Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Morceau dp (?) retiré de dogma ?

Bonjour tout le monde.

J'ai posté il y a quelque jours "la vie moderne" sur la page de "dstrucktür". Aujourd'hui, il semble y avoir un problème à son ouverture (mais peut-être suis-je trop abruti et il n'y a pas de problème, vous me direz).

Ce morceau est une reprise d'un vieux texte de la chanson française (de 1911), avec une instrumentation moderne.

J'ai pris un risque car je ne me suis peut-être pas suffisamment documenté sur son appartenance au Domaine Public, et je ne me suis peut-être pas suffisamment documenté sur mes droits quant à le reprendre, et sous quelle licence y ai-je le droit.

Mes questions est donc simple : - L'avez-vous retiré de l'archive car je n'ai pas les droits nécessaires à sa reprise ?
- Si c'est cela : y a t-il un moyen de me conformer au droit français, et faire que cette chanson soit présente sur l'archive dogmazienne.


- Si ce n'est pas pour cette raison que cela ne s'ouvre pas, pouvez-vous me donner une explication ?

Réponses

  • Le morceau est accessible, je vois pas trop où est le problème.

    Quant au copryright, qui est l'auteur original?
  • Publié en 1911, ce qui s'applique (je crois) :

    Le morceau passe en domaine public 70 ans après la mort du dernier ayant-droit.

    Si tu as juste utilisé le texte, ça ne concerne que l'auteur
    Si tu as utilisé la mélodie, ça concerne aussi son compositeur
    Si tu as répliqué d'éventuels arrangements, ça concernera aussi les arrangeurs

    J'indique ceci sous réserve, c'est le peu que je sais suite à quelques recherches effectuées il y a quelques temps, je peux me tromper.
  • shangril écrit:
    Publié en 1911, ce qui s'applique (je crois) :

    Le morceau passe en domaine public 70 ans après la mort du dernier ayant-droit.

    Si tu as juste utilisé le texte, ça ne concerne que l'auteur
    Si tu as utilisé la mélodie, ça concerne aussi son compositeur
    Si tu as répliqué d'éventuels arrangements, ça concernera aussi les arrangeurs

    J'indique ceci sous réserve, c'est le peu que je sais suite à quelques recherches effectuées il y a quelques temps, je peux me tromper.

    Je ne crois pas shangril...

    Le morceau passe en domaine public 70 ans après la mort du dernier ayant-droit.

    Tout à fait d'accord sur le postulat de base mais pas sur l'analyse.

    Mais, il faut savoir quand est mort le dernier compositeur ou auteur... car si l'œuvre de base comporte des paroles sur la musique on ne peut pas "distinguer" l'un de l'autre pour déterminer le fait que ce soit dans le domaine public.


    Ex : Gershwin .
    La musique de "but not for me" n'est pas dans le domaine public car l'œuvre de base comporte des parole écrites par Ira qui lui, n'est pas mort aussi jeune que son frère ...

    Pareil pour moi : mon analyse est issu de différente lecture sur le sujet... dont je ne saurais retrouver les références là maintenant.

    Who's right ? :mrgreen:
  • ah oui .... j'oubliais : on ne met pas DP sur une reprise du domaine public (même quand on est sûr et certain que cela est dans le domaine public).

    On met obligatoirement une licence car l'interprétation/arrangement est une œuvre dérivée certes, mais à part une œuvre entière.
  • Oula... Je suis abasourdi par ce que ça implique.

    Il faudrait attendre 70 ans après la mort de chacun des ayants droits sur le morceau tel qu'il a été publié ?

    Si quelqu'un a plus d'info, je suis preneur, ça pose des question quand à la légalité d'une de mes chansons sur Dogma (reprise de Robert Johnson (auteur et compositeur, décédé en 1937, mais quid du producteur ?))

    Ciao et merci Yza
  • Droits du producteur = droits voisins au même titre que pour l'interprète.

    Jusqu'à 1959 les droits sont échus.
    À partir de 1960 ou 1961 (je ne sais plus exactement quand la loi a changé exactement) droits pendant les 70 années qui suivent l'année de ℗ublication.

    Ne concerne que les enregistrements (par exemple pour sampler). L'enregistrement passe dans le Domaine Public lorsque à la fois les droits d'auteur et les droits voisins sont échus.
    Par contre, si Johnny utilise la deuxième symphonie de Beethoven, celà ne fait pas sortir Beethoven du Domaine Public, et tu as encore le droit de jouer la deuxième symphonie de Beethoven sur ta batterie DIY.
  • Selon le dernier post de monpauvrelieu, je suis donc bien dans la légalité la plus totale alors ? Ouf. J'avais justement cette idée afin de poser un certains débat concernant ces joyaux de l'histoire de la chanson, que nous pouvons aujourd'hui reprendre sans aucune crainte sur dogmazic (l'époque des plus grands chansonniers tels qu'Aristide Bruand).


    Merci. Si cela s'ouvre chez vous, cela me rassure. Merci.
  • shaoshyant écrit:
    Selon le dernier post de monpauvrelieu, je suis donc bien dans la légalité la plus totale alors ?

