (pour ma partie hein) je suis légitime pour en parler. En étant le seul éditeur français à faire du 100% diffusion libre depuis de longues années je peux apporter mon expérience et mon vécu.
    Pour ceux qui ne connaissent pas ILV : http://www.inlibroveritas.net

    Et le terme de Dana "on les ratera pas" est pour le moins violent et déplacé, mais je comprend la réticence, c'est nouveau donc méfiance. Mais je le prend assez mal compte tenu de tout ce que j'ai fait pour l'art libre depuis toute ces années.

    Voyons nous le 8 pour en parler de vive voix, je trouve ça plus huamain et plus agréable. Comme la lumière jaillit la discussion, on trouvera au moins des terrains de discussion et on pourra avancer tranquillement :wink:

    Librement
  • appelez ça un troll si vous voulez, mais croyez bien que je vous raterai pas le jour où il vous prendra de disserter un peu à votre tour
    hé ho merde c'est la canicule ou quoi ? j'essaie de calmer le jeu parceque rico avais employé le terme troll AVANT que tu écrive ton post et AVANT que ce thread soit ouvert, personne ici n'a l'habitude de traiter tes posts de trolls, putain on est tous devenu des enfoirés à vos yeux ou quoi, quelle ambiance.
    Je comprends que le sujet porte sur les nerfs mais bon là j'en prends pour mon grade pour que dalle. Pas cool.
    J'ajoute que ton post en question à bien mis les choses en perspective et permis que le thread soit très construit, là ça te va ??

    dF

    ps : merde je troll ;)
  • Oui vraiment...mettons nos susceptibilités de coté. Et ne nous tenons pas rigueur des mots un peu violents qui peuvent être émis.

    Merci

    Note : je remarque que les posts "concilier les points de vue" sont au nombre de 22 ; nous en sommes ici à 40.

Ajouter un commentaire