Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! (voir : http://dogmazic.net/irc )

YouTube, ContentID, Moellons, Kidjazz et licences libres

Salut salut !

Qui se souvient du Moellon Project ?

Ce projet, lancé en 2008 par le collectif artistique ZC VUAG dont je fais partie, consiste à prendre en photo des moellons, si possible dans une mise en scène particulière. L'une des conditions pour rejoindre le projet étant que la photo soit placée sous licence libre BY-SA.

Le projet a rencontré un bon succès d'estime ; la liste des œuvres ne cesse de croitre année après année.

Et donc, en 2011, j'ai réalisé un diaporama vidéo, bien évidemment lui aussi sous BY-SA, présentant les différentes œuvres que comportait le projet à l'époque, classées par créateur.

Pour la bande son, je me suis tournée vers une recherche par licence, dans l'archive Dogmazic, qui était encore en ligne à l'époque, pour trouver une musique d'ambiance sous By-Sa d'une durée adéquate. J'ai opté pour l'instrumental "Évidence" de @Kidjazz .

J'ai bien entendu crédité correctement Kidjazz : nom, titre du morceau, mention de l'url de sa licence et de sa page Dogmazic dans la vidéo et dans sa description textuelle. Puis je l'ai mise sur ma chaine Youtube, et elle est rapidement devenue plus populaires que mes propres vidéos musicales (ce qui est un peu frustrant). Quand Dogmazic est passé hors-ligne, Kidjazz a monté son propre site, et j'ai modifié la description de la vidéo pour indiquer cette nouvelle adresse.

Je n'utilise pas la publicité sur YouTube. Même cette vidéo, très populaire pour ma chaine, n'a pas atteint les 300 vues en 4 ans en ligne. Il est probable que même avec une campagne de monétisation bien pensée, il me faudrait des décenies avant d'atteindre le seuil minimum de paiement. Quelle ne fut donc pas ma surprise quand, quelques temps plus tard, j'ai découvert que la vidéo du Moellon Project affichait de la publicité !

L'explication se trouvait dans la description de ma vidéo : en sus des infos que j'avais fourni, elle indiquait maintenant en plus "Musique : Evidence par Kidjazz", avec des liens vers deux boutiques en ligne pour acheter le morceau. En effet, Kidjazz, tout en continuant à proposer sa musique gratuitement en d'autres endroits, avait acheté une distribution commerciale auprès d'un service vendant ce genre de chose. Et donc ce service a enregistré sa musique dans le système de contrôle des droits de YouTube, ContentID, qui détecte automatiquement la présence des média qu'on y a déposé qui seraient réutilisés dans des vidéos publiées sur Youtube.

Sur le coup, je n'ai pas réagi. Mais quelques mois plus tard j'ai fini par remplir une demande de contestation de violation de copyright, indiquant aux équipes de YouTube que la licence sous laquelle est placé le morceau m'autorisait, à condition que je respecte les deux conditions, créditer l'auteur et placer ma vidéo sous la même licence, à réutiliser le morceau sans que cela ne constitue une violation de copyright, et donc sans que la société de distribution sur les boutiques en ligne ne puisse réclamer le droit d'insérer des publicité et de générer des revenus qui lui sont reversés.

À ce jour, aucune suite n'a été donné à ma réclamation, et je n'ai reçu aucune réponse. Cela fait déjà plusieurs mois. J'imagine qu'il n'y sera jamais donné suite.

Et donc, ça en est resté là, jusqu'à aujourd'hui. quand j'ai lu dans le flux de news de Josh Woodward ce court article à propos de son utilisation de ContentID. Jusqu'alors, j'étais persuadé que ContentID était réservé aux acteurs institutionnels du monde de la musique, comme les labels ou les services de distribution commerciale. J'ai donc découvert que les musiciens en autoproduction peuvent aussi y avoir recours.

Si vous ne connaissez pas Josh Woodward, c'est un des acteur majeur de la scène libre américaine, publiant sous CC-BY et monétisant avec un certain succès sa musique via des stratégies plutôt originales sur lesquelles je ne m'étendrait pas ici.

Ce que j'ai le plus retenu de son article, c'est qu'il y mentionnait que plus de 95% des vidéos utilisant ses compositions en fond sonore ne le créditait pas comme les conditions de la CC BY le demande, il parle de centaines de milliers de vidéos dans ce cas.

Il a donc choisi parmi les différentes options de ContentID, d'autoriser toute vidéo le créditant comme il le spécifie, avec mention de la licence et lien vers son site, sans y ajouter de publicités, mais par contre de monétiser les vidéos ne lui donnant pas cette mention de crédit qu'il exige comme seule condition pour toute réutilisation, en y ajoutant des publicités dont les revenus générés lui sont reversés.

