Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! (voir : http://dogmazic.net/irc )

Pistes : évolution de Dogmazic, évolution des pratiques musicales

mars 2013 modifié dans Musique
Salut, 

@Waz2 a posté hier un message que je trouve intéressant et constructif. J'espère qu'il ne m'en voudra pas si j'en poste la copie ici. Il concerne à la fois la possibilité de gagner un peu d'argent en faisant de la musique et les idées que l'on peut trouver sur le net et qui peuvent être utile au site Dogmazic.net 

---copie partielle du message de Waz----
Il y a une belle initiative reverbnation qui peut offrir une offre intérressante, pouvant satisfaire tout le monde.

Il serais utile que le tout libre disparaisse car il est mal compris par les internautes. Si l'écoute gratuite est essentielle, (de toute manière un simple plugin de navigateur permet d'enregistrer ce que l'on veux)  le téléchargement ne devrait qu'être optionnel, rendant donc une valeur aux choses. Une création, (toute création) cela ne vaut pas rien.

Le parrainage d'associations, tel que le fais reverbnation, qui pour ma par, a été trés lucratif, fonctionne trés bien. et contente tout le monde. même un 100 pour cent serais acceptable. Encore une fois cela musique cela ne vaut pas rien.

Rendre un site de diffusion attractif, ce n'est pas si simple et nécéssite parfois que l'on pioche ce qui marche chez les autres et toutes idées sont bonnes a prendre.
----fin de la copie----

Je suis assez d'accord sur l'une des idées les plus fortes de ce texte, le téléchargement gratuit ne facilite pas les choses pour une grande partie du public. D'un coté on lui répète en permanence que télécharger est illégal, d'un autre coté, en même temps dès qu'on allume un ordinateur il faut télécharger plein de choses, comme des logiciels ou des mises à jour de logiciels, dès que l'on veut faire quelque chose avec l'ordinateur. 

Si vous ajoutez à ça que l'idée la plus répandue est "télécharger des films ou de la musique est illégal" et qu'il y a des artistes, sur Dogmazic par exemple, qui proposent de la musique en téléchargement gratuit et légal, vous comprendrez que certaines personnes, qui ont autre chose à faire, comme par exemple travailler, se nourrir, s'occuper d'enfants, que de passer des heures sur Internet pour apprendre à utiliser Internet, doivent avoir une vision peu claire de l'ensemble de la question. 

C'est cela que j'apprécie dans cette idée forte exprimée par Waz2, il résume brillamment tout ça : le "tout libre" (téléchargeable, entre autre, et ensuite si on veut aller plus loin avec les libertés du "libre" mieux vaut avoir quelques notions plus que basiques du droit local, national, international) est mal compris par les internautes. 

Après cette introduction, je propose de présenter rapidement l'offre de Reverbnation, avec quelques commentaires sur celle-ci, dans un message encore en cours de rédaction pour le moment.  
«1

Réponses

  • mars 2013 modifié
    Reverbnation est un site destiné aux musiciens, aux salles de concert, aux labels, aux managers de groupes ou projets musicaux, aux fans, aux spécialistes de l'évènementiel. C'est l'ordre dans lequel la page d'accueil du site les présente actuellement. 

    Vu comme ça ça peut faire très "establishment", mais il faut se souvenir qu'un sous-groupe un peu excentré comme les musiciens publiant sous licences libres ou ouvertes a ses particularismes qui ne peuvent être pris en compte pour créer une page d'accueil, si le principal public visé est les musiciens tout court. 

    Le modèle économique de Reverbnation est basé sur le paiement par ses utilisateurs. Actuellement, pour les musiciens, il y a trois packs, l'un est gratuit, l'autre coûte, en dollars américains, 19.95 US$ par mois, ce qui doit faire environ 14 euros ces temps-ci. Le pack le plus cher coûte environ 41 dollars par mois et se paye à l'année.  

    C'est un modèle, à mon avis, plus sain que les modèles

    -c'est gratuit mais il y aura de la pub (modèle Myspace)
    -c'est gratuit mais on peut faire ce qu'on veut de votre musique d'après nos conditions générales d'utilisation (modèle Jamendo)

    Je rappelle deux choses basiques : 

    1) si vous faîtes de la musique libre, quelle que soit la licence, vous pouvez la vendre,

    (sauf si elle incorpore des éléments issus du travail d'un autre musicien libre, sans avoir eu avant son autorisation explicite d'en faire un usage commercial, s'il a utilisé une clause "usage commercial interdit" pour la licence les éléments que vous ré-utilisez)

    2) rien ne vous empêche de proposer de la musique libre gratuitement quelque part, et de façon payante ailleurs. Beaucoup d'utilisateurs sont satisfaits d'avoir à payer un peu, pour rétribuer l'artiste et bénéficier du confort d'utilisation d'une plateforme de vente en ligne dont ils ont l'habitude, même si c'est disponible gratuitement ailleurs. En gardant à l'esprit qu'illégalement, TOUT est disponible gratuitement ailleurs. 

    Un article posté sur Don't Believe The Hype faisait état d'un musicien qui, il y a déjà quelques années, avait remarqué qu'il vendait plus de musique via internet quand sa musique était disponible gratuitement sur son site que quand ce n'était pas le cas. 

    Les limitations entre les divers plans concernent : 

    -l'accès aux plate-formes de vente en ligne : il est réservé aux offres payantes. Nombreuses sont celles qui demandent un droit d'entrée, Reverbnation sera votre intermédiaire et s'en acquittera à votre place. Proposer cet accès gratuitement serait juste une façon pour l'entreprise qui édite cet outil de s'auto-supprimer, car dans les 24 heures suivant un tel changement, des millions de projets musicaux s'inscriraient, probablement, millions qu'il faudrait multiplier par des dizaines de dollars de droits d'entrée à verser aux plateformes de vente. 

    Avec l'une ou l'autre des offre payantes, actuellement, on peut vendre sa musique via plus de 40 plateformes dont c'est le métier, dont iTunes, eMusic, Amazon, Spotify, Google Music... 

    -Le nombre de releases qui peuvent être mise en vente via ces plateformes : 2 par an pour le plan le moins cher, 4 par ans pour le plus cher. Même chose, presque, que précédemment : la plupart des plateformes de vente demandent le paiement d'un tribut à chaque release qui sort, Reverbnation ne peut donc pas facilement proposer de l'illimité.

