Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

The power of Open, mon cul !

Bonjour,
je suis tombé dessus par hasard dans un coin du Web sauvage et pas encore totalement civilisé, plein de pirates pedonazis, etc...

powerofopencover.jpg

Source :

http://scinfolex.wordpress.com/2011/07/03/the-power-of-open-innover-et-reussir-avec-les-licences-creative-commons-12/

Il s'agit d'un article paru sur S.I.lex sur un ebook publié par CC international concernant la "réussite" d'une trentaine de créateurs sous CC.

Le lien pour télécharger le livre dans votre langue :

http://thepowerofopen.org/downloads/

Je ne l'ai pas encore lu, dont je n'ai aucune critiques à formuler sur ce document pour l'instant.

Si ce n'est que je me demande juste si l'objectif du Libre c'est d'innover et réussir.

Peut-être que ça peut démontrer aux détracteurs du libre que la voie néo-libérale et conservatrice ( Si, si, c'est possible; économie néo-libérale pour les plus riches et conservatisme économique à l'égard des plus pauvres ) n'est pas la seule.

Voilà.
«13

Réponses

  • Je ne sais pas si certains d'entre vous ont pris la peine de télécharger ce ebook.

    Je le parcours depuis hier, et je suis assez dubitatif.

    C'est une publicité pour les Creative Commons à la gloire des Creative Commons, et je dirais presque, au détriment du libre au sens plus général.

    C'est plus un dépliant publicitaire qu'un vrai livre sur les CC et les licences de libre diffusion. Intro sommaire, présentation des différents contrats, puis ensuite des fiches d'artistes publiant leur travail sous CC.

    Je pensais qu'on aurait droit à des articles de fond, avec une explication sur pourquoi les CC, comment ils y sont arrivés, quelles réflexions et analyses ont-ils tirés de leur expérience ?

    Que des winners. Où sont ceux qui n'ont pas réussi à transformer l'essai, qui ont abandonné, ou pour qui les CC est le moindre mal dans un monde où l'art est surtout une marchandise et pour certains artistes une alternative aux minimas sociaux et au désespoir ?

    Mais non, c'est du story telling de win/win, tout le monde sourit, c'est génial, y'a pas de problème...

    Ca ressemble à Entreprise Mag avec toutes les idées à la con données comme pistes pour devenir soi-même son propre exploiteur de soi-même dans la joie et la bonne humeur néo-libérale.

    Je m'attendais à du prosélytisme pour les CC, mais aussi à un peu plus de fond et de sérieux. Mince, Laurence Lessig n'est pas un clown. Pourtant ce bouquin aurait tout à fait sa place sur le blog de Jamendo.

    Les CC c'est fun, c'est djeune, c'est top moumoute, c'est comme une app sur ton iFuck, tu cliques dessus et le monde est à toi.

    En vrai, je suis quand même vachement déçu. Les CC qui sont une fondation se comportent de plus en plus comme une "company" qui met en avant sa marque. Ca se passe doucement mais sûrement, dans un monde du libre qui se cherche toujours croyant peut-être qu'une réponse existe quelque part.
  • Les "lapins crétins" de l'internet kikoolol ont gagné, rien de neuf sous le soleil.
    On dirait une émission de "capital" ce bouquin…

    En réponse:
    On est en 1994, il s'appelle Ram Samudrala et il définit la "Free Music Philosophy":
    "It is an anarchistic grass-roots, but high-tech, system of spreading music: the idea that creating, copying, and distributing music must be as unrestricted as breathing air, plucking a blade of grass, or basking in the rays of the sun."

    Il n'est pas ici question de "toi aussi kévin réussi avec le power de l'open" , mais de philosophie, les lapins crétins ont quand même gagné.

    Et cette définition de la Free Music Philosophy devrait être sur le "fronton" de dogmazic.net, avec marqué en dessous "Power of open, Mon Cul!"*

    Prendre Jamendo comme exemple, c'est une fois de plus une imposture mais qui, à force d'insister passera pour la réalité historique et donnera une légitimité totale, avec son label "PUR", et son actionnaire Musicmatic, Bien vu.

    Le référentiel "Francophone" de la musique libre , désormais addoubé par Créative Commons Worldwile est Jamendo, qu'on se le dise.

    Ce qui est frappant et révélateur aussi dans l'article du blog en lien sur le premier post, c'est que nulle part il y est fait mention d'initiatives comme Dogmazic, Kassandre, Entropy Killed The cat, le projet Automazic ou d'autres initiatives respectueuses du droit d'auteur , des artistes et de la philosophie originelle des cultures libres.

    Non, tout ceci ne doit pas être assez "hype" pour eux, tant pis.

    Pour revenir au bouquin, j'aime bien aussi les "supporters", aucun commentaire, juste regarder à quoi correspondent les noms sur les logos: http://thepowerofopen.org/supporters/

    Pour ma part j'en ai fini avec ce "libre-là" et bientôt avec l'autre d'ailleurs, comme déjà écrit, votre internet n'est pas le mien ou plutôt n'est plus du tout le mien.
    Il me semble qu'une page est en train de se tourner définitivement entre l'ancien monde et le nouveau.

    Bonne zike :)

    *citation désormais célèbre et cultissime de Bituur Esztreym : "Power of open, Mon cul" extraite d'un échange email sur la liste CCFR.
  • A ce sujet, Pierre Gerard de Jamendo, a tweeté :
    "Dommage que lors d'une conférence #jamendo #creativecommons, les gens si critiques sur le web ne se montrent pas en vrai pour débattre. (6 juillet)"

    De qui peut-il bien parler ?... :D
  • ChristopheE écrit:
    Pour revenir au bouquin, j'aime bien aussi les "supporters", aucun commentaire, juste regarder à quoi correspondent les noms sur les logos: http://thepowerofopen.org/supporters/
    effectivement, quand Microsft (tm, R, etc) se met à soutenir le récit des succes story du libre, y'a de quoi se poser des questions.