    Ce n'est pas exactement ce qu'il a dit non.

    pour qu'un morceau/Chanson/musique/sample/gnagnagna entre dans le domaine public, il y a deux axes :

    Les auteurs/compositeurs (et eux uniquement) de ce morceau sont protégés par le droit d'auteur pour leur textes et pour leur musique (pour leur suite d'accord, pour la suite de mots qu'ils ont écrit etc....) jusqu'à 70 ans après leur mort. Pour qu'un morceau entre dans le domaine public, il faut que plus aucun droit ne court sur l'un des auteurs/compositeurs, donc il s'agit bien de 70 ans après la mort du dernier co-auteur/compositeur, [et on parle bien d'une suite d'accord et d'une suite de mots, pas d'une interprétation particulière du morceau]

    Les interprètes (musiciens, chanteur, choristes ...) et le/les producteurs sont eux protégés par les droits voisins, le producteur, et le mec qui est venu jouer de la trompette sur la piste 3 de l'album ont donc des "droits" sur tel morceau jusqu'à 70 ans après la publication du morceau.

    Conclusion, non, tu n'es pas forcément dans la légalité la plus complète, parce que si l'auteur de ton texte est mort il y a moins de 70 ans, tu es dans l'illégalité.

    Conclusion 2 : à mon avis, personne n'ira vérifier
    Conclusion 3 : si l'équipe de dogmazic te désactive un morceau, tu recevras un mail pour te l'expliquer.
  • les compos et les textes d'Aristide Bruant sont dans le Domane Public, ainsi que les arrangements sur les enreigstrements originaux.
    Les enregistrements originaux et les copies de ces enregistrements réalisées avant 1986 sont dans le Domaine Public.
    Les rééditions de ses enregistrements publiées après 1986 ne sont plus dans le Domaine Public parce que droit du producteur, en raison du travail de restauration sonore.<mode sarcasme> Faites gaffe, ça a été repiqué parfois sans rien faire pour effacer les rayures et le souffle, mais comme ce sont des pros, c'est juridiquement comme si c'était restauré à une qualité hifi. D'ailleurs c'est de la hifi puisque c'est des pros qui ont appuyé sur les boutons pour faire tourner le disque </mode sarcasme>
  • Je rebondis vite fait sur la question des suites d'accords ;

    D'après quelques discussions fort intéressantes sur ce forum précédemment, on peut ré-utiliser une suite d'accord, même avec la même signature, si les arrangements sont différents, mais c'est une pratique à géométrie variable.

    En cas de litige, il appartiendra à un juge de décider à quel point la suite d'accord est caractéristique du morceau original, pour savoir si le nouveau morceau est un plagiat ou non.

    Et heureusement que l'on peut ré-utiliser les suites d'accords... Sinon, il deviendrait pour ainsi dire impossible de composer.

    Ciao
  • shaoshyant écrit:
    Selon le dernier post de monpauvrelieu, je suis donc bien dans la légalité la plus totale alors ? Ouf. J'avais justement cette idée afin de poser un certains débat concernant ces joyaux de l'histoire de la chanson, que nous pouvons aujourd'hui reprendre sans aucune crainte sur dogmazic (l'époque des plus grands chansonniers tels qu'Aristide Bruand).


    Merci. Si cela s'ouvre chez vous, cela me rassure. Merci.

    du bon à savoir , merci monpauvrelieu !
    shangril écrit:
    Je rebondis vite fait sur la question des suites d'accords ;

    D'après quelques discussions fort intéressantes sur ce forum précédemment, on peut ré-utiliser une suite d'accord, même avec la même signature, si les arrangements sont différents, mais c'est une pratique à géométrie variable.

    En cas de litige, il appartiendra à un juge de décider à quel point la suite d'accord est caractéristique du morceau original, pour savoir si le nouveau morceau est un plagiat ou non.

    Et heureusement que l'on peut ré-utiliser les suites d'accords... Sinon, il deviendrait pour ainsi dire impossible de composer.

    Ciao

    Encore plus intéressant ! Décidément ...
  • Of le binz de bordel de truc de merde, le droit français !


    J'espère qu'on mettra définitivement fin à ça grâce à des trucs comme dogmazic !


    Non mais vous vous rendez compte que ca fait qu'on est parfois obligé de s'auto censurer même si on est sûrs de pas faire mal, mais plutôt du bien ???
  • D'ailleurs qu'est ce qui définit le plagiat ?


    J'ai parfois énormément peur de cette notion quand je compose.


    J'essaie de dégoter les instruments les plus personnels possibles et les techniques les plus personnels aussi, mais j'ai toujours peur "d'avoir piqué une idée sans le vouloir".


    Enfin bref : une reprise telle que je l'ai faite (c'est-à-dire reprendre le texte d'époque, parfois en modifiant une syllabe ou deux, et en changeant toute l'instru en essayant de garder l'esprit des gestes du pianiste sur ma basse sans jamais reprendre ses notes exactes) : est-ce un plagiat, ou une reprise honnête ? ou entre les deux ?


    D'ailleurs pour préserver mon honnêteté : il y a comme une carence à ce niveau sur dogma. Je n'ai repris que le texte, et je suis le compositeur du nouveau morceau. Donc sur la page il est normal que seul mon nom apparaisse et pas celui de Victor Lejal, puisque dans les crédits, seul le compositeur apparaît. Comment est-ce-que je dois bien signifier au public susceptible de me rendre visite que le principal (le texte) n'est pas de moi ?

Ajouter un commentaire