    Mais si vous étiez sur une maison de disque ordinaire, il ne faudrait pas espérer mieux que publier environ 0,5 releases par ans. Si vous êtes non-signé par les majors ou par les labels qu'on disait "indépendant" il y a une quinzaine d'année et plus, vous pouvez sortir 4 fois plus de releases payantes que vos amis qui ont "réussi", et, espérer gagner, pour votre projet, plus de 10 fois plus d'argent qu'eux à chaque vente. (chiffres de l'ADAMI, 2006 : pour un CD vendu au prix moyen de l'époque, un interprète ou groupe d'interprète touchait 60 centimes d'euro)

    -Le widget, bout de code à coller ailleurs sur le net (sur votre site d'artiste, par exemple) qui contient ce que votre compte Reverbnation propose : avec le pack gratuit, on a le Free Widget, qui est limité, avec les packs payants on a le Pro Widget. 

    -Le nombre d'auditeurs suffisamment intéressés par votre musique pour s'inscrire à votre liste de diffusion que vous pouvez atteindre par email avec leur outil de gestion des liste de diffusion (mailing lists), qui permet d'envoyer un petit bulletin à certains de vos fans de temps à autre : pour le pack gratuit, 500. Pour le pack le moins cher, 10 000. Pour le plus cher, 100 000. 

     -Le nombre de modèles (thèmes) disponibles pour égayer graphiquement ces bulletins ; 1 pour le pack gratuit, plus de 50 sinon. 

    -La taille maximum de chaque fichier que vous pouvez envoyer à Reverbnation, très important pour les fichiers audio, qui sont volumineux : 8 mo en mode gratuit, 100 mo ensuite, et, au mieux, 200 mo. Remplacez mo par minutes pour avoir une idée de la durée de la chanson/symphonie/piste musicale/etc correspondant à chaque limite, au format mp3 dans une qualité assez répandue, 128kbps. Si vous doublez le facteur de qualité (128 devient 256kbps), très logiquement vous pouvez diviser cette durée par deux. 

    -Mobile+ : permet d'envoyer des notifications instantanées aux utilisateur de votre application android personnalisée que vos auditeurs auront installé sur leur smartphone ou tablette android : uniquement pour les offres payantes. 

    -Communiqués de presse Reverbnation : pour solliciter des concerts, tournées, présence dans un festivals etc via un communiqué à propos du projet musical : uniquement les offres payante

    -Application Iphone personnalisée pour les auditeurs de votre projet musical : l'offre la plus chère uniquement. Possiblement à cause des droits d'entrée sur les produits Apple demandés par Apple. 


  • Ensuite, ce qui est inclus dans tous les packs, gratuits ou payant : 

    -appli android personnalisée, que vos fans installent sur leur tablette ou smartphone Android. Notez qu'elle donne accès à votre musique
    -pas de limite pour le nombre de morceaux que l'on peut mettre en ligne
    -pas de limite pour le nombre de fois où un morceau peut être téléchargé gratuitement sans que vous ayez à payer (prend ça dans les dents Bandcamp)

    (note : c'est plus que probable que Reverbnation propose de sélectionner au cas par cas ce qui peut être téléchargé gratuitement ou seulement écouté + et/ou vendu via les plateformes de vente)

    -Gig Finder, pour trouver des concerts dans leur base de donnée catégorisée de plus de 100 000 lieux de concert
    -Une Facebook App pour mettre sur votre éventuelle Page Facebook crée pour votre projet musical, ainsi vos auditeurs qui utilisent Facebook ont accès à vos contenus via Facebook. 

    Notez que comme les Facebook Apps pour les pages ne sont que des morceau de pages hébergés par des tiers, votre musique reste sur Reverbnation, Facebook n'en devient pas le propriétaire conformément à ses conditions générales (qui ont peut-être changé récemment, mais j'en doute) : tout ce que vous postez sur Facebook appartient à Facebook, on en fait ce qu'on veut y compris vendre à des tiers une autorisation d'en faire ce qu'il veulent. 

    -Une page de profil pour votre projet, sur Reverbnation, pour les gens qui veulent avoir accès à tout ce que vous mettez sur Reverbnation, pas à un sous-ensemble qui serait en vente ailleurs, et ce directement via le site de Reverbnation, pas via une application android ou ios ou une page Facebook. 

    Merci d'avoir lu tout ceci, qui que vous soyez. Je vous laisse faire, pour la conclusion : c'est un forum de discussion, ici, donc vous pouvez publier un message ;)
  • Shangril, j'ai "autre chose à faire, comme par exemple travailler, se nourrir, s'occuper d'enfants, que de passer des heures sur Internet". Est-ce que tu pourrais résumer en 10 lignes s'il te plait ? Si non, tant pis, c'est pas grave.
    Jp
  • ah tiens, thanks Shangril pour le thread. du coup je déplace mon post par là.

    from Waz :

    "Il serais utile que le tout libre disparaisse"

    Faudrait peut-être déjà savoir que ça veut dire, selon Waz, le "tout libre".

    Par exemple

    Un môme de 11 ans joue avec un logiciel de MAO et confectionne un morceau qu'il enregistre dans un fichier et qu'il envoi par mail à un pote. Le morceau, on va dire, est "tout libre" (oui ?). Le pote doit-il payer  son copain pour le morceau ? faut-il lui envoyer la police pour le faire payer s'il refuse ?

    Un ado scotché sur le sourire et les yeux et les formes et les jambes et le parfum d'une fille de sa classe se tape une séance d'inspiration bien puissante, là, sur sa gratte. Il enregistre le truc sur un CD et l'emballe avec du papier alu, de la peinture, des morceaux de feuilles d'arbre et quelques branches pour faire un cadre et lui offre le tout avant de partir en courant en cherchant désespérément le moyen le plus rapide de se retrouver sur la face opposée de la Terre. La fille, elle doit le payer, le gars ?

    Un prof de musique apprend la flûte à ses élèves. Le prof désirant offrir à ses élèves une expérience exclusivement musicale (et non juridique), il décide de composer lui-même un air de flûte comme ça pas de soucis pour les droits d'auteur. Les élèves doivent-ils payer le prof pour sa compo ?

    En poussant un peu sinon, et en mode généralisation : les mots que je suis en train de combiner, là, pour composer ce message, ces mots, cette, heu... composition ^^, là, dois-je demander à tous les lecteurs d'internet de me payer pour avoir le droit de la lire ?