    Mais finalement, c'est pas si surprenant que ça. Ce foutu rêve de gloire revient, depuis des années, comme un pop-up persistant ^^ dès qu'on parle de libre.

    Sinon, au sujet du tweet du gars de Jamendo
    chefgeorges écrit:
    De qui peut-il bien parler ?
    Aucune idée, mais je t'avouerais que j'accorde peu d'importance à un gars qui déplore le manque de remarques critiques "en vrai" lorsqu'il le fait via un tweet.
  • chefgeorges écrit:
    A ce sujet, Pierre Gerard de Jamendo, a tweeté :
    "Dommage que lors d'une conférence #jamendo #creativecommons, les gens si critiques sur le web ne se montrent pas en vrai pour débattre. (6 juillet)"

    De qui peut-il bien parler ?... :D

    Pour lui répondre directement :
    "On a autre chose à faire dans le vrai que d'écouter ses salades, il est un détail comparé à toutes les actions que l'on mène et que l'on sera à même de mener dans l'avenir. Son envie de débattre sur sa seule personne n'est pas mon objectif de vie."
  • ChristopheE écrit:
    Pour revenir au bouquin, j'aime bien aussi les "supporters", aucun commentaire, juste regarder à quoi correspondent les noms sur les logos: http://thepowerofopen.org/supporters/

    Pour ma part j'en ai fini avec ce "libre-là" et bientôt avec l'autre d'ailleurs, comme déjà écrit, votre internet n'est pas le mien ou plutôt n'est plus du tout le mien.
    Il me semble qu'une page est en train de se tourner définitivement entre l'ancien monde et le nouveau.

    Bonne zike :)

    *citation désormais célèbre et cultissime de Bituur Esztreym : "Power of open, Mon cul" extraite d'un échange email sur la liste CCFR.

    Quand on voit les supporters, on peut se poser la question de "Mozilla'". Qu'en dites-vous ? Peux-t-on demander des explications à ce sujet à la fondation Mozilla, et à Tristan Nitot aussi... ?
  • Rufus,

    il y a plusieurs choses dans ce que tu dis :

    - Un projet libre doit il réussir et innover?
    - CC montre sous un angle des succès pour valider son modèle auprès des autres.

    Il y a le fond et la forme.

    Dans le fond, une réussite ou tout du moins un aboutissement, un objectif atteint même partiellement permet d'attirer l'attention sur ce qui n'était qu'un essai, un laboratoire. Cela permet aussi de donner un exemple, d'acter de l'état d'une chose, de définir par le concret ce qui s'avérait encore potentiel ou inassimilable. Et de le communiquer.
    Que le libre puisse d'une certaine manière être plus audible par des exemples concrets, des avancées probantes est une bonne chose. pas tellement pour ceux qui sont déjà conquis mais pour attirer l'attention des gens avec une crédibilité factuelle.

    Sur la forme, il y a ceux qui vont en rajouter à la "one again", voir qui vont en profiter pour s'affirmer comme les avant gardiste, les pionniers, ceux qui tire les nouvelles idées.
    Et là dessus ce n'est peut être pas tout a fait le cas des creative commons qui me semble t il se placent comme d'incontournables leader.
    Sur la forme nous sommes très loin du libre.

    Le fond et la forme , deux balances a minutieusement peser.

    Somme toute et dans le fond, les projets "libres" ont tout intérêt à montrer des "réussites" qui dans la forme peuvent être tout a fiat humbles.

    comme dogmazic par exemple.

    Alors ne jetons pas le fond avec l'eau du bain :)
  • FYI bienvenu dans la secte moon.

    Méditation :
    Ne rien faire est ce en définitive laisser faire?
    Creative Commons et Cap Digital ont le plaisir de vous inviter au Lieu
    du Design ? l?occasion du lancement mondial du livre ? The Power of
    Open ?, dans un contexte de c?l?bration de l?innovation et de la
    cr?ativit? en ligne.

    Mercredi 6 juillet de 17h30 ? 20h00
    Le Lieu du Design
    74 rue du Faubourg Saint-Antoine
    75012 Paris
    M?tro : Ledru-Rollin

    S?inscrire : http://thepowerofopenparis.eventbrite.com/

    Le livre : http://thepowerofopen.org/

    Au programme, la pr?sentation de deux projets cr?atifs et innovateurs
    mis en ?vidence dans The Power of Open :

    Pierre G?rard, co-fondateur de Jamendo, la premi?re plateforme de
    promotion, de diffusion et de commercialisation de musiques libres, ?
    libre ? dans le sens o? les artistes d?cident eux-m?me de la
    distribution et de la gestion de leur cr?ation. Au moment de leur
    inscription, ils choisissent une licence Creative Commons. Sur
    Jamendo, les internautes peuvent librement ?couter, t?l?charger et
    partager 300 000 titres, de fa?on l?gale et gratuite.

    Projection d?un film de Vincent Moon, r?alisateur prim? de Paris qui
    est connu pour ses vid?os de musique qui pr?sentent des artistes
    ind?pendants aussi bien que les musiciens c?l?bres, y compris Tom
    Jones, R.E.M et Arcade Fire. Il fait ?galement des films et des
    documentaires qui lui ont valu une r?putation internationale. Les
    ?uvres de Moon, pr?sent?es dans le livre et diffus?es sous une License
    Creative Commons, sont caract?ris?es par les valeurs du partage et de
    l??change.
  • Il ne s'agit pas de moi Eisse, mais d'un livre qui est en fait une publicité déguisée avec des sponsors pour le moins étranges.

    Ce ebook montre-t-il la réalité que toi, moi et d'autres connaissons ?

    Le Libre a-t-il intérêt à montrer des story telling en lieu et place de la réalité ?

    Oui, si l'idée c'est d'attraper du client.

