Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Re-dossier de presse

Bon, une version en chantier.
En pdf et ppt (c'est tout ce que permet mon logiciel mac, désolé).
En ppt, la conversion n'est pas très réussie, mais bon, ça vous permet des modifs si vous le souhaitez).

http://musique-libre.org/team/ML_COM.pdf
http://musique-libre.org/team/ML_COM.ppt

Ce document sera capital pour notre promotion à venir.

Réponses

  • alors désolé, peux pas faire les modifs moi-même là où je suis :

    p.2 :
    "Fond jaune : Certaines licences peuvent restreindre cette liberté (CC by-nc-sa)."
    je mettrais :
    "Fond jaune : Certaines licences peuvent conditionner cette liberté à une demande expresse & particulière à l'auteur (CC by-nc ou CC by-nd)."


    p.4
    1. lignes 2 et 3 :
    Alors que déferlait internet, la plus grande révolution que la communication ait connue,

    2. 2e § début :
    En réaction à cela, des milliers de petites structures ont émergé sur internet,
    voyant en ce média
    fin :
    stéréotyper les goûts du public.
    fin, je propose :
    internet se montre aujourd’hui un défi et un salut pour un secteur qui a appris à vivre de rentes et à stéréotyper les goûts du public.
  • p.4 §3 :

    Plus souples que les licences de gestion collective des droits d’auteur, les
    licences libres sont vite apparues comme une opportunité et une nécessité pour encadrer juridiquement la propagation des oeuvres sur le web.
    Répondant au passage au problème du piratage, elles proclament qu’échanger
    de la musique pour une utilisation non-commerciale, étant un droit consenti par
    l’auteur, est parfaitement légal.
    Ces licences répondent donc à un besoin d’encadrer de manière souple la
    diffusion de la musique en tenant compte des évolutions des comportements des
    mélomanes, des besoins des structures de productions et des technologies présentes et émergentes.
    Les licences libres sont en outre parfaitement valides juridiquement et compatibles avec le Code de la Propirété Intellectuelle.

    §4 : Musique-libre.org a décidé
  • p.5 en bas :

    Si l’association a déjà organisé deux soirées de trois concerts Bordeaux, ???
  • p.6 :

    Un FAI peut-il laisser en activité un site internet qui diffuse de la musique libre ? Un exploitant de salle de concert doit-il payer la redevance SACEM lors du passage d’un artiste en licence libre ? En tant que presseur de CD, dois-je obliger le client à apposer le logo SACEM/SDRM sur son CD s’il ne contient que de la musique libre ?

    je mettrais les réponses :

    Un FAI peut-il laisser en activité un site internet qui diffuse de la musique libre ? Oui Un exploitant de salle de concert doit-il payer la redevance SACEM lors du passage d’un artiste en licence libre ? Non. En tant que presseur de CD, dois-je obliger le client à apposer le logo SACEM/SDRM sur son CD s’il ne contient que de la musique libre ? Non.


    Autant de questions auxquelles musique-libre.org répond quotidiennement,



    §3 j'ai ça (peut-être pb écran ou transfert fichier )

    Actuellement l’association
    - établissement d'une base de données de labels et autres
    professionnels de la musique libre
  • p7 : sur le terrain ligne 3 :

    à des invitations d’organisateurs


    p.9 : 3e alinéa :

    C’est pour lui un outil (sans s) de promotion

    dans l'encart orange :
    17 licences représentées dans 56 styles

    sur cette page 9, rajouter un truc comme :

    un label à la une pendant un mois ? = 9000 visites pour le site du label

    enfin, du genre, c'est une suggestion.

    p.10 :
    liberation :
    Première soirée de l'association

    aussi, il faudrait dans ils en parlent,
    rajouter les mentions "officielles" :
    lien sur droitdunet : net attitude:
    http://www.droitdunet.fr/actualites/lecture.phtml?id=24

    http://www.generationcyb.net/article.php3?id_article=561

    et aussi lien sur l'index du dossier nouvelobs...