  • @jp_h


    (blague inutile --- début)
    Je viens de réaliser que ton pseudo ici fait un genre de smiley :

     jp_h 

    : le underscore étant un nez style manga, il est hilare de son œil gauche, le droit est exorbité, les deux sont enfoncés dans les orbites et il a un genre de mèche du coté de l'œil droit, mais il y une petite perle blanche enfilée sur celle-ci, au niveau du haut de son globe occulaire. Ou alors, pour les yeux, il a un nez très vertical et porte un monocle, au choix. 
    (blague inutile ---- fin)


    Je vais essayer de résumer en moins de dix lignes, tu sais, autre chose à faire que internet, besoins biologiques, ce genre

    1 : je parle un peu de Reverbnation, cité par Waz2 comme site intéressant pour lui, financièrement parlant, et comme plateforme de diffusion qui fonctionne, où on peut pécher des idées
    2 : je parle pas de leurs partenariat avec les assos, dont lui a parlé, si je l'ai bien compris, qui permet aux artistes de choisir de reverser une partie de leur revenu à une organisation à but non lucratif, et - j'en suis quasiment sûr - aux artiste de vendre plus grâce à la mise en avant de ce choix. 
    3 : Je présente un peu Reverbnation, qui est devenu mieux qu'il y a cinq ans.

     Financé par les abonnements des utilisateurs et destiné aux musiciens et ceux qui gravite autour. C'est mieux que de financer par la vente de données perso ou par la pub, pour moi. Trois packs pour les comptes musiciens, un gratuit et deux payant, 14 euros/mois minimum pour ceux là. Très utile si on veut faciliter la vie des mélomanes qui préfère dépenser quelques euros plutôt que de passer des heures à comprendre ou et comment télécharger gratuitement : 40 plateformes de vente en ligne incluses dans les packs payant, et à part ça, peu de limitation et tout semble relativement correct pour les zicos. 

    Bon, c'est quasi certain que j'ai fait plus de dix lignes. 

    A+
  • mars 2013 modifié

    concernant reverbnation, from Shangril :

    -l'accès aux plate-formes de vente en ligne : il est réservé aux offres payantes. Nombreuses sont celles qui demandent un droit d'entrée, Reverbnation sera votre intermédiaire et s'en acquittera à votre place. Proposer cet accès gratuitement serait juste une façon pour l'entreprise qui édite cet outil de s'auto-supprimer, car dans les 24 heures suivant un tel changement, des millions de projets musicaux s'inscriraient, probablement, millions qu'il faudrait multiplier par des dizaines de dollars de droits d'entrée à verser aux plateformes de vente.

    ça résume assez, je trouve, la situation. la vente en ligne passe de toute façon par un contrat, quelque part dans le modèle de la plateforme : un contrat avec la banque qui va encaisser les sous. Un contrat qui dit qu'elle accepte vos paiements en ligne. vous payez pour ça et elle vous fourni un TPE, un terminal de paiement electronique (que vous pouvez alors intégrer dans un processus de commande, sur votre site). Ou alors vous pouvez passer par exemple par PayPal, mais pour éviter les commissions, le "paiement" doit explicitement être un don (et pas une vente de service ou de bien, sinon les commissions s'appliquent).

    Ce sont des frais qui s'ajoutent aux frais de simple existence d'un site : hébergement, nom de domaine, développement, install, config, etc.

    ça coute des sous (en plus) de maintenir un modèle de rémunération. AMHA ce que les internautes payent, ceux qui achètent de la zic, c'est d'avantage le service de vente en ligne que la musique elle-même. après je suis pas non plus allé décortiquer reverbnation pour juger de la légitimité des tarifs, hein. c'est peut-être très bien, ou pas. je sais pas.

  • mars 2013 modifié
    Ouais, assez d'accord, des services (de nos jours, c'est toujours vrai, je plaisante pas, un service dans ce sens là asservi... Après y'a des gradations dans l'asservissement) fournis en ligne par quasiment quoi que ce soit qui ont un autre but que faire rentrer des sous dans la caisse, y'en a pas beaucoup... Le service est un moyen pour atteindre ce but. Faut dire que le modèle dominant, c'est celui de la société commerciale, souvent anonyme, et les autres modèles, la plupart, clopinent derrière en l'imitant du mieux qu'ils peuvent, et ça se répercute, par exemple vous imaginez quelle catastrophe se serait pour beaucoup d'organisateurs de vide-grenier qu'il ne soit pas assez rentable ? 

    Mais j'en étais plus à cette idée dérivée de celle de Waz "le libre est mal compris par les internautes", que je pourrais formuler par "les gens ont autre chose à faire que se former au gratuit, s'ils aiment la musique et ont les moyens de l'acheter" : l'accès à la musique pour les gens qui sont prêt à échanger un peu d'argent contre un peu de temps, en utilisant leur boutique à musique en ligne préférée dans leur app de smartblette ou leur lecteur multimédia logiciel intégré et fourni avec leur OS plutôt qu'en apprenant à se servir du web suffisamment pour pouvoir s'y retrouver. 

    Un exemple : tout le monde se souvient de la parodie de Katerine (orthographe non garantie) qu'avait faite InCauda ? Il aurait voulu la mettre ici sous licence ouverte, peut-être que c'est bien que l'asso soit militante mais s'associer à un parti politique en particulier au moment précis du premier tour d'une élection présidentielle c'est peut-être déjà un peu moins judicieux. Les choses dans la toute petite boite en carton (moi, j'appelle pas ça un univers, question de respect pour celui-ci) politique/médiatique changeant plus vite que les message arrivent sur ce forum. Je précise pour les gens qui comprenne pas trop le sous-entendu, au passage, c'est pas légal au niveau du droit d'auteur, de mettre un truc comme ça sous licence ouverte. Le fait que d'après certaines sources l'artiste ait bien aimé n'est pas une garantie d'une absence de contre-offensive en mode riposte non graduée, quand c'est un pro, dans le circuit, signé, sacem, tout ça, qui passe même à la télé de temps à autre.

    Qui se souvient de cette histoire ? C'est récent... Les internautes envoyaient des emails à InCauda, via le formulaire de contact du site ICV. Je plaide coupable, quand quelqu'un a posté une vidéo clip genre 'juste les lyrics sur fond noir" sur YouTube avec la chanson comme bande son, j'ai un peu orienté le truc dans le sens "aller sur ICV le site", via les commentaires...  Le posteur de la vid a mis un lien cliquable dans la description, ensuite, si ma mémoire est bonne. 

    Son site a l'époque était simple et clair, à mon avis, avec le lien de téléchargements bien en évidence...

    Les emails demandaient de faire parvenir la chanson. 