    Oui si Creative commons vend une marque et donc recherche des clients.

    La question est : Est-ce que les Creative commons participent encore au Libre ou bien sont UN Libre déconnecté du Libre ?

    Ca rejoint les discussion sur Internet en tant qu'espace libre et neutre et les Internet montés par des multinationales déconnecté du grand Internet.

    Peut-on encore parler du Libre ou doit-on parler des Libres ?

    Ce genre de ebook me parait donner un début de réponse, CC vient de créer son Libre.


    Sinon, je suppose sans être vraiment parano, que cette petite attaque est pour moi :D
    Ne rien faire est ce en définitive laisser faire?

    Je ne suis pas un partisan du ne rien faire et encore moins du laisser faire, mais de réfléchir avant de faire pour ne pas faire n'importe quoi, ce qui est très différent.

    Pour faire compréhensible, je suis contre les gens qui sont dans la réaction systématique, une tendance problématique depuis qu'Internet existe.
  • rufus,

    rien contre toi
    on est d'accord
    mais oui il eut fallu que tous soient plus actifs
    je regrette toujours un peu que ca soit si compliqué de mobiliser et de se structurer
    entre temps d'autres font n'importe quoi et écrivent un mouvement qui ne ressemble pas a ce pourquoi on insufle.
    nous sommes aussi responsable de la situation. c'est le message principale que j'ai a donner.
    je sais pas toi moi ca va faire 5 ans que je suis tout ca...et il me tarde de voir les choses bouger ici. Alors oui prendre le temps mais avancer surement. Il ya eu plusieurs tentatives ; encore récemment la fédération...mais ou en est on?

    http://lists.ibiblio.org/pipermail/cc-fr/2011-July/001802.html

    Eisse
  • eisse écrit:
    rufus,

    rien contre toi
    on est d'accord
    mais oui il eut fallu que tous soient plus actifs
    je regrette toujours un peu que ca soit si compliqué de mobiliser et de se structurer
    entre temps d'autres font n'importe quoi et écrivent un mouvement qui ne ressemble pas a ce pourquoi on insufle.
    nous sommes aussi responsable de la situation. c'est le message principale que j'ai a donner.
    je sais pas toi moi ca va faire 5 ans que je suis tout ca...et il me tarde de voir les choses bouger ici. Alors oui prendre le temps mais avancer surement. Il ya eu plusieurs tentatives ; encore récemment la fédération...mais ou en est on?

    http://lists.ibiblio.org/pipermail/cc-fr/2011-July/001802.html

    Eisse


    Je ne voudrais pas que le débat tourne à la personnalisation mais je vais quand même te répondre.

    Je ne comprends pas.

    MLO ! et sa plateforme Dogmazic sont une concrétisation éthique et consciente du Libre, d'une certaine idée du Libre, d'une idée proche de l'origine du Libre, un Libre protéiforme respecté dans sa diversité.

    Ce Libre-là se développe tous les jours à chaque fois qu'un artiste ou un amateur d'art emploi une licence libre. Dans l'art les activistes sont les artistes, chacune de leurs oeuvres sont un manifeste politique.

    Bien sûr dans le tas, il y a beaucoup de gens qui sont des suiveurs des standards de la culture business, mais c'est aussi ça de permettre à n'importe qui de faire de l'art, et c'est très bien.

    D'une part ça correspond à la philosophie du Libre qui est d'avoir le droit à copier et s'inspirer de l'existant, d'autre part, tout dans la culture business n'est pas à jeter et enfin, banaliser des clones d'artistes commerciaux sous licences libres c'est élargir l'impact des licences à un public qui n'en comprends pas nécessairement l'intérêt mais adhère sans le savoir à une philosophie qui lui sera aussi bénéfique dans le temps.

    Le Libre est un écosystème vivant en perpétuelle évolution qui grandit sans campagne marketing, sans centre décideur, sans jurys académiques; c'est anarchique, ça correspond au développement d'un autre écosystème, celui du réseau global nommé Internet.

    Aussi, je ne comprends pas cette plainte de certains de ses activistes comme quoi les choses n'iraient pas assez vite, seraient prises de vitesse par des initiatives pernicieuses.

    Jamendo ?
    CC monde ?
    PUR ?
    Hadopi ?

    Ces choses-là n'ont rien avoir avec le mouvement du Libre que nous défendons.

    Jamendo a fait illusion un temps mais aujourd'hui, il n'y a plus de doute, ce Libre-là n'est pas du Libre au sens où nous l'entendons, pas celui dans lequel je gravite et qui parle d'enrichissement collectif et désintéressé.

    CC monde ?

    Le ebook que j'ai porté à votre attention démontre qu'ils ont créé et imposé une vision d'un Libre, le leur, qui rejoint celui de Jamendo. Les deux entités s'autoproclament numéro 1 d'un monde qui n'est qu'une illusion. Ils se sont extrait du Libre, qui est bien plus vaste que leur petite idée de business étriqué. Mais ils peuvent faire ce qu'ils font, qu'ils le fassent.

    PUR et Hadopi sont des bruits parasites qui essaient de faire prendre une direction au Web par la contrainte et l'intimidation. On est dans le même processus que celui que je viens d'évoquer avec le Libre made in Jamendo/CC monde, on est dans le repli sur soi, le refus d'être dans une globalité qui nous dépasse, le refus de laisser grandir et murir quelque chose qui n'appartient à personne, qui appartient à tout le monde, la peur que l'ancien monde avec ses idées qui n'ont mené nulle part disparaissent.

    Pourquoi se battre contre des visions de fous ?

    Pourquoi vouloir les mettre au même niveau que ce qu'elles ne sont pas ?

    Bien sûr, tu as le droit de défendre tes idées, et d'autres pensent comme toi.

    Mais pour aboutir à quoi ?

    A une centralisation du Libre autour d'une espèce d'autorité régulatrice qui empêcherait d'autres d'avoir leur propre vision du Libre, ou d'utiliser le mot Libre ?

