Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

ARTISCHAUD2009 : ...de la culture par tous?

Artischaud/conférence et programmation

*****************************************************************************************************
ARTISCHAUD 2009

...de la culture par tous?

TABLES RONDES : le 24/10/09 10h00-12h00

Pratiques numériques des populations; la renaissance d'une culture partagée.
- retours d'expériences des acteurs sociaux et culturels - Jacques Houdremont
- l'utilisation des licences libres - Alain Imbaud

Buffet

CONFÉRENCE : le 24/10/09 14h00-17h00
...de la culture par tous?

L'avènement de l'imprimerie avait amené respectivement en France, en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis à légiférer sur les relations entre l'auteur et l'imprimeur concernant la reproduction des œuvres. L'imprimerie permettait alors la diffusion d'un savoir nouveau ; loin de celui des moines copistes qui façonnait nos civilisations.

L'ère Internet ouvre une révolution tout aussi forte et bouscule les principes établis quant à la duplication et à la diffusion des œuvres dématérialisées ; c'est un sujet omniprésent et d'actualité mais qui en cache un autre bien plus grand.

Cette révolution, cette mise en réseau, ce média "pour tous", offre désormais, à chacun de nous, la possibilité de participer à la dynamique culturelle et à la composition d'un carnet d'œuvres vaste et fraternel. Ce sont déjà plusieurs millions d'écrits, d'images, de musiques, d'œuvres à part entière, accordant une libre diffusion légale (licences libres) , qui circulent à ce jour.

C'est ainsi qu'au delà même des organisations d'artistes indépendants, loin des niches médiatiques et des corporatismes, ou des projets artistiques institutionnels, c'est tout une population qui aujourd'hui participe à ce qu'on appelle déjà :
"la culture par tous".

Internet met à disposition une archive d'œuvres sans précédent ; plus vaste, plus éclectique, plus accessible; Nombres de gens s'approprient de plus en plus ce nouveau système d'échange, de partage et d'accès. Œuvre naïve, pertinente ou majeure, l'art reprend son visage originel comme ce mode d'expression qui caractérise depuis tout temps l'activité humaine et son évolution. Son caractère universel et vital dépasse de loin les considérations stricto économiques.

La société civile est invitée par nombres de penseurs à réfléchir à des modèles nouveaux ; mais pour l'heure, il semble que les discussions ne portent que sur les prérogatives pécuniaires et identitaires de quelques corporations ; Il est demandé à la "culture pour tous" d'attendre son heure mais son émergence inéluctable et son accessibilité grandissante nous demande de réfléchir aujourd'hui aux transformations qu'elle opérera demain.

Quel est elle? Comment est elle perçue? Comment sera t-elle accueillie et accompagnée? Comment participe t-elle déjà à l'émergence? Comment participera t-elle à réinventer les politiques culturelles de demain? Façonnera t-elle à son tour notre civilisation?

Réaction symptomatiques
***************************************************************************************************

Après le texte de Louvrier, cette conférence pourrait avoir une certaine teneur
Dans Le Monde daté du 22 août, Franck Louvrier, conseiller du président de la République, nous livre ses pensées sur les relations entre Internet et la démocratie. Comme de nombreux autres commentateurs, il salue l'importance d'outils et de services comme Twitter pour permettre l'expression démocratique massive des individus.

Il souligne avec pertinence le danger d'une manipulation de ce nouvel espace public par des usurpateurs qui le pollueraient en diffusant des contenus se présentant comme l'expression de citoyens, alors qu'ils émanent de gouvernements autoritaires. Nous voilà réjouis de cette reconnaissance au plus haut niveau de l'Etat des bénéfices d'Internet pour la démocratie.

C'est alors que se révèle le véritable objet de la tribune de M. Louvrier : présenter les lois Hadopi comme une protection de l'espace public démocratique. On s'attendait à plus de modestie après la décision du Conseil constitutionnel du 10 juin, censurant une part importante de la première de ces lois, justement parce qu'elle portait atteinte à la présomption d'innocence et à l'exercice concret des droits fondamentaux d'expression et de communication qui sont la condition de la démocratie.