    (edit : quelqu'un peut pas shunter ce p***n d'éditeur graphique WYSIWYG de Vanilla, juste pour mon compte utilisateur, si possible ? Il est est à changer la police (de caractère, la fonte, la présentation du texte quoi) quand je copie-colle une phrase de lui-même à lui même pour la changer de place et rendre le texte plus lisible)
  • mars 2013 modifié
    Arobas Shangril : le underscore, je le voyais plutôt comme une bouche, fermée, sérieuse, alors que les yeux rigolent. Merci pour la tentative d'explication, j'ai lu en diagonale, mais ça me confirme qu'il valait mieux que je ne lise pas, tant il est vrai que j'ai autre chose à faire, par exemple comprendre les arcanes du select() et du read () - http://pubs.opengroup.org/onlinepubs/007908799/xsh/read.html - un peu comme les gens qui ont autre chose à faire qu'à comprendre comment marche la musique libre - n'ont qu'à écouter de la musique payante et puis c'est marre, en quoi ça concerne Dogmazic ?
    Jp

    ps: le serveur de Dogma, il est dans quel pays ? Parce que les messages; une fois publiés, sont datés de 5 heures dans le passé.
  • Pour la question du PS : Chez moi il sont à l'heure. 

    Pour l'autre question :  Je peux répondre, mais je te laisse choisir : 

    -à une époque très lointaine, il a été envisagé sur ce forum de réfléchir à des truc comme... Mmm, j'ai pas le verbiage d'époque en tête, alors je vais le reformuler avec mes mots à moi : et comment que ça se fait la musique, maintenant que le millénaire à changé, parce qu'il y a les téléchargeurs illégaux, les enjeux, tous ces trucs, et pis que ça serait bien que toute les nouvelles licences libres de la culture commune et partagée tout ça, elle soit comme les licenses super cool qui nous rendent libre quand on utilise des logiciels, pareil, mais sauf que la on va plutôt utiliser de la musique, et les gens qui veulent l'utiliser pour passer sur NRJ c'est bien aussi, ils sont les bienvenus, parce qu'ici c'est aussi ouvert que c'est libre, donc on va aussi réfléchir en discutant sur des forme immergées de génération de revenu pour artistes sur le points de devenir émergents, par contre si jamais y'a des trucs un peu gênant, comme des comparaisons avec l'intégrisme religieux dont ça parle à la télé, les sectes pour ceux qui regardaient plutôt la télé y'a longtemps quand ça parlait plutôt de ça, des barbes parce que dans l'informatique, une barbe c'est bien, vous en faites pas, c'est de l'humour, c'est comme ça, parce que c'est internet, y'a de l'humour, sur internet, c'est la télé qui l'a dit, elle tenait ça d'internet. 

    (j'avoue, c'est une époque lointaine. Maintenant, la barbe, c'est plutôt pour le directeur marketing de MyMajorCompany qui explique sur M6, parce que c'est un fin connaisseur de l'histoire de la culture et de la musique au passage, pourquoi M Pecari est quelqu'un de bien : parce qu'il a su toujours garder une image assez (insérer n'importe quelle adjectif positif du moment dans la bouche de quelqu'un comme ça))

    -Parce que à force de troller avec waz, je continue à troller même sans lui

    -Parce que, aussi, y'a pas que ceux qui postent des messages qui lisent les forums, faut penser à eux aussi

    -Parce que j'étais de bonne humeur à ce moment là, mais c'était plus le cas ensuite, on en revient à la vie qui se passe au delà du champ (de la caméra... Forcément un forum ça a pas un objectif super grand angle) 

    Heureusement ça commence à être mieux, mais faut dire, ça s'explique, je SUIS (comme si on était, une fois qu'on s'en sert) SUR (comme s'il y avait un là-bas, là bas, et qu'au passage on le dominait comme une monture, et c'est pas la pire image que j'ai à l'esprit) le FORUM (comme si on portait tous des toges). 
  • mars 2013 modifié
    En fait, pour développer plus crûment, autant il ne faut surtout pas comparer le gratuit et le libre, ça n'a rien à voir, le libre c'est pour la liberté, 

    autant dès qu'on parle d'autre chose que de téléchargement gratuit, quand c'est libre, ça devient aussi tabou que, je sais pas, un tabou qui a pas sauté ? Peut-être en rapport avec le sexe ? Non, c'est pas trop mon style, ça m'ennuie de piquer un bon exemple de tabou qui a pas encore sauté à un pote, surtout que c'est tabou, donc pour moi aussi. 

    Et c'est surement tabou à cause de nazes comme moi, qui au tout début du logiciel libre pour les machines domestiques, avaient déjà droit aux informaticiens diplômés qui laissent tomber au moment de configurer X, lors de l'install, parce que ça va pas assez vite et qu'il y a encore rien de graphique à l'écran. 

    Le mien, ensuite il était heureux d'avoir réussi à trouver l'option non documentée de la commande DOS appelée FORMAT pour pouvoir remettre le MBR en mode "boote moi chez crosoft, mais sans le menu, il sert plus a rien j'ai tout re-partitioné". 

    Les nazes, eux, qui souvent étaient jeunes, n'ont pas fait dans la subtilité, ensuite, et très peu de temps plus tard, pour présenter un peu Linux a des amis tout aussi jeunes, et également, fauchés, (c'est peut-être en rapport avec le fait qu'ils n'étaient pas informaticiens pile au moment de la dot com bubble), les nazes finissaient leur discours par "et surtout, c'est gratuit", et forcément ça marque plus que des histoires de code source. 

    Le résultat d'une telle approche, c'est que le gens qui était le plus intéressé et a même eu un linux sur la machine de récup dans la maison des parents pour lui, pour eux, pour leurs autres enfants, un peu plus de 10 ans plus tard, chez lui, c'est Windows...

    Que les gens qui à l'époque résumaient par "Linux de merde" en sont toujours à télécharger tout ce qu'ils peuvent histoire de justifier l'argent qu'ils dépensent pour acheter des disques durs, y compris des OS crackés par des branques, et ne répondent rien aux conseils à propos du spam venant des adresses email Microsoft car leur compte a été craqué, mais, quand ça devient vraiment nécessaire, ils créent une nouvelle adresse Microsoft. 

    Mais ça n'est pas très important. 

    Les nazes, qui voulaient juste aider un peu, ils ont trop insisté sur le gratuit. Donc forcément le libre c'était gratuit. Comme y'a les mot libre et licence aussi bien pour la musique que pour le logiciel, ceux qui sont venus ensuite pour la musique, qui souvent venaient du logiciel, et n'étaient pas tous à catégoriser dans "les nazes", beaucoup d'entre eux était plutôt des victimes de l'approche "et surtout c'est gratuit" des nazes, ben c'est devenu un peu automatiquement associé, gratuit, libre. 