    Je ne suis pas d'accord, mais je reste tolérant à ce genre d'idées, et je reste vigilant, et je dénonce, et je critique en essayant d'argumenter pour que mes écrits, si ils tombent sous les yeux de personnes en doutes ou intéressées, puissent servir à nourrir la réflexion, et peut-être amener de mon côté de nouveaux convertis à un Libre libéré de tout dogmatisme, de tout ésotérisme, de toute culture de l'égo.

    Pour faire un parallèle, le terme HAMAP est un terme déposé avec une charte à laquelle il faut adhérer pour bénéficier de l'appellation. Est-ce que ça empêche des groupements de paysants/consommateurs de se monter partout en France en dehors de cette charte et appellation ? Non.

    Il ne sert à rien de vouloir réguler. La régulation amène à une dérégulation encore plus sauvage où tout est encore plus flou. Le monde est grand, Internet est infini, la capacité à créer non mesurable, de plus en plus de gens anonymes, non médiatisés, amateurs, aspirants professionnels, aspirants amateurs sur-éclairés, éditent chaque jour leurs oeuvres, leurs idées et les font partager. C'est ça le Libre, une guérilla à l'échelle d'une planète via son double virtuel, Internet.

    Ils ont les media de masse pour eux, l'argent et la politique, nous n'avons qu'un matériel peu coûteux et pourtant, nous sommes plus forts car nos idées, nos oeuvres circulent à la vitesse de l'électron et peuvent toucher énormément de monde sans aucune régulation possible.

    Le Libre c'est le pouvoir de l'esprit en perpétuel mutation qui refuse tout conformisme et toute censure, même pour ceux qui veulent sa mort consciemment ou en croyant participer à son expansion.

    Tout ça nous dépasse, tu ne le vois pas ?

    Ca vit tout seul.

    Le Libre n'a pas besoin qu'on intervienne dans son développement, il a juste besoin qu'on l'utilise.

    Et pour ça il suffit d'éditer sous une licence libre sur une plateforme libre, ou sur son blog, ou sur sa page Facebook de merde :) peu importe, quelque chose.

    Et cette chose sera recopiée, transférée, partagée, modifiée, nourrira une autre choses sous une licence libre qui elle même sera recopiée, etc, etc...Le Libre est un virus tueur d'idées centralisatrices.

    Des centaine de milliers d'artistes ne font pas rien, ils sont des éléments d'une armée sans commandant, sans PC de campagne, sans plan, sans stratégie à deviner, une armée qui frappe sans discontinuer, qui met à mal l'idée fausse et répandue que la création serait une émanation de l'argent.

    La création est pour tout être doué d'un cerveau et capable de conceptualiser, et demande peu de moyens pour être amener à la vue et au su de tout le monde.

    Le Libre a déjà gagner, c'est juste que l'ancien système se maintient en vie comme un parasite en bénéficiant de l'argent public en vociférant et en menaçant dans les mass media.

    Mais ça ne tiendra plus longtemps et le temps, nous en avons à revendre dans le Libre.

    Je ne m'oppose pas à tes idées, je les comprends dans une certaine mesure, mais je ne les partage pas. :)
  • Sans vouloir top provoquer ni plomber l'ambiance:

    Restons-en au faits:
    - Jamendo est reconnue officiellement de fait comme la plateforme qui représente le libre , sa philosophie, son meilleur modèle économique, c'est plié, mis en avant et officialisé par Créative Commons. (mais ce n'est pas nouveau).

    - Quelle est la stratégie de CC WW à moyen terme :
    a/ Se débarrasser de la gestion collective, quitte à pactiser un temps avec historie de bien noyer les 500 000 oeuvres de la sacem par exemple avec les 500 000 000 d'oeuvres cc annoncées circulant sur internet, c'est une question de volume, de masse critique d'une part et d'isolement du modèle collectif francophone d'autre part face au copyright et au publishing anglo-saxon.
    b/ se poser en seule alternative au copyright anglo-saxon.
    c/ Recréer une sorte de gestion collective business pour les usager des cc et par là même finir de détourner les flux de pognon qui à l'origine ne passait pas par là…très fort.
    Et au final ceux qui se feront duper sont bien évidemment les artistes et accessoirement l'ensemble des "naïfs" dont je fais partie qui ont cru et défendu un concept bien pipé d'avance, on est bien loin de Samudrala.
    En fait, avec le recul, je crois qu'il ne fallait pas être bien intelligent pour comprendre qu'un groupe de juristes américains en propriété industrielle fussent-ils bien intentionnés ne pouvaient pas s'empêcher de reproduire le modèle habituel, culturel des étasuniens qui consiste à fournir un service gratuit et sympa pour appâter tout le monde et quand c'est le moment envoyer l'artillerie lourde pour rincer tout le monde et se gaver. (ce modèle est d'ailleurs employé par beaucoup de firmes de la net-économie et non des moindres…).

    Le tout dans une joyeuse ambiance "on est tous cool, on fait du libre" , avec ses "cc evangelists"…terme qui m' a toujours un peu gêné, ça fait scientologue leur truc…

    Un service commercial et une force de vente mondiale et gratuite avec par exemple Dogmazic.net (et tous les autres) qui auront fait la "pub" des CC pendant des années en prenant des vessies pour des lanternes.

    Donc joyeuse ambiance avec sa grande majorité d'artistes qui voient dans les CC un moyen de se faire connaitre pour signer avec un label et rentrer dans la carrière, vivre de sa musique, le rêve habituel fonctionne toujours très bien et fabrique bien plus de désillusions et d'aigris que d'artistes reconnus qui vivent de leur art..
    Et ceux qui se demandent ce qu'ils font ici avec leur convictions de partage de la culture et de la connaissance… (heureusement on est pas beaucoup, donc ça ne se voit pas trop).
    Alors dire que chaque fois qu'une personne fait l'usage d'une licence libre cela renforce le mouvement, non, pas du tout, cela renforce la vision "kevin-kikoolol" de l'internet point zéro et tout ce qui va avec, le libre comme faire-valoir des produits industriels, tel est sa vocation désormais et rien ne pourra changer ce mouvement.

