Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

YouTube s'ouvre au "creative commons"

Yep !

Pioché cet article aujourd'hui, 2 juin 2011, sur le site du Monde :

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/06/02/youtube-s-ouvre-au-creative-commons_1531105_651865.html#xtor=RSS-3208

Pour celles et ceux qui ont un compte youtube !

m.

Réponses

  • J'ai trouvé le point de vue d'un juriste qui débroussaille un peu le terrain avec un bon article explicatif sur cette ouverture de Youtube au CC...

    http://owni.fr/2011/06/14/youtube-et-creative-commons-quest-ce-qui-change/

    Un exposé mitigé (seule la licence CC-BY 3.0 US est disponible) en 3 parties puis une conclusion, que je cite en partie:
    Malgré les réserves que j’émets dans ce billet, l’adoption des Creative Commons par YouTube constitue un changement notable, à saluer dignement comme un jalon pour la promotion de la Culture Libre. Ses effets concrets dépendront à présent de la manière dont les vidéonautes alimenteront la bibliothèque sous licence libre de YouTube et des partenariats qui pourront être noués avec de grands fournisseurs de contenus.
  • Un petit truc qui me choque quand même dans cet exposé :
    La Licence CC-BY (celle que j’ai choisie pour S.I.Lex) possède en revanche un effet libérateur très puissant sur les contenus. En réalité, elle permet la réutilisation dans des conditions même plus libres que si l’œuvre était dans le domaine public « naturel ». Car en droit français, une œuvre dans le domaine public est toujours soumise au droit moral, et notamment au droit à l’intégrité, empêchant qu’on la modifie ou qu’on l’adapte sans autorisation des titulaires de droit. On peut donc dire que grâce à la CC-BY, YouTube va devenir un nouveau lieu de cristallisation des « Biens Communs Volontaires » et c’est une très bonne nouvelle.

    L'exposé était très bien, agrémenté de plusieurs liens bien utiles, jusque là où il semble nous dire que la cc-by ôte le droit moral à l'auteur, alors que celui-ci est inaliénable dans les pays sous le régime du droit d'auteur ...
    Étonnante erreur ... ou alors j'ai mal compris ce qu'il voulait dire ...
  • Début de réponse, il s'agit d'une licence cc by 3.0 donc non portée en France, du coup peut-être bien que ce qu'il dit est juste.
    Par contre ce serait en contradiction avec le droit d'auteur français non ?
  • eisse a plusieurs fois tiré la sonnette d'alarme sur cette licence......

    si cette description est bonne...c'est le "pompon" .....

    même si d'un autre côté je me dis qu'elle doit être exagéré ...... le droit d'auteur est "inaliénable" .....

    c'est en effet contradictoire......
  • [quote="TOTORESK"c'est en effet contradictoire......[/quote]

    Si tu utilise une license CC, à partir du moment où tu ne mets pas les clauses nc ou nd, c'est comme si tu inscrivais le texte suivant : "j'autorise tout le monde à écouter, dupliquer ou distribuer mon oeuvre et à en faire des oeuvres dérivées". Tu ne renonces pas à ton droit d'auteur, tu dis juste cela. Ce n'est pas une contradiction, juste une autorisation.

    jp
  • ce qui est contradictoire c'est ce que dit (et que j'ai quoté) l'auteur du texte dans le lien ci dessus, comme quoi une cc by 3.0 serait plus permissive que le domaine public ...
  • en ce qui concerne le droit moral pour les œuvres du Domaine Public, il n'est pas interdit de le modifier, mais il faut alors indiquer que ne n'est pas l'œuvre originale, qu'on a modifié celle-ci.

    Comment les Rondo Veneziano auraient-ils pu jouer du Vivaldi avec de la guitare électrique et de la batterie, autrement? Je doute qu'ils aient cherché l'ensemble des descendants d'Antonio Vivialdi pour obtenir leur avis unanime (parce que si un seul héritier s'y opposerait, on n'aurait pas le droit de modifier).

    Sur les pochettes de CD, je me souviens que le nom de l'arrangeur figurait clairement parmi la liste des auteurs, en tant qu'arrangeur. Il y a donc simplement l'indication très succinte de la nature de la modification (arrangement), ce qui indique aussi que ce n'est pas l'original joué tel quel, et l'auteur de ces modifications.

    Le droit moral s'applique si l'honneur du compositeur est mis en cause et c'est dans ce cas qu'on risque plus ou moins gros, selon que l'on connaise +pléthore d'héritiers officiellement reconnus comme tels, -ou aucun.
  • oui , jp_h , je parlai de l'analyse de l'auteur du texte sur le "plus permissive que le domaine public" ....qui est (qui semble , je suis pas juriste...) contradictoire avec le droit d'auteur français...
    bref , je me répète mais eisse avait évoqué ce problème incompatibilité avec le droit français ....

    didier , si tu surf dans le coin ...... :)

Ajouter un commentaire