    Que dans le monde non libre le gratuit soit un peu galvaudé, quand on parle de technologies de l'informations, puisque des émoticones gratuite ajoutent des spyware et les logiciels libres et gratuits mais un peu repackagés par des personnes trop insignifiante pour que je les qualifie plus en détail modifient les préférence de ton navigateur pour que tu aille chez le moteur de recherche qui leur verse des centimes pour ça, et ajoutent parfois aussi un peu de pub, et que tout le monde là bas a une relation plus jeune qui "s'y connait en informatique" qui n'a pas réussi à cacher le fait que son compte facebook s'est fait tourner en mini bot à poster des arnaques au SMS surtaxés ou un truc semblable, ce qui peut rendre méfiant... C'est pas bien grave pour la grosse majorité du monde libre, car les nazes avaient commencé par conclure par un "mais surtout, c'est gratuit", et depuis, faut pas comparer gratuit et libre : le gratuit n'est pas toujours libre. Du libre pas gratuit, mmm, déjà plus, un peu comme la magie : tabou. 

    Perso, je fais pas de la musique pour les libristes. Je fais de la musique pour la musique. Si au passage je peux m'assurer que les auditeurs seront un peu plus libres, c'est comme dans les paquets de bonux, c'est cadeau. Après je comprends que ça soit sympa de se sentir comme dans une meute qui partage l'odeur du sang de la même bête traquée, j'en suis quand même à mon énième post sur le forum aujourd'hui. Mais en même temps j'ai jamais pu saquer les comportements massivement conformistes.  
  • mars 2013 modifié

    béh oui c'est exactement ça :

    l'accès à la musique pour les gens qui sont prêt à échanger un peu d'argent contre un peu de temps

    c'est un service. permettre aux gens de gagner du temps. pour 10 euros par mois, vous n'avez pas à vous soucier de savoir les téléchargements légaux machin ou pas. on se prend la tête pour vous. c'est 10 euros par mois.

    ou alors : pour 10 euros par mois, on se prend la tête pour vous, pour vous dénicher le son que vous allez aimer.

    ... ou pour 10 euros par moi, on propose vos morceaux à la vente sur notre boutique en ligne.

    ou alors  : pour zero euros, à condition que votre musique soit en licence libre, on vous propose l'hébergement et la platforme pour la rendre accessible sur Internet.

    c'est peut-être ça le tout libre dont parle Waz (oui ?). je sais pas.

    mais arréter ce tout libre-là (donc : tout gratuit), ça voudrait dire quoi en fait ? les gens, les bénévoles qui font des trucs potentiellement combinable en service rémunéré. ces gens, tous, il faut qu'ils arrêtent. ça voudrait dire ça.

    mais j'ai peut-être aussi assez trollé pour aujourd'hui.

    ++

  • Pour rester dans le même genre, on peut aussi dire

    "Si l'écoute gratuite est essentielle"

    c'est un genre de communautarisme. Restons donc entre nous... Avec notre musique, qui ne sera accessible qu'aux personnes qui ont un accès réseau suffisamment constant et avec le débit suffisant pour streamer. 

    Si ton réseau local est à l'échelle de quelques cases, et que le net arrive par un modem type GPRS, clairement t'es pas le bienvenu. 

    Mais même avec ton modem GPRS, sur ton Pentium récupéré qui tourne sous Sourcemage, il peut te permettre encore, même si y'a quelques utilisateurs sur le réseau local qui font la même chose que toi, de télécharger le son pour l'écouter tant que tu veux ensuite, ce qui peut être sympa si ton accès GPRS est facturé au volume de données. 

    Quand j'étais étudiant, on avait 64kbps pour tout le monde. Environ 1/10ème d'une liaison ADSL du tout début de l'ADSL. Mais c'était une structure délocalisée, c'était juste pour notre département. Même quand pour la première fois y'a eu des deuxième année, ce qui a impliqué que les première année arrivaient, c'est resté tenable, sauf pour quake, où il nous mettaient la paté, car ils savaient jouer à la souris. 

    À cette époque là, le Brésil tout entier avait autant de débit que nous. Il devaient être peut être juste 2 ou 3 millions de fois plus nombreux.  

    Et pour rester dans un genre similaire, on peut aussi dire

    Vous savez pourquoi personne ne code de CMS sous GPL Affero ? Vous n'avez pas le droit de savoir. 

  • euh, désolé @dj3c1t ça commence à faire tard pour ça, en fin de week-end, mais je complète juste un truc. 

    Tu écris :

    Vous pouvez passer par exemple par PayPal, mais pour éviter les commissions, le "paiement" doit explicitement être un don (et pas une vente de service ou de bien, sinon les commissions s'appliquent).

    Je sais pas... La révisions des Conditions d'Utilisation (j'enlève le "Générales", l'acronyme prend plus de sens) de Paypal la plus récente,  qui entre en vigueur mi-mai, ne contient pas le mot don. 

    Par contre, j'aime bien leur définition du "le plus souvent gratuit". Le seul truc gratuit de leur page "tarif", c'est les "Transferts d'argents entre proches", qui sont gratuit, "le plus souvent" : tellement souvent en fait...

    -Uniquement depuis et vers un pays de l'Entité Economique Européenne ou quoi que veuille dire le sigle EEE, mais DDD c'est Dublin Duck Dispensary et CCC c'est Chaos Computer Club ou Comité Contre les Chats...
    -Uniquement avec un compte bancaire "lié" à Paypal. Je sais pas vous, mais moi je lie pas mon compte bancaire à Paypal, même avec leur discours "on est les plus sécurisé". J'imagine que je suis pas le seul dans ce cas. Principalement parce que si je veux mettre de l'argent sur le compte Paypal je peux utiliser une carte bancaire, et si je veux en enlever, exactement le même moyen. 

    Et aussi, je me dis que...