    à moins que liens soient pas à retenir et seulement articles, ..
  • ok, j'intègre ces corrections pertinente, mon cher Monsieur.
  • juste pour dire que je viens de remettre une version corrigée et améliorée.

    http://musique-libre.org/team/ML_COM.pdf
    http://musique-libre.org/team/ML_COM.ppt

    feedback siouplé.
  • Je trouve le document excellent et impressionant sur le coté presse / com.(Ils en parlent)
    Les commentaires suivant sont au niveau image, marketing, mots, impact, interprétation ect...
    Donc, des pistes de réflexions étiques plus qu'une critique pure et dure du document.

    1 / Préambule:
    "Musique libre.org militte pour un commerce équitable de la musique"
    Attention, le commerce équitable est un fourre-tout dans lequel tout le monde a son mot à dire ou sa définition.
    Il me semble que cette expression peut avoir une connotation négative parceque non développée et expliquée.
    Pour la majorité des gens, le commerce équitable correspond à un modèle économique "nord-sud" permettant la mise en place de contrôles sur les produits:
    Origine - Qualité.
    Et sur la main d'oeuvre: Salaire descent des ouvriers ,protection sociale, interdiction d'employer des enfants. (on s'éloigne de la musique là).
    Le commerce équitable met aussi en place une "charte" de confiance entre les acheteurs et producteurs.
    C'est le sens que je retien évidemment de cette phrase, mais attention elle pourait être mal interprétée.

    je propose (très modestement):
    Musique-libre.org militte pour une transformation / evolution / des relations public-auteur en proposant une réelle alternative aux modèles économiques traditionnels.
    Quelque chose comme ça...

    2/ Les licences libres et la musique.
    L'image:
    De mon point de vue, citer les origines des licences , c'est très bien mais:
    Comparer avec le logiciel libre, Pourquoi ? on fait de la musique pas du développement.(Je vais me faire des amis).

    A méditer dans le sens ou on va encore comparer les musiciens sous licences libres à des "informaticiens hippies entourés de piles de cartons de pizza".(ce qui n'est pas faux me concernant pour les pizzas).

    En fait je veux casser ici l'image du "musicien sous licence libre" = "musicien du dimanche" par association avec la comparaison logiciel libre / musique libre,
    avec tous les aprioris que cela véhicule.

    Nous devons trouver une image respectant les origines historiques des licences libres mais proposant une image "pro" / évolution - progrès / et pas "amateur" / rigilo - mauvaise musique/
    Même si ce que j'ecrit est provoc, c'est une réalité que j'entend souvent chez certains.

    Je suggère de remplacer "Licence libre" par la notion de "licences ouvertes" ou autre chose qui se démarque du logiciel libre en respectant quand même l'open licencing.

    Licence ouverte met un terme aux discussions LAL vs CC.
    Le but étant avant tout de lever l'ambiguité libre = gratuit = truc de djeunes pour s'amuser qui mène à rien.

    En fait c'est présenter musique-libre.org et les licences ouvertes comme un modèle de référence, alternatif, installé et incontournable, solide, viable qui a dépassé
    largement un cadre communautaire (logiciel libre - internet - geeks) ou le cadre start-up / netlabel fait par des informaticiens.

    (Militer justement pour que LAL et CC soient inscrites au CPI (j'en remet une couche au passage).)

    3/ Association loi de 1901: Perfect, no comments.

    4/ L'archive de musique-libre.

    "Ainsi il a accès à un catalogue fourni sans pouvoir être qualifié de pirate"
    I was waiting for that...
    Attention , protéger les pirates numériques est un délit hautement sarkozien à interprétation négative de la part du lecteur
    (peur, transpiration, accélération du ritme cardiaque).
    donc: Il a accès à un catalogue fournis en toute légalité. (le vilain pirate négatif a disparu).

    Le reste est excellent.

    Ah chouette on parle de licences ouvertes (page 8 ).

    J'espere ne pas avoir été trop décalé dans ton attente de commentaires.

    Bonne zike à tous,
    Christophe E.
  • Le dossier a été revu et re-uploadé.
    ChristopheE écrit:
    "Musique libre.org militte pour un commerce équitable de la musique"
    je propose (très modestement):
    Musique-libre.org militte pour une transformation / evolution / des relations public-auteur en proposant une réelle alternative aux modèles économiques traditionnels.
    Quelque chose comme ça...
    C'est mis.
    ChristopheE écrit:
    De mon point de vue, citer les origines des licences , c'est très bien mais:
    Comparer avec le logiciel libre, Pourquoi ? on fait de la musique pas du développement.(Je vais me faire des amis).
    On a refait cette partie complétement, mais on parle de l'histoire, indissociable.
    ChristopheE écrit:
    "Ainsi il a accès à un catalogue fourni sans pouvoir être qualifié de pirate"
    Bon, je tiens à parler de piratage, problème récurent auquel on répond. Alors :

    "Point de piratage sur musique-libre.org, l’internaute-mélomane sait qu’il peut écouter et télécharger toute la musique présente sur le site, gratuitement et avec le consentement des auteurs."