    Par contre utiliser une licence LAL, par exemple ou à la limite une By ou une By SA , là , oui, cela renforce la seule idée originelle et véritable du libre qui est la circulation sans entrave et désintéressée des oeuvres pour la richesse culturelle de l'humanité".

    Les autres "idées" du libre, tout le reste, sont des impostures nauséabondes et petits arrangement intellectuels ou économiques "perso", entre-soi.

    Bonne zike, perso j'en ai fini avec le "libre", mais pas fini avec le partage culturel désintéressé! (toujours légal bien entendu).
  • Ton analyse se défend, elle est certainement vraie, mais je ne crois pas à une stratégie globale, plus à de l'opportunisme.

    Si le Libre devient synonyme de CC WW, et bien le Libre que tu défends, dans lequel je me reconnais, qui est partage et enrichissement collectif prendra un autre nom.

    Nous serons minoritaires relégués au second rang, mais peu importe nous le sommes déjà.

    L'Humanité n'a pas attendu le Net et CC pour partager, copier, s'enrichir collectivement et partir du travail d'autrui pour évoluer. Tout ça ne s'arrête pas à cause d'un tour de passe-passe sémantique.
  • Rufus écrit:
    Ton analyse se défend, elle est certainement vraie, mais je ne crois pas à une stratégie globale, plus à de l'opportunisme.

    Si le Libre devient synonyme de CC WW, et bien le Libre que tu défends, dans lequel je me reconnais, qui est partage et enrichissement collectif prendra un autre nom.

    Nous serons minoritaires relégués au second rang, mais peu importe nous le sommes déjà.

    L'Humanité n'a pas attendu le Net et CC pour partager, copier, s'enrichir collectivement et partir du travail d'autrui pour évoluer. Tout ça ne s'arrête pas à cause d'un tour de passe-passe sémantique.

    je serai d'accord a priori avec ton analyse ; dans le contexte ou nous nous serions collectivement activer a créer quelque chose et que malgré nos tous nos efforts nous n'aurions pas pu "contrer" la déviance CC.
    Hors ma conviction - et on peut ne pas etre d'accord avec cela- c'est que si nous sommes tous très attaché à une démarche libriste, nous ne nous sommes pas donné les moyen d'y parvenir ; à ce compte je n'arrive pas a comprendre cette acceptation d'etre minoritaire et en fond de plan car il me semble qu'une maturité de base nous aurait permis de contre balancer fortement cette tendance hégémonique pseudo libriste.

    Il n'est pas trop tard, et Christophe, après de précédente propositions, nous a incité encore récemment à se fédérer et a peser. Cela est possible pour Musique Libre ! il y a une attention particuliere sur nos idées dans la société civile ; beaucoup de gens, d'élus, de collectivités et d'institutions salue notre démarche ;

    Mais ils attendent que l'on se rassemble, que l'on se structure et que l'on fasse des proposition concrètes.
    Bien sure cela nous demande de sortir du maquis plutot de s'enfouir plus en dedans ; cela demande a chacun de nous de s'accorder sur un dénominateur commun d'idée....et là une charte est proposée.

    Pour l'heure, ces propositions n'ont fait que l'objet de critiques ou d'un désintérêt ; tout du moins d'un silence de la part de la majorité des gens concernés. Certains meme prone de se replier, de se cacher, de ne rien faire.

    Encore une fois je ne serai pas contre, mais quand on voit ce qu'il se passe, nous n'avons a mon avis pas le choix de grandir ; grandir correctement avec le temps qu'il faut.
    Mais encore faut il avoir envie ou tout simplment le courage de le faire.
    Entre temps d'autre projet nourissent durable l'imaginaire collectif de ce qu'est le droit d'auteur à l'ère numérqiue (hadopi, CC)

    Si je me permet d'appuyer ce thème sur ce genre de thread c'est pour mettre en evidence que "laisser faire" ou "etre dans le maquis" n'est pas la bonne méthode. Et plus on attendra plus se sera dur d'impulser par la suite. En 2004 nous avions beaucoup de possibilité qu'aujourd'hui.

    Je suis convaincu de tout celà ; si vous partagez ce constat et que vous etes prets necessairement à vous impliquer chacun, en commencant par exemple a s'impliquer dans musique libre! ; on peut imaginer rapidement donner un autre son de cloche.

    Musique libre ! nous attend depuis trop longtemps
  • juillet 2011 modifié
    je serai d'accord a priori avec ton analyse ; dans le contexte ou nous nous serions collectivement activer a créer quelque chose et que malgré nos tous nos efforts nous n'aurions pas pu "contrer" la déviance CC.

    Je ne comprends pas, MLO ! n'est pas une démarche collective ? Il me semble que si, et c'est même LE collectif historique en France. Et donc, tu considères que malgré tous les efforts collectifs de cette asso, vous n'avez pas pu contrer les déviances de CC ?

    Quand est-ce que MLO ! a arrêté de proposer les licences CC ?
    Hors ma conviction - et on peut ne pas etre d'accord avec cela- c'est que si nous sommes tous très attaché à une démarche libriste, nous ne nous sommes pas donné les moyen d'y parvenir ; à ce compte je n'arrive pas a comprendre cette acceptation d'etre minoritaire et en fond de plan car il me semble qu'une maturité de base nous aurait permis de contre balancer fortement cette tendance hégémonique pseudo libriste.

    Se donner les moyens de parvenir à quoi ?

    A imposer NOTRE vision du Libre contre celle des autres ?

    Parce que nous serions plus éclairés que les autres ?