    Déjà, la sécurité absolue, c'est une chimère. Ensuite, une solution pour payer en ligne, c'est peut-être pas la source la plus objective pour déterminer quelle est "la solution la plus sécurisée pour payer en ligne", surtout s'il attribuent cette distinction à eux mêmes. Enfin, Paypal n'étant pas le seul maillon de la chaîne, il pourront faire ce qu'ils voudront pour ce qu'ils contrôlent soit sécure, et moi pareil de mon coté, je peux quand même me retrouver du jour au lendemain avec le RAID dans la salle de bain parce que mon compte a blanchi 15 milliards de dollars issus d'un trafic d'humains, armes, drogue et diamants de guerre dans mon dos.  
  • mars 2013 modifié

    oui, question de sécurité mise à part. tout à fait.

    le fait est que pour établir un système de paiement en ligne sur des comptes bancaires disons classiques (je ne parle pas de bitcoin ou d'autres alternatives au système monétaire), que ce soit sécurisé ou non, à un moment, il faut un contrat avec la banque qui encaisse. si je paye pas de TPE avec paypal, c'est parce que paypal en paye un pour moi (et c'est paypal qui décide ensuite avec ses CGU comment il peut amortir ce genre d'investissement).

    sinon

    (t'es pas non plus obligé, shangril, de commenter là de suite en cette fin de week end)

    sinon, un autre tout-libre auquel je pense qui pourrait être celui dont waz souhaite la fin (mais peut-être viendra t'il un jour préciser sa pensée).

    peut-être que waz s'imagine que dogmazic souhaite que tout devienne libre. absolument tout. comme une sorte de mouvement extrémiste qui n'aurait de cesse de lutter jusqu'à ce que l'organisation du monde entier et toutes les relations humaines se fassent selon les 4 règles du logiciel libre par exemple.

    les nouvelles tables de la loi.

    dogmazic, secte fourbe et dangereuse qui converti ces pauvres musiciens inconscients de leur talent (tellement monnayable) et qui laissent cette asso immonde leur pomper leurs créations... pour rien en retour !

    -----------------

    pour le cas où je me verrais intenter un procès, je précise au cas où qu'il s'agit bien sûr de suppositions. mais les paroles de waz m'ont tellement intrigué (*) qu'on peut voir ça comme une tentative de communication avec hypothèses d'interprétation dans le but de provoquer une réaction qui pourrait s'avérer éclairante sur les réelles motivations de l'individu (**). vous avez aussi le droit de garder le silence.

    (*) "Il serais utile que le tout libre disparaisse"

    (**) qui a annoncé lui-même venir pour se foutre de "notre" gueule (là aussi je suis pas sûr de savoir de quelles gueules il parle), mais j'ai peine à croire qu'il ne s'agisse que de ça (***).

    --------------------

    (***) c'est sûrement ça, je veux dire du foutage de gueule, mais je me demande si c'est purement gratuit, comme ça, ou si y'a un message derrière, ce qui m'a semblé être le cas avec cette histoire de tout-libre. auquel cas, waz, saches que t'as une foutue façon de communiquer ^^

    bon sur ce, je vous souhaite à tous une bonne nuit, ou une bonne journée, selon ce qui vous va le mieux.

    ++

  • mars 2013 modifié
    Euh, salut, 

    Je change un peu de sujet, j'en reviens un peu à Reverbnation. 

    Comme je voulais devenir l'homme le plus riche du monde (ça c'était ma motivation principale), ou au moins être dans les 8 premiers...  Si je peux recruter un collègue pour faire 9ème, on dégage la seule meuf du top 10 de Forbes, c'est Liliane Bettencourt. Une honte quand même, une meuf dans NOTRE top 10 ! Sur les sites de gonzesse genre Bloomberg, y'en a encore une de plus riche qu'elle, mais ça va, elle est neuvième aussi, heureusement.  Donc si on devient bien riche, moi et mon collègue, on peut faire d'une pierre deux coups. On dégage la meuf de Forbes, on dégage la meuf de Bloomberg. Déjà qu'elles nous piquent tout notre boulot, genre, directeur marketing, président directeur général, directeur de production, directeur des chefs d'équipes, directeur du directoire, tous nos boulots je vous dit. Faut réagir.Tout ça pasque ces tarés de Néo-Zélandais leur ont accordé le droit de vote... Ça fait vite boule de neige, la Nouvelle Zélande, ils ont des Alpes là-bas. Y'a qu'à voir Le Seigneur des Anneaux. Y'a même des meufs qui l'ont lu. Y'a plus de respect, j'vous jure.  Dire qu'y a des mec, surement homo, qui précisent pour remuer le couteau dans la plaie quand il re-publient le classement Forbes, que c'est "aussi la française la plus riche". Ça va, on a compris que c'était une meuf. Il a été à deux doigts d'indiquer que c'est Liliane le français le plus riche, là il aurait dépassé les bornes. 

    Mais, donc, comme mes buts premiers sont nobles, je peux me permettre d'avoir des buts moins nobles en arrière plan, comme aller un peu plus loin que mon rapide copie-collage remanié de leur plaquette de présentation en ligne, et aller un peu voir là bas comment c'est. Oui, je sais, c'est carrément moins noble d'aller jouer les sous-marins pour une secte comme Dogma, mais je vous disais, c'est juste une seconde motivation, mon but premier c'est de devenir riche. 

    J'ai un plan infaillible : utiliser leur super outil marketing de soutien aux organisations caritatives... Ben ouais, Waz appelait ça des asso, mais dans la pratique faut que ça soit caritatif, comme la Fender Music Fundation, qui change le monde via l'éducation musicale... En distribuant des instruments de musique, mais révez pas trop les hard-rockeux fan secrets de Clapton, c'est pas pour les musiciens nécessiteux, c'est pour les gens sérieux, genre des écoles, des prisons, des trucs comme ça. Peut-être que ça permet de faire un peu de pub pour la marque d'instruments de musique, aussi, Fender Music Instruments, qui n'a bien sûr rien à voir avec la fondation, j'arrive même pas à savoir ni comment ni quand ni pourquoi celle-ci a changé de nom pour prendre celui là. Avant c'était la Guitar Center Foundation, ce qui est logique car elle a été fondée en 2005 par un ex président directeur général de Guitar Center qui venait de prendre sa retraite. Il semble bien qu'une combinaison d'ouragan aux USA et de The Edge guitarise de U2 qui veut lancer un petit projet caritatif, a fait que quand la nouvelle que des guitares Gibson en série ultra limitée vendues aux enchères via Guitar Center pour gagner de l'argent pour aider les musiciens locaux à racheter du matériel suite à l'ouragan, même pas un an après la fondation de la Foundation, a commencé à filtrer ici ou là, Fender avait déjà senti le vent et la fondation changé de nom. 

    Autant dire que si je me trouve un bonnet à grosse maille, que j'ai un genre de bouc au menton, que quelqu'un me prête une Gretch White Falcon II et que je vais voir Reverbnation en me faisant passer pour The Edge, dans le but d'avoir Musique Libre dans leur liste d'une dizaine de non-profits... Euh, non, de charity organizations que les musiciens peuvent espérer utiliser pour vendre des fichiers musicaux directement sur le site de Reverbnation en partageant les bénéfices (moins les plus de 10% que prend Reverbnation pour compenser le coût exorbitant d'un transfert de 5mo de mp3 et d'une division par deux, c'est comme ça dans le business du charitable)... 

