Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Lacheurs de Temps - Epilogue + Chronique Lemurya

LES LÂCHEURS DE TEMPS : ÉPILOGUE

Depuis quelques jours, l'adresse http://www.lacheursdetemps.com renvoi à une étrange page qui n'a manifestement pas grand chose a voir avec le libre. Non il ne s'agit pas d'une erreur, le site s'arrête.

Séchez vos larmes, arrêtez de crier de désespoir, ça n'est pas si grave. Néanmoins, nous vous devons quelques explications.

Les raisons de cette arrêt n'ont rien d'extraordinaire : manque de temps, manque de motivation.... De plus, il me semble que la « mission » qu'on s'était fixé au départ - à savoir prouver qu'il existe de la musique libre qui peut tenir tête a de la musique commercial produite à grand renfort de $$$ - n'est plus aussi pertinente qu'il y a 3 ans.

Enfin, il se trouve que nos interrogations sur le devenir du site ont coïncidé avec une nouvelle autrement plus grave : le décès de notre hébergeur...

UN HOMMAGE

Car oui, notre hébergeur n'était pas une société, notre hébergeur n'était pas anonyme, c'était un Homme. Un humain au sens plein du terme. Il s'appelait Filip Supera et avait créé cette petite structure nommé "libre-octet" qui soutenais des projets artistiques et/ou libres avec un réel enthousiasme... même avec de mauvais payeurs comme nous!

Filip, je ne le connaissais pas... enfin pas vraiment. J'ai échangé des mails avec lui, souvent pour des problèmes techniques très terre-à-terre... j'ai dû l'avoir quelques fois au téléphone... pas grand chose en somme. Néanmoins, lorsqu'il m'a annoncé son cancer et, plus tard, lorsque j'ai appris son décès, l'impression que j'ai eu n'était pas celle qu'on a lorsque quelqu'un qu'on connais à peine meurt. Non, j'ai eu ce sentiment que c'était la mort d'un mec bien qui venait d'arriver, quelqu'un qui allait sérieusement manquer. Avant de continuer, je tiens à présenter toutes mes condoléances a sa femme, son fils, sa famille et ses amis... car si moi -simple "hébergé"- j'ai été attristé par sa mort, je n'ose imaginer ce qu'ils ressentent.

Je conclurais en disant que Filip faisait partit de ceux qui contribuent a rendre - l'air de rien, sans fléchir, et avec ferveur - le monde (le cyber-monde en tout cas) meilleur. Ceci n'est pas juste une formule, j'ai eu la chance de l'interviewer longuement, et je vous invite à juger par vous même de ce que je raconte ( http://www.dogmazic.net/Les_emissions_des_lacheurs "un vieux baroudeur du net").

Sincèrement, bien que personne ne s'en rende compte, je suis certain que sa présence manquera cruellement à l'idéal de l'internet que beaucoup d'entre nous souhaitons construire ici.


Fin de cette parenthèse peu joyeuse.... Gardons le souvenir de notre ami dans un coin de notre tête et poursuivons sur des nouvelles plus joyeuses!

Les lâcheurs de temps ne s'arrêteront pas sans vous laisser une dernière chronique a vous soumettre ô cher internaute avide de notre prose hors du commun.

Les chose étant parfois bien faites, il se trouve qu'il y a un album qui va sortir dans pas longtemps qui fera la chronique-baroud-d'honneur rêvé pour un site tel que le notre : j'ai nommé la dernière sortie de l'AMMD, «Soma - de Lemurya ».

En 3 ans de chronique et d'écoutages intensifs de musique plus ou moins libre de droit, je pense que l'AMMD reste incontestablement mon chouchou! Que ce soit pour originalité et la qualité de ses artistes, ou pour sa démarche absolument 100% libre (du studio a la licence) et intègre, je suis très fier de conclure sur l'une de leur sortie!

L'ULTIME CHRONIQUE

Lemurya - Soma

Licence : CC - BY - SA
Genre : Rock fusion inspiré et onirique
Durée : 54 minutes
Nombre de Pistes : 9

Une fois n'est pas coutume à l'AMMD, Lemurya n'est pas une succession de chansons, mais une histoire, que dis-je une aventure, que dis-je une saga.... enfin bref, Lemurya possède sa propre mythologie (comme ils disent à l'AMMD)...son propre fluff quoi (comme ils disent chez les geeks).