    N'est-ce pas ce que font les autres justement, essayer de nous imposer leur vision ?
    Il n'est pas trop tard, et Christophe, après de précédente propositions, nous a incité encore récemment à se fédérer et a peser. Cela est possible pour Musique Libre ! il y a une attention particulière sur nos idées dans la société civile ; beaucoup de gens, d'élus, de collectivités et d'institutions salue notre démarche ;

    Qui vous en empêche ? Pas moi.

    En ce qui me concerne ce genre de plan ne m'intéresse pas. Je ne parle pas le même langage que tes élus, tes collectivités et tes institutions dont le seul objectif est d'instrumentalisé les démarches artistiques à des fins politiques et d'ambitions électorales.
    Mais ils attendent que l'on se rassemble, que l'on se structure et que l'on fasse des proposition concrètes.
    Bien sure cela nous demande de sortir du maquis plutot de s'enfouir plus en dedans ; cela demande a chacun de nous de s'accorder sur un dénominateur commun d'idée....et là une charte est proposée.

    Cela demande donc à faire fi de la diversité du Libre pour aller vers un Libre formaté et une entité centralisatrice qui désignera ce qui est libre de ce qui ne l'est pas. Ce Libre ne m'intéresse pas plus que celui de Jamendo/CC WW.
    Pour l'heure, ces propositions n'ont fait que l'objet de critiques ou d'un désintérêt ; tout du moins d'un silence de la part de la majorité des gens concernés. Certains meme prone de se replier, de se cacher, de ne rien faire.

    Et certains disent que le Libre n'a pas besoin de ça.
    Encore une fois je ne serai pas contre, mais quand on voit ce qu'il se passe, nous n'avons a mon avis pas le choix de grandir ; grandir correctement avec le temps qu'il faut.

    Grandir ? Mais nous sommes des milliers, des centaines de milliers de part le monde, des millions d'oeuvres ont été publiées, n'est-ce pas déjà suffisant ? Quelle importance que nous ne soyons pas reconnus par une institution, les élus ou les collectivités, nous existons sans eux, sans leur aide, sans leur idées à la dimension de leurs mandats.
    Mais encore faut il avoir envie ou tout simplement le courage de le faire.

    Quel courage ?
    Il est bien plus courageux de renoncer à toute notion de reconnaissance politique, de rester un parmi une multitude.
    Entre temps d'autre projet nourrissent durable l'imaginaire collectif de ce qu'est le droit d'auteur à l'ère numérique (hadopi, CC)

    Nous ne savons rien de ce qui nourrit l'imaginaire collectif. Ce n'est pas parce que des initiatives sont médiatisées qu'elles nourrissent quoi que ce soit. Ce n'est pas parce qu'on parle plus de CC que du Libre que le Libre n'existe pas. D'un côté on a des gens qui nous abreuve de chiffres qui ne sont pas vérifiés et qui nous disent : "Voyez, nous avons raison". Et de l'autre un monde non mesuré et non pesé et donc invisible et synonyme d'incertitude, ce qui dérange pas mal de monde, même dans le Libre. C'est la peur et non le courage qui nourrit ce besoin d'appeler au rassemblement constamment.
    Si je me permet d'appuyer ce thème sur ce genre de thread c'est pour mettre en evidence que "laisser faire" ou "etre dans le maquis" n'est pas la bonne méthode.

    C'est ton opinion, rien ne la valide à part ton point de vue.
    Et plus on attendra plus se sera dur d'impulser par la suite. En 2004 nous avions beaucoup de possibilité qu'aujourd'hui.

    Impulser quoi ?
    Mais si tu veux impulser, impulse, trouve des gens qui partagent tes idées et impulse, pas de problème, il y a de la place pour plein de visions du Libre. Impulse.
    Je suis convaincu de tout cela ; si vous partagez ce constat et que vous êtes prêts nécessairement à vous impliquer chacun, en commençant par exemple a s'impliquer dans musique libre! ; on peut imaginer rapidement donner un autre son de cloche.

    Rapidement ?

    Selon quelles études, celle de ton bon sens, de ton point de vue, de ton expérience du terrain, de ta conviction profonde ?

    Comment se fait-il alors que peu de gens partagent ton sentiment ?
    Ce sont tous des imbéciles qui ne voient pas où est leur intérêt ou bien ce sont des gens qui ne voient pas l'intérêt de se battre alors qu'il n'y a aucune raison de le faire ?
    Musique libre ! nous attend depuis trop longtemps

    Que ceux qui veulent adhérer à MLO ! le fassent, les autres sont libres de ne pas culpabiliser de ne pas le faire.
  • Rufus écrit:
    Je ne comprends pas, MLO ! n'est pas une démarche collective ? Il me semble que si, et c'est même LE collectif historique en France. Et donc, tu considères que malgré tous les efforts collectifs de cette asso, vous n'avez pas pu contrer les déviances de CC ?

    Quand est-ce que MLO ! a arrêté de proposer les licences CC ?

    MLO est un minuscule projet au regard des enjeux ; ce n'est pas suffisant ; si MLO avait 5000 adhérents, comme l'April, on n'en serait pas là...parce que dans le réalité vraie c'est par levier (de force) qu'on avance pas avec de simples belles idées. Un peu de terrain et de confrontation t'apprend cela de manière flagrante.
    Rufus écrit:
    Se donner les moyens de parvenir à quoi ?
    A imposer NOTRE vision du Libre contre celle des autres ?
    Parce que nous serions plus éclairés que les autres ?
    N'est-ce pas ce que font les autres justement, essayer de nous imposer leur vision ?

    Faire en sorte d'éviter l'hégémonie et la désinformation ; et ce au delà du libre ; puisque le libre a d'intime passerelle avec la liberté d'expression, d'opinion, l'émancipation collective, l'autonomie, la solidarité, le bien commun, le développement durable ....