    Si je passe suffisament bien pour The Edge pour qu'il tombent dans le panneau, donc (et promis je ferais gaffe à la Gretch si je porte un blouson en cuir avec une fermeture à glissière)



  • mars 2013 modifié

    Il faudra s'attendre à devoir changer le nom de 

    Musique Libre !  

    en 

    MyMajorCompa ni Foundation ni Libre #

    ...J'espère que vous comprenez que je re-découvre un petit monde qui est un peu bondé, et que j'avais beaucoup oublié. 

    Mon plan d'enfer, donc, c'est de vendre de la musique en faisant culpabiliser les internautes : ils se sentent coupable d'avoir soutenu une charitable organisation et vont se confesser à leurs amis Facebook et donc font de ma musique le buzz de 2013, un véritable phénomène interlope. Internet. Pfew, je commence tout juste à intégrer à nouveau des modes de pensées qui m'avait déjà désintégré quand j'avais dû les intégrer quand j'avais voulu devenir riche dans la musique sur internet la première fois... Tout ça parce qu'un pote me parle de Last.fm qui s'était pas lancé depuis longtemps et me dit "ils partagent les royalties c'est bien"... J'avais commencé par mettre des albums en vente en téléchargement payant sur Lulu, qui proposait ça en service annexe à l'époque, et Lulu ça reste quand même Lulu, j'aime toujours quand même bien Lulu... Même si ça m'a fait un peu mal quand ils ont arrêté la vente de fichiers et la production de CD (audio, rom, ce que vous voulez) et DVD (même chose) à la demande. J'avais même pas fini d'uploader le permier tiers de mon premier DVD, faut dire avec mon up de l'époque pour le DVD j'avais estimé en semaines. 

    Mais donc à l'époque... c'était un peu avant que je ne découvre La Citerne... Puis que je mette un album sur Jamendo juste pour pouvoir dire "c'est libre" à La Citerne et leur filer le lien Last.fm où le fichier était hébergé... C'est une histoire compliquée. Quand j'avais commencé avec le libre musical, mais sans vouloir devenir riche, c'était plus simple, je mettais juste sur BitTorrent... Mais ça a pas tenu beaucoup d'année. Pas BitTorrent. Mon tracker. C'était ThePirateBay... J'utilisais pas BitTorrent, j'ai pris le premier tracker que j'ai trouvé sur le premier site en rapport avec BitTorrent que je connaissais. 

    Mais donc pour devenir riche avec la musique internet j'utilisais le web, à l'époque. Bon Lulu vendait les fichiers, c'était simple et y'avais rien d'autre à faire que patienter pendant les uploads, qui forcément pour un mp3 128kbps sont plus rapides que pour un CD en wav, je vous parle pas d'un DVD-ROM plein de flac. Même pas besoin de donner un numéro de compte Paypal pour payer le droit d'accès au service qui permet au fans de payer le droit d'accès au service pour accéder à la musique. Une époque encore assez cool, mine de rien. 

    Mais bon sans streaming c'est pas facile de vendre un fichier à télécharger, puisque personne ne peut écouter ta musique, sauf tes potes qui risquent pas d'acheter le fichier que tu leur as copié.... Et donc pour le streaming j'avais commencé avec Myspace. J'ai encore un ou deux comptes là-bas, il me semble. 

    Et comme je disais, intégrer les modes de pensée de chez Myspace était assez désintégrant. 

    J'ai du mettre six mois à comprendre ce qu'était un mslink, je crois. 

    Et donc, cette façon de penser, je recommence à l'intégrer un peu pour les besoins de l'expérience "Reverbnation, es tu si bon ? " et j'avoue que c'est un peu usant. 

    Par exemple, on voit un peu comme des pubs sur Myspace, sur Reverbnation, sauf que c'est des pubs Reverbnation. 

    Ça ressemble à "et pour profiter de cette opportunité de peut-être être sur la BO d'un film d'horreur teenage qui n'a surement pas la même définition que toi de film d'horreur, teenage, rockabilly, punk et bluegrass, qui en plus est le projet d'un studio situé beaucoup trop à l'est du midwest pour avoir l'air Holywoodien, et la super chanson que si le studio décide que c'est celle là - mais c'est dit en termes si flous que ça veut presque dire 'si on veut, on les prend toute mais aucune ne gagne' - rapportera 1000$ (666€) aux artistes... Les autres se verront proposer des retours sur les bénéfices de la BO, et ne vous demandez pas quelle maison de disque voudrait distribuer la BO d'un film teenage d'horreur faite par des zicos non signés racolés sur Reverbnation comme si cétait celle de Pulp Fiction, mais avant tout chose, c'est la condition indispensable, commencez par aimer la page Facebook de l'évènement de recherche de talent pour la BO, vous ferez la pré-promo du film pendant qu'on cherche des investisseurs pour pouvoir le faire, et s'il se fait on ira peut-être plutôt piocher dans le catalogue Warner ou Sony'. 

  • mars 2013 modifié

    Ben oui, faut aimer sur Facebook pour répondre à leurs "opportunités", et faut carrément lier un compte Facebook, rien que pour profiter du crédit gratuit pour leurs campagnes de pub, si vous voulez faire de la pub pour votre musique - parce que Reverbnation est aussi une régie de pub, et ils ont des espaces chez des sites du genre RollingStoneMagazine.com ou peut-être d'autre un peu moins "prestigieux"... 

    J'ai jamais vu autant de services concentrés sur un si petit espace économique. L'idée c'est de tondre les musiciens ? La tondeuse à 10 millions de sabots. 

    Je vais pas les lister tous, mais le syndrome "clickodrome" des logiciels graphiques d'une mauvaise époque s'est réincarné dans la niche des sites webs pour zicos, c'est ahurissant. 


    Bon, j'ai mis deux chanson en ligne. J'ai ouvert la fonction "Music For Good" pour vendre de la musique au nom d'une entité charitable (fifty fifty les bénéfs... Mais Reverbnation aura pris plus de 10% avant, comme je disais), j'ai activé la mailing liste, j'ai dégagé dix milliards de truc à la con de ma page de profil (non, je ne veux pas que des gens puissent acheter à Reverbnation une gift card virtuelle pour faire ma promotion sur Tutube, Truc, Machin et d'autres endroits virtuels pour que j'explose en 2013. Juste pour citer le plus extrême pour moi)


    J'ai mis cinq ou six pochettes d'albums, avec leur titre. Dans ce monde on appelle ça "créer un album". Il est obligatoire d'entrer la date de publication ET la date de copyright.