En toute honnêteté je pourrais difficilement vous en dire plus sur le sujet, car je n'ai pas les paroles sous les yeux....et en plus c'est polyglotte.... En tout cas y'a une histoire d' « équilibre fragile de la planète »... ce qui sonne assez niais au première abord... mais... bon... laissons leur une chance.

BREF, de toutes façons, on a jamais vraiment prêté attention au sens des paroles chez les LdT, y'a pas de raisons que ça change pour la dernière! D'un point de vu musicale en tout cas les mots sonnent très très bien (même pour moi qui déteste 99,9% des textes en français),  donc un bon point!

Parenthèse fermé sur le fluff, Attaquons l'album dans son ensemble :

La musique allie un rock solide à des sonorités latino (que ne sont pas sans rappeler l'excellent The Mars Volta par moment) avec en bonus une guitare saturée qu'on sent gronder au loin pour apporter des touches métalliques du plus balle effet! Le style du claviériste de sebkha-chott achève de caractériser l'ensemble avec des mélodies parfois très « cirque de l'étrange » qui classent définitivement Lemurya loin du rock francophone classique.

Lors de mes premières écoutes de Lemurya j'ai eu, à peu près pour chaque morceau, la même réaction (particulièrement avec Elcmar et son intro mellowjazzesque) : en règle général, chaque chanson commence très innocemment... les mélodies sont parfois très consensuelles, et on se laisse penser -un temps- qu'ils ont manqué d'inspiration pour certains passage.... GROSSIERE ERREUR! On finit indubitablement par se dire a voix basse : « bon OK, c'est génial ». L'ensemble de l'album oscille entre plusieurs ambiances avec une fluidité très naturelle... On passe sans s'en rendre compte d'un rythme cubain, à du dub, en passant par du Muse, ou du rock anglais façon beatles... C'est très appréciable, et l'album n'est pas ennuyeux une seule seconde (bien que j'ai ressentie une petite lassitude la 6ème fois d'affiliée)

Je terminerais cette chronique en saluant la qualité du son et le talent de chaque musicien (note spéciale pour le chanteur qui se situe quelque part entre Cedric Bixler-Zavala et Matthew Bellamy ). Cette dernière prod de l'AMMD est définitivement un très grand cru!

PS : Bon, non je conclurais en demandant : pourquoi diable avoir modifié thésar entre la démo et l'album?? La version démo ( http://www.dogmazic.net/Lemurya) est bieeeeen meilleure! La version album rajoute une espèce de « double pédale » bancale et supprime le génialissime riff de guitare du final!

Finir une chronique en râlant, c'est ça l'esprit LdT ;-)


EN BREF :
Que vaut Soma dans son ensemble? Hum... en deux mots? Chef-œuvre ! (chef-d'œuvre, ça fait 3 mots).

PPS : l'album est en pré-commande ici : http://lemurya-soma.ammd.net/


LA SUITE

Comme raisons de la fin des lâcheurs j'ai cité uniquement le manque de motivation... mais pour être exact il s'agit plutôt de motivation... pour d'autres choses!

A suivre donc...

Réponses

  • Ah oui... j'ai oublié de dire merci a tout ceux qui...nous ont suivit..rencontre...merveilleux...gnagnagna
  • Salut,

    Hé bien, aussi incongru que cela puisse paraître, je vais partager les condoléances à la famille de et l'hommage à Filip Supera, qui s'avère être manceau, et dont j'ai -naturellement- souvent entendu parler (quoique jamais rencontré) dès qu'il s'agissait de former quelqu'un à Gimp, à OpenOffice.Org, ou d'installer un réseau correct dans une MJC.
    Quand tu m'as dit Tumulte que ton hébergeur était décédé, et que j'ai appris le décès de Filip, j'ai pas trop cru à la coïncidence, mais en fait, il n'y a pas de hasard, les gens libres et biens font et feront des choses ensemble (à défaut de se rencontrer).

    Bref, en tout cas, très belle chronique, merci bien !

Ajouter un commentaire