    Qui te parle d'imposer ? je de parle d'être un tant soit peu audible et de permettre à chacun de savoir qu'il y a d'autre manière de voir que "le chacun pour soit", l'argent a tout prix ; et particulièrement dans le monde de la musique.
    Internet permet de pouvoir changer les usages comme ce fut le cas pour l'arrivée de l'imprimerie ; ce jour là le dogmatisme catholique pur et dure a du reculer et accepter l'arrivée d'autres consciences dans l'imaginaire de notre société.
    Rufus écrit:
    Qui vous en empêche ? Pas moi.
    En ce qui me concerne ce genre de plan ne m'intéresse pas. Je ne parle pas le même langage que tes élus, tes collectivités et tes institutions dont le seul objectif est d'instrumentalisé les démarches artistiques à des fins politiques et d'ambitions électorales;
    .

    tu es un anarchiste ou un démocrate blasé ; ca te regarde. Moi je suis enthousiaste mais je sais que les choses il faut aller les chercher et c'est pas avec 5 clampins qu'on fait levier, et bien indirectement tu n'aides pas a ce que les choses soient différentes que l'évolution actuelle des choses. Par contre tu dénonces a tout va ; tu ne peux pas donc dire que tu ne te sens pas concerné. t'es pas cohérent, pour moi.
    Rufus écrit:
    Cela demande donc à faire fi de la diversité du Libre pour aller vers un Libre formaté et une entité centralisatrice qui désignera ce qui est libre de ce qui ne l'est pas. Ce Libre ne m'intéresse pas plus que celui de Jamendo/CC WW.

    voilà, une belle manière de scléroser les choses ; d'ou a tu cette information? tu connais les gens qui vont faire cela, tu as été un peu à leur rencontre, savoir qui ils étaient? et si tu as si peur de cela pourquoi n'impulses tu pas pour éviter cela? par ce que tu es un défaitiste? et que cela justifie ton discours? Allons allons...c'est pas sérieux.

    "ne pas empêcher les choses" ; mettre autant d'énergie pour lire ce genre de chose ; c'est juste pathétique.
    Rufus écrit:
    Et certains disent que le Libre n'a pas besoin de ça.

    Vive les télétubbies ! tu va finir par m faire pleurer. Là je commence juste a avoir marre de te répondre parce que vraiment on est tres loin de la maturité ; et là je pense du temps pour que dalle. C'est décevant ; tu es décevant.
    Rufus écrit:
    Grandir ? Mais nous sommes des milliers, des centaines de milliers de part le monde, des millions d'oeuvres ont été publiées, n'est-ce pas déjà suffisant ? Quelle importance que nous ne soyons pas reconnus par une institution, les élus ou les collectivités, nous existons sans eux, sans leur aide, sans leur idées à la dimension de leurs mandats.

    A un tel point que les débats à l'assemblée n'en n'ont que faire, que l'amendement sur parler du libre comme offre légale a part entiere a été refusé et que personne ne connait les licences libres ; ce dont tu parles ne représente rien...encore.
    Rufus écrit:
    Quel courage ?
    Il est bien plus courageux de renoncer à toute notion de reconnaissance politique, de rester un parmi une multitude.
    tu te trouve courageux? ca te coute quoi de penser celà? du temps ? de l'énergie? de l'argent? ta carrière artistique?
    Ca ne te coute rien parce que plein de gens se sont battus pour que tu puisses vivre dans se monde que tu t'aies construit.
    Rufus écrit:
    Nous ne savons rien de ce qui nourrit l'imaginaire collectif. Ce n'est pas parce que des initiatives sont médiatisées qu'elles nourrissent quoi que ce soit. Ce n'est pas parce qu'on parle plus de CC que du Libre que le Libre n'existe pas. D'un côté on a des gens qui nous abreuve de chiffres qui ne sont pas vérifiés et qui nous disent : "Voyez, nous avons raison". Et de l'autre un monde non mesuré et non pesé et donc invisible et synonyme d'incertitude, ce qui dérange pas mal de monde, même dans le Libre. C'est la peur et non le courage qui nourrit ce besoin d'appeler au rassemblement constamment.

    tu ne sais rien dans ton maquis ; encore une fois sors un peu sur le terrain ; confronte toi un peu et tu diras la même chose que moi ; je ne fais pas celui qui à la plus grande mais j'ai passé suffisamment de temps a le faire pour dire cela. Alors tu me permettra juste de te retoquer...une nouvelle fois.
    Rufus écrit:
    Selon quelles études, celle de ton bon sens, de ton point de vue, de ton expérience du terrain, de ta conviction profonde ?

    Comment se fait-il alors que peu de gens partagent ton sentiment ?
    Ce sont tous des imbéciles qui ne voient pas où est leur intérêt ou bien ce sont des gens qui ne voient pas l'intérêt de se battre alors qu'il n'y a aucune raison de le faire ?

    Et bien si tu était vraiment concerné par les choses tu saurais que je suis très loin d'être le seul a dire cela. Pour mon parcours...et bah je ne peux pas dire que je n'aurai rien fait ; Bref je te laisse a ton ignorance. Un lein tout de meme http://fcforum.net/ ; c'est juste à l'échelle européenne avec le brésil en + ; je ne dis pas plus pas moi ; j'ai meme traduit la charte en francais ; Qu'importe. Je réponds surtout pour que ce forum ne se transforme pas dans des discours justes un peu dérisoires.

    je te renvoie juste a ce qu'a pu faire le logiciel libre avec l'april ; l'art libre ne prend pas le meme chemin. Nous aurions besoin d'une april aujourd'hui ;

    Ce que je suis certain, c'est que tout ce que je vais faire ; je ne le ferai pas pour toi ; et d'une certaine manière ca me rassure. moi je n'ai rien a gagné et n'est aucune ambition si ce n'est qu'internet reste un outils qui nous fasse avancer.