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/08/28/internet-et-rhetorique-par-jeremie-zimmermann_1232891_3232.html

http://www.freenews.fr/spip.php?article7027

Réponses

  • Je trouve que le buffet est encore une super idée !!! :D



    ...
  • Bah explique !
    ca veut dire quoi?
  • bah c'est super, après avoir palabré pendant les conférences/tables rondes on peut manger un bout et se désaltérer en continuant la causette.

    En plus vue qu'on est finalement pas si nombreux à rester jusqu'a la fin, ça en fait plus pour nous ^^

    j'aime bien les buffets j'y peux rien, je suis fait comme ça :P


    ...
  • Référence

    Du moyen âge à la renaissance

    Source Wikipedia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Renaissance_(p%C3%A9riode_historique)#Apparition_de_la_notion_de_Renaissance
    L'une des inventions qui eut le plus d'impact sur les hommes de la Renaissance fut la création de l'imprimerie.

    Avant l'invention de ce procédé par Gutenberg vers 1450, l'écriture des livres était faite à la main, par des clercs, qui étaient les seuls capables de maîtriser les techniques d'écritures : au XIe siècle et XIIe siècle, les manuscrits étaient retranscrits par des moines dans les scriptoria. C'était l'une des deux principales tâches des moines à l'époque ; ils les embellissaient par des enluminures. D'autre part, la langue employée dans les manuscrits était le latin.

    Les universités disposaient d'un quasi-monopole dans l'éducation et la diffusion de l'information. Les puissantes universités de Bologne, de Paris, de Salamanque, d'Oxford et de Cambridge, étaient seules habilitées à diffuser le savoir, selon les méthodes éprouvées de la scolastique. Le droit était l'une des principales disciplines dans ces universités.

    Le savoir était ainsi réservé aux clercs, qui disposaient de l'éducation nécessaire à la compréhension des textes.

    L'imprimerie permit brusquement d'ouvrir l'accès à la connaissance à d'autres cercles. Il devint possible, par l'édition de livres à partir du milieu du XVe siècle, de mieux comprendre les faits.

    Par exemple, l'Imago mundi de Pierre d'Ailly fut écrit en 1410 et imprimé en 1478. Il fut l'un des fondements de la connaissance géographique utilisée par Christophe Colomb et les navigateurs pendant les grandes découvertes.

    Les textes imprimés bouleversèrent la hiérarchie des valeurs. À l'université de Paris, par exemple, la faculté des arts devint au XVIe siècle la faculté la plus prestigieuse, devant celle de théologie.

    Les bibliothèques commencèrent à se développer. En France, les rois installèrent des bibliothèques dans leurs résidences.
  • septembre 2009 modifié
    REVUE DE PRESSE et BLOG

    http://docs.google.com/View?id=ddngrpx_58d7pm49js


    Avec notamment un passage intéressant

    Accès à la culture, démocratie culturelle et citoyenneté

    source :http://www.observatoire-culture.net/pdf/31-1BianchiniStrasb2FR.pdf
    "Après la seconde guerre mondiale, la notion de citoyenneté a été fondée sur le droit à l’accès à la culture, véritable extension du droit social. La théorie – qui trouve ses origines dans la Révolution Française et qui se développe au XIXe siècle – selon laquelle, pour pouvoir participer pleinement à la démocratie, et faire des choix réfléchis et informés, les membres d’une société doivent acquérir un minimum d’éducation et de savoir, est réactualisée pendant la période de l’après-guerre. Le militantisme en faveur des droits politiques trouve alors un nouvel objet dans l’affirmation des droits sociaux et culturels. Durant cette période, la notion de politique culturelle se confond avec celle de démocratie culturelle valorisant les initiatives du peuple et abolissant les barrières entre amateurs et professionnels. Ce n’est que vers 1947-48, avec le début de la Guerre Froide, que cette gestion participative de la culture disparaît pour laisser la place à une conception plus élitiste de la culture..."

    Démocratisation de la culture ou démocratie culturelle? Deux logiques d'action publique
    source les presses de l'université de Laval
  • (Communiqué de presse)


    Rubriques potentielles : culture //société //nouvelles technologies //arts numériques //musiques //cinéma //danse // théâtre //juridique

    Hadopi: après le moyen âge, à quand la renaissance de la culture par tous?