    Merci pour ces remarques enrichissantes.
  • Résultat de ma chasse aux coquilles sur le pdf :

    page 2, carré jaune "sud ouest" à dorite : les ' sont transformés en carré on s habitue rapidement ... et ont pourtant choisi d autres voies

    page 4 : oubli de la fermeture de paranthèse en fin de paragraphe "Les contrats CC ...."

    page 4, dans le cadre des licencesdu logiciel libre : manque la fin de la deuxième liberté.

    page 4, dans le cadre des licences inspirées du LL : manque beaucoup de cellules et le fond jaunes qui va avec.

    page 6 : dans le texte, les ' donnent aussi des petits carré.(j'en compte 3)

    page 7 : "Ces manifestations sont l'occasion de rencontres et de..." la fin de la phrase est bizarre "avec aux pro...".

    page 7 :dans le cadre jaune en bas à droite :"L artiste ..." encore carré au lieu de '

    page 9 :le lien vers abacoo n'est qu'a moitié souligné

    page 12 :article en bas à gauche : Première soirée le l'association -> le -> de

    page 12 :article en haut à droite : 2 ' transformés en carrés

    page 15 :dans le paragraphe "Et mes droits d'auteur ...", mojoration -> majoration


    Chouette dossier, bon boulot.









    [/b]
  • xulops est sorti de son code.

    beaucoup d'erreurs semblent venir de la mise en page. Tu as lu le pdf ou le ppt ?
    Le ppt, y a du souci, le pdf, peut-être aussi dans la conversion, mais je l'ai imprimer depuis le logiciel qui l'a fait, donc pas de souci (à part l'oubli de parenthèse ou mojoration)
  • J'ai lu le PDF uniquement. A l'affichage, c'était kif kif sur un poste en XP et sur une ubuntu hoary au niveau des ' transformés en carrés.
  • je sais que j'arrive un peu après la bataille, mais je tenais à dire que j'approuve les remarques et modifs proposées par ChristopheE, en particulier la nécessité de ne pas trop focaliser (à part au plan "historique") sur la comparaison avec l'informatique "libre", et également l'intérêt de rebaptiser le nom générique des licences de "libre" à "ouvert" (en plus, ça sonne comme "oeuvre ouverte", référence à Umberto Eco, donc ça me va, d'autant plus que conceptuellement, c'est exactement ça qu'on cherche tous ici, alors que "libre", heu, non, ça va plus du tout vu les connotations de ce terme).

    voili voila, vous pouvez maintenant féliciter la mouche du coche que je suis pour son travail remarquable...

    +A+
  • xulops écrit:
    J'ai lu le PDF uniquement. A l'affichage, c'était kif kif sur un poste en XP et sur une ubuntu hoary au niveau des ' transformés en carrés.
    ok, en fait, bon débugage ! J'ai remplacé tous les ' qui font des carrés chez toi, corrigé tout ce que tu as dit, sauf soucis d'affichages que je ne vois pas.

    Quant au débat sur le libre, sur les termes, et tout et tout.
    Nous pouvons relancer une fois pour toute copyleft pas copyleft. Et il faut s'accorder sur le discours :
    "musique-libre.org, ce n'est plus de la musique libre ?
    - si mais pas que... "
    Alors, de la musique ouverte ? Changement de discours, on vire de cap, alors effectivement, nous devrons dire
    "nous préférons parler de musique ouverte, car il faut ditinguer..."

    Quant à l'historique (dröne, je sais pas si tu as lu), je pense qu'il est assez succint et permet de replacer le contexte d'arrivée de la musique libre.
    Si vous trouvez vraiment qu'il y a trop d'emphase, alors on revoit.