    Bon vent dans ton monde d'innocence pour etre poli ; et surtout reste persuadé que tu as réponse a tout et que tu as le bon raisonnement ; de tout façon tu t'en fous puisque tu ne risques rien personnellement et que tu te fous du reste.
  • Bon vent dans ton monde d'innocence pour etre poli ; et surtout reste persuadé que tu as réponse a tout et que tu as le bon raisonnement ; de tout façon tu t'en fous puisque tu ne risques rien personnellement et que tu te fous du reste.

    Bon, visiblement, le dialogue n'étant pas ton fort, on va en rester là, hein.

    Ne t'étonne pas trop si on ne se sent pas l'envie de te rejoindre. De toute façon ce débat était non pas sur moi ou ce que je pense mais sur un ebook publié par CC WW.

    Tu l'as lu ?

    Parce que c'est juste ton analyse du bouquin qui intéresse ce fil. Si tu veux une tribune pour tes idées , crée un autre fil plus approprié.
  • Salut Eisse,

    Je lit tes remarques et ton désire manifeste de voir les gens s'engager. Mais je ne comprend pas dans quoi. Tu demandes des utilisateurs des licences libres qu'ils grandissent, mais dans quel sens ?

    Alors dans le doute, j'attend de te lire d'avantage, de voir ce que tu envisages derrière ces appels répétés... mais je ne vois toujours pas. Tu continues à souhaiter que les gens s'impliquent mais sans expliciter plus que ça le but que tu envisages.

    Il ne suffit pas de dire "on a besoin de vous". Parce que la question qui se pose directement après avoir lu ce genre d'appel est forcément : pour faire quoi ? Et donc que proposes-tu ? à part se fédérer, je veux dire. Par exemple Christophe a récemment fait un appel à fédération et il proposait par la même occasion des axes de développement : un recensement des initiatives autour des cultures libres, et un label pour les identifier. C'est un objectif possible.

    Et donc quel est ton objectif lorsque tu demandes aux gens de s'impliquer ?

    J'imagine maintenant que tu as sûrement déjà du raconter tes objectifs ici et là, et c'est aussi fort probable que si je ne les comprend pas, c'est parce qu'ils ne me parlent pas. D'autres les comprennent peut-être mieux que moi et sont sensibles à ton appel. Mais perso j'ai du mal à comprendre où tu veux en venir.
  • pour en revenir à cette publication, là, "The Power of Open", je cite quelques passages :
    Nous avions au départ prévu un montant de 100 000£ de frais juridiques pour établir une licence viable [...], mais nous avons pu économiser cet argent car nous avons adopté CC
    ou encore :
    Nous avons reçu tellement de mashups que nous disposions de contenus pour plusieurs mois, ce qui nous a évité de créer nous-mêmes nos promotions
    Tout est dit ici : le but des licences libres, c'est de permettre aux gens de développer leur propre business, en réduisant les frais. Les licences libres offrent au monde une matière première gratuite prête à être "revalorisée" avec une forte valeur ajoutée.

    C'est de ça que parle cette publication.

    C'est une façon de voir les choses. Et Jamendo colle à merveille dans le tableau.

    Mais on est effectivement loin de Samudrala.
  • Je me permets de relancer un poil le sujet en espérant que ça ne réactivera pas l'agacement de certains.

    Plus je lis des articles sur ce ebook sur le Web plus je me dis que la solution n'est pas dans la réaction face à la montée des fossoyeurs d'une certaine idée du Libre.


    Le Libre est avant tout le champs d'action de ceux qui veulent y participer par l'adjonction de leurs créations. C'est eux qui décident dans quel Libre ils agissent. Celui formaté et de plus en plus homogène des CC et l'autre, plus foutraque, moins prévisible, plus anarchique et anarchiste, plus libéral aussi par bien des aspects, qui explore et tente des choses en dehors des sentiers pavés par l'ancien monde.

    Créer un équivalent à l'April mais pour l'art libre, comme le suggère Eisse, dans un de ses commentaires est-il pertinent ?

    Pour ma part, je ne crois pas, pas parce que j'ai un problème avec Eisse et ses idées, mais de part ma réflexion.

    L'art libre n'est pour rien dans ce qu'est Internet ( dans ce cas précis, je parle d'Internet pas du Web 2.0 )

    Il est la conséquence de ce qu'est Internet. Et, à n'en pas douter, l'art libre évoluera avec Internet quel que soit la direction que prendra cet outil mondialisé.

    La seule chose vraiment importante, ce n'est pas de contrer la montée en puissance illusoire de Jamendo et des CC, mais de faire en sorte que le logiciel libre à l'origine d'un Internet libre perdure.

    Autrement dit, les artistes libres sont dépendants d'un Internet libre et neutre.

    Donc plutôt que de vouloir mettre énergie et temps dans une nouvelle structure pour défendre l'art libre, mettons énergie et temps, mais aussi argent dans des structures qui ont pignons sur rue, qui ont déjà une légitimité et une reconnaissance pour défendre le Net et faire en sorte qu'il ne devienne pas le nouveau vecteur d'une rareté artificielle imposée à coups de DRM et d'application pousse-boutons pour smartphone qui n'ont de smart que le nom.

    Seul un Internet libre et neutre peut permettre à l'art libre dans sa diversité de continuer à vivre et à faire en sorte que ni Jamendo, ni les CC ne puissent imposer leurs idées du Libre.

    Nous ne sommes pas un mouvement à part autonome du reste du mouvement plus grand du logiciel libre, nous sommes une conséquence du mouvement du logiciel libre, sa partie expression humaine. Et cela n'est rendu possible que par la libération du code et le maintien de cette liberté qui soutient le Réseau mondial.

    Dans un Facebook Network, par exemple, il n'y a aucune place pour un art libre vraiment libre, juste une utilisation des licences libres pour un usage de l'art en tant qu'art au rabais, low cost, formaté aux codes de l'art non libre et donc restreint.

Ajouter un commentaire