    La deuxième édition du festival de la culture libre ARTISCHAUD se déroulera, du 18 au 24 Octobre 2009, dans plusieurs endroits des villes de Lyon et Villeurbanne avec la thématique de la « Culture par tous ».

    Artischaud est un festival à deux niveaux : Une programmation artistique et un débat sur les enjeux numériques.

    Cinéma, théâtre, danse, ateliers logiciels, concerts folk, rock, electro, world... Un programme à l'image de la « Culture par tous » à l'heure des nouvelles technologies ; Elle est une expression sensible, éclectique et omniprésente, mise en lumière notamment par la libre diffusion des oeuvres (licences libres)
    Alors que des débats hadopiens et désuets font rage, Artischaud est aussi une occasion de parler de cette « Renaissance » de l’accès et de la diffusion des œuvres, de cette révolution numérique, sur un média pour tous, qui ressemble de manière troublante à ce qu’a impulsé l'invention de l'imprimerie1.
    Afin de mieux appréhender les transformations inéluctables que la « Culture par tous » opérera demain, une conférence aura lieu le samedi 24 octobre ouverte à l'ensemble de la population, les mélomanes, les artistes, nos élus et les acteurs sociaux et culturels.
    A l'issu de cet échange, il sera tenté d'établir des "convergences lyonnaises" qui seront diffusées à l'ensemble de nos députés.

    Nota : Cette deuxième édition fait suite aux 11èmes journées des logiciels libres organisées par l'ALDIL les 16 et 17 octobre 2009 au campus de la Doua.
    Elle démarrera le 18 octobre par une journée "Cinéma libre" pour participer à sa manière à cette semaine de cinéma que Lyon met à l'honneur (LUMIERE 2009).

    Enfin nous espérons que la conférence pourra nourrir les discussions, même modestement, autour de la thématique "comment réinventer les politiques culturelles" abordée fin novembre à l'université Lyon II.

    Quand?
    Conférence de presse le X octobre en mairie de Lyon dès 11h00, Salle __________________
    Festival du 18 au 24 Octobre 2009

    Quoi? Ou?
    Dim18Oct-L’atelier des canulars-Cinéma-Kassandre.org - courts métrages - bick buck bunny, printemps soluble, négatif + Long métrage - paulo anarkao-20h30
    Lun19Oct-Périscope-Danse-Compagnie Oorkaza-Espace intime-21h00
    Mar 20Oct-La friche-Atelier MAO&Vidéo sous Linux-19h30 (s’inscrire sur le site via l’onglet Ateliers)
    Mer 21Oct-MPT des rancy-Atelier Graphisme jeune public -AADN-14h00
    Mer 21Oct-MJC Vieux Lyon-Théâtre-Olmo Cesar-Jesus-20h30
    Jeu 22Oct-Campus Porte des Alpes-Show case-AfroWord-Lessazo-12h00
    Jeu 22Oct-MPT des rancy-Concerts-Folk Rock-Angil+Lonah-20h30
    Ven23Oct-******-Concerts Electro&VJ- Deadwood +Gzzzt+Mr sushisooshamp +Atomikdog +tremoloboy +Cycloptik (VJ)+ MPZ- 22h00-05h00 (entrée réservée exclusivement aux adhérents ; se renseigner)
    Sam24Oct-(MJC monplaisir)
    -Tables rondes- pratiques numériques d'une population la renaissance d'une culture partagée. 10h-12h00.
    - retours d'expériences des acteurs sociaux et culturels - Jacques Houdremont - Pôle multimédia de Grigny / Espaces Publics Numériques du Lyonnais.
    - l'utilisation des licences libres - Alain Imbaud - Dogmazic.net
    -Conférence et tables rondes- La culture par tous à l’ère numérique.14h-17h00 Modérée par Vincent Mabillot, maitre de conférence Université lyon II, formation Colibre.

    Sam24Oct-Le 6ème Continent-Concerts- Afro world - Lessazo+Dyade & AD–20h30

    Comment?
    Accès par métro, bus, vélo.
    Accès libre, prix libre ou tarif 3€/5€ suivant les événements.

    En savoir plus?
    http://www.artischaud.org
    http://www.artischaud.org/blog/?page_id=27

Ajouter un commentaire