    Précise au jour près. 

    Les TOU on l'air correcte. C'est peut-être pour ça qu'ils ont du succès et peuvent bosser leur stratégie d'adaptation du site à son audience (dans le sens "son public") plutôt que de courir perpétuellement après de nouveaux investisseurs et modèles et co comiques. 

    Le site est bien conçu, dans le sens où il consomme plus l'électricité de l'utilisateur que celle de Reverbnation, si j'en juge par le son du ventilateur de mon processeur... 

    On clique, souvent y'a une petite animation pour dire "pas la peine de recliquer, j'ai compris", mais parfois on ne voit rien, c'est rageant, au moins quand toute la logique d'un site n'est pas déporté sur la machine du client on peut savoir qu'on a envoyé un HTTP GET et qu'il n'est pas utile de recliquer pendant que Javascript, plus JQuery et 12 autres frameworks intermédiaire qui ajoutent à l'empreinte carbone du processus de consultation du site moulinent... 

    Sinon, leur plaquette de présentation dont on parlait (enfin, surtout moi) au début est un peu foireuse : pas besoin de prendre un pack à 14 euros par mois si vous voulez juste vendre sur Itunes, Amazon, (etc etc, des boutiques y'en a une quarantaine incluses)... Vous payez une fois par an dans les 20-30 euros et c'est bon. 


    À part ça... J'ai fini par découvrir que seuls mes "fans" peuvent poster un commentaire... J'ai désactivé ça... Mais on dirait que personne ne poste de commentaire par là bas;.. Tout le monde est bien trop occupé à cliquer de partout pour utiliser le site, plus le temps de faire de l'auto-promo... Je me demande si c'est pas préférable le spam d'auto-promo à la Myspace...

    En bref, c'est pas très organique, comme site.

    Ais-je remarqué quoi que ce soit d'autre ? Ils envoient un mail quasiment dès qu'on fait autre chose que parcourir les trucs à activer... J'ai passé des heures à ne pas activer plein de trucs après avoir compris ce que c'était.... 

    J'ai l'impression de revenir d'une planète remplie de créatures biomécaniques. 

    Et bien sûr demain faudra que j'y retourne. 

    Ah, si, j'ai encore fait un autre truc... j'ai posté quelques photos, en pensant à waz qui lui, en plus, les as cherchées sur le net avant, celles qu'il a posté. 

    Sinon, j'ai surtout perdu mon temps. Ça me fait penser à un personnage de roman. Un roman qui se passait dans un futur proche, qui est en train de devenir un passé. 

    Le personnage, quand il était enfant, à l'orphelinat, avait accès à des média obsolètes, comme  des jeux sur CD-ROM, avec des donjons où il errait des heures de suite.... Mais il avait fini par se dire qu'il n'y trouverait jamais le vrai truc, la vrai merveille. 
  • Merci pour cette enquête :)
  • yzayza
    mai 2013 modifié
    Hello, j'ai lu vite fait en biais (désolée pas le temps)

    Déjà, la rémunération des artistes / auteurs toussa c'est un miroir aux alouettes la preuve en analyse chiffrée avec cet excellent graphique :
    http://framazic.org/wp-content/uploads/selling_out_550.png

    Issu de cette non moins excellente analyse comportant d'autres excellents graphiques que je vous recommande chaudement de visualiser :
    http://framazic.org/sinformer-et-comprendre/assurer-une-juste-remuneration-aux-artistes/

    (perso j'adoooooore celui concernant la SACEM ^^)

    En résumé : rien ne vaut le DIY ... rien...

    Et pour faire le lien avec la  "suppression du libre" à partir du moment où, libre ou pas, le groupe/auteur gagne plus en faisant lui-même ... bah "le libre" n'a rien à voir là-dedans.

    Ce sont les beaux et biens gras intermédiaires de la filière qui posent problème, comme dans les autres filières (agro alimentaires etc etc)

    Mais bon, admettons... soyons wazien 2 minutes... (pas plus)
    Si on devait appliquer la même logique à ces autres filières, on devrait se réjouir de l'existence des brevets, demander à ce que chaque nouvelle molécule soit brevetée le plus vite possible afin que de l'argent soit fait par les vrais pros : les labos ! Bon en vrai on sait que ça existe déjà (réjouis-toi waz), depuis l'an dernier nos amis agriculteurs doivent payer le droit de ressemer à ces pauvres semenciers victimes de la concurrence déloyale que les paysans opèrent depuis bien trop longtemps maintenant (quelques millénaires) mais tout ça c'est fini : l'argent dirige tout, un point c'est tout !

    Bon... les 2 minutes sont écoulées...

    Une licence libre ne se préoccupe pas d'argent ... c'est  pas son but ... du tout... elle sert juste à dire comment l'œuvre peut circuler et donne des droits plus forts aux utilisateurs/téléchargeurs/mélomanes. Et c'est toujours plus que ce que le CPI édicte. L'aspect monétaire est un "dommage collatéral".
    Ce n'est donc pas la priorité de ce site de se préoccuper de cette question.

    Et même, on voit que lorsqu'elles s'emparent de la question, les entités du libre n'y répondent pas de manière unilatérale et c'est tant mieux ! Faut laisser le champ ouvert aux nouvelles idées, aux diverses possibilités que la nature humaine est capable de trouver. Pourquoi vouloir à toute force rentrer dans un vieux schéma dont on dénonce par ailleurs les dérives ?

    Y a tout un panel de solutions qui existent ou se dessinent, depuis le dons en passant par le crowfunding, les SCOP, et même le revenu de vie (revenu de base et autres appellations) ...

    Soyons fous ! Soyons libres ! Soyons libres d'êtres fous !  \o/
  • juillet 2013 modifié
    Salut salut

    J'ai un retour rapide concernant Reverbnation. Rassurez vous je serai bref...

    Y'a comme une vague odeur de miroir aux alouettes, tout de même. Déjà la façon dont Me In The Bath avait commencé à grimper dans les charts dès le début aurait dû me faire vaguement tiquer...

    Maintenant ça vire à la plaisanterie... Le projet doit totaliser une dizaine d'écoutes, un ou deux fans...

    Et pourtant il n'arrête pas d'entrer et de sortir des différents Top 40 pour le genre "Other". Un coup c'est le Top 40 local, un coup c'est le Top 40 national, je crois même me souvenir être passé par le Top 40 mondial... Ahurissant. Je reçois un mail à chaque fois. 

    En bref, je résumerai par "ego-inflating site, one more". 

Ajouter un commentaire