    Merci en tout cas pour les critiques constructives et les mouches.
  • Rapidos, parce que pas trop le temps là :
    L’économie de la musique a été le théâtre de changements considérables ces
    dernières années. Alors que déferlait internet, la plus grande révolution que la
    communication ait connue, le marché du disque s’engouffrait dans une vague de
    concentration et de standardisation.

    Je ne suis pas d'accord du tout pour qualifier Internet de "plus grande révolution que la communication ait connu". Tout simplement parce qu'une révolution ça ne se mesure pas, ça ne se quantifie pas, et que le ton que ce premier paragraphe donne au document fait un peu "allumé du net", ambiance technomaniaque et détermuinisme technologique. Je suggèrerais de remplacer par : "Alors que déferlait internet qui a considérablement modifié certaines pratiques de communication, le marché du disque..."

    Autre problème "communicationnel", le fait de mettre en haut à droite un camembert de "parts de marché" et des coupures de presse un peu... heu... bon.. limite tabloïde (Marianne, bof bof), ça tue un peu le côté "indé" du logo et du discours. Ca fait comme un contraste violent avec ce qui est dit (alternative au modèle traditionnel) : à mon avis, il faudrait minorer grandement ces références à la prese de caniveau et au marketting. Par exemple en faisant une annexe "coupures de presse", à la fin du doc. Sinon, les 3/4 des gens qui adhèrent à la démarche de musdique-libre vont partir en courant, et les autres auront l'impression d'avoir affaire à une étrange schizophrénie.
    Ainsi les petites structures n’avaient plus de visibilité et les artistes avantgardistes
    ne trouvaient plus de producteur.
    En réaction à cela, ces milliers de petites structures ont émergé sur internet,
    voyant en ce media une porte ouverte vers son public. Peu onéreux, offrant une
    visibilité mondiale et une vitrine exhaustive, internet se montre aujourd’hui le défi
    et un salut pour elles, dans un secteur où les protagonistes ont appris à vivre de
    rentes et à stéréotyper les goûts du public.

    "internet se montre aujourd’hui le défi et un salut pour elles, dans un secteur où les protagonistes ont appris à vivre de rentes et à stéréotyper les goûts du public" : le style est un peu confus là. On pourait écrire plutôt : "Internet constitue aujourd'hui un défi et une échapatoire pour ces dernières, dans un secteur où trop d'acteurs des industries culturelles se contentent de visions stéréotypées des goûts du public". Je virerais la référence aux "rentes" parce que, bon, pas trop vrai quand même.. Même si on déteste Vivendi et Sony, ces cons là bossent dur pour produire leurs merdes...

    +A+
  • Sinon, les 3/4 des gens qui adhèrent à la démarche de musdique-libre vont partir en courant

    mais mon cher, ce dossier de presse ne leur est pas destiné, il n'ont pas besoin qu'on leur enseigne ce qu'ils savent déjà
  • Rico écrit:
    Sinon, les 3/4 des gens qui adhèrent à la démarche de musdique-libre vont partir en courant

    mais mon cher, ce dossier de presse ne leur est pas destiné, il n'ont pas besoin qu'on leur enseigne ce qu'ils savent déjà

    Certes, mais ça fait tout de même schizo de présenter un camenbert de parts de marché et un torchon comme Marianne ou Sud ouest en toile de de fond d'un discours militant prétendant apporter un modèle alternatif...

    +A+
  • ce n'est pas que je sois super fan de ces publications, loin de là...
    mais je le répète, il s'agit quand même d'un dossier de presse :D
    Ce dont tu parles (camembert, distortion du discours) ne me semble pas si "flagrant" que tu le dis, je pense plutôt que c'est juste ce qu'il faut provocateur...
    "internet se montre aujourd’hui le défi et un salut pour elles, dans un secteur où les protagonistes ont appris à vivre de rentes et à stéréotyper les goûts du public" : le style est un peu confus là. On pourait écrire plutôt : "Internet constitue aujourd'hui un défi et une échapatoire pour ces dernières, dans un secteur où trop d'acteurs des industries culturelles se contentent de visions stéréotypées des goûts du public". Je virerais la référence aux "rentes" parce que, bon, pas trop vrai quand même.. Même si on déteste Vivendi et Sony, ces cons là bossent dur pour produire leurs merdes...

    Là, je suis entièrement d'accord, bonne correction :)

Ajouter un commentaire