J'ai donc parcouru rapidement la documentation de ContentID, et j'ai découvert les options proposés en cas de réutilisation :

-blocage pur et simple de la vidéo sans conditions
-suppression du son de la vidéo
-ajout de pub sans condition, dont les revenus iront à l'ayant droit de la musique
-ajout de pub si les crédits ne sont pas donnés, et autorisation sinon
-autorisation sans condition, ContentID étant alors un simple outil statistique pour permettre de trouver les réutilisation des musiques

Il est probable que pour le cas de la vidéo du Moellon Project, Kidjazz ne dispose pas de ce choix, son intermédiaire impose très probablement l'option 3 histoire de collecter son pourcentage sur la collecte des droits d'utilisation.

Mais ça m'intéresse fortement tout ça, car je n'ai jamais eu connaissance d'une réutilisation de mes musiques dans une vidéo. Mais si comme l'indique Josh Woodward, 95% des YouTubers ne crédite pas correctement les artistes, il est probablement normal que je n'ai rien encore vu passer sur mes Google Alerts "Me In The Bath" ou autre.

Je publie de la musique en téléchargement gratuit, cela fera treize ans ce printemps, et par ce biais ma musique a été largement disséminée.

Parfois en respectant mes volontés synthétisés dans les licences sous lesquelles sont placés les morceaux ou via une autorisation spécifique de ma part, comme par exemple quand @monpauvrelieu ou @Equilibre redistribuent ou redistribuaient mon catalogue sur les réseaux P2P, quand @monpauvrelieu (encore lui) republie certains de mes albums sur archive.org, quand @Gabite distribue le split album que j'ai sorti sur son label via Bandcamp ou Mediafire, quand @Matmix a enregistré et publié sur YouTube une reprise d'un morceau que j'ai composé...

Parfois en dépit des exigences que j'ai quand à la distribution de ma musique (les usages commerciaux ne sont pas permis pour la plupart de mes créations musicales), je connais au moins quatre sites internet qui vende/vendait mes morceaux ou les proposent/proposaient en streaming financé par la publicité, sans mon autorisation.

J'ai donc remplis une demande de compte ContentID (YouTube accorde ou non les demandes au cas par cas, selon qu'elles leur semblent ou non justifiés). Après je sais pas encore, vais-je essayer de monétiser sur toutes les vidéos, vais-je juste demander une indication de paternité adéquate, et y'a-t-il seulement des personnes qui auront utilisé mes musiques ? Ça me semble intéressant de tenter l'expérience, pour voir si l'outil est utile, je vous ferai bien entendu part de mes retours.

Comme le notait Monpauvrelieu dans sa récente interview pour la section témoignages de la documentation de Musique Libre, ContentID est largement utilisé par les éditeurs pour pratiquer la copyfraud, ce qui l'a poussé à quitter Youtube. En particulier, les labels de musique classique déposent leurs enregistrement, pour lesquels ils ont des droits, mais bloquent les vidéos de ré-interprétations des mêmes compositions, sur lesquelles il n'ont aucun droit, car le compositeur est mort depuis des siècles et la partition en elle même est dans le domaine public depuis longtemps. Est-ce moral d'utiliser à mon tour cet outil alors qu'il sert les intérêts des fraudeurs ? Je ne sais pas. De toute manière il est encore possible que YouTube m'en refuse l'accès, on verra bien !

Comme je disais je vous tiendrai informé. Byebye à tous et toutes !
Mots clés:

Réponses

  • Hello,
    et du coup alors, quelques mois plus tard, verdict ? :)
  • Oh, ça tient en quelques mots : quand on est pas Universal (ou Josh Woodward, niark niark niark), on peut toujours s'amuser à écrire à YouTube, mais c'est à peu près aussi efficace que d'attacher une lettre à un ballon gonflé à l'hélium en espérant qu'elle arrivera à son destinataire.

    Je n'ai pas eu la moindre réponse, ni dans un sens ni dans l'autre... J'imagine que si j'avais une musique utilisée dans une vidéo sans mon consentement et que je posais une plainte pour droit d'auteur j'aurais tout à coup beaucoup plus droit à leur attention... Mais comment peut-il être humainement possible de scruter YouTube dans son intégralité ? Je peux difficilement me trouver les 169 heures de travail que ça doit nécessiter quotidiennement... ContentID est théoriquement là pour résoudre cette problématique... Mais on peut toujours rêver, quand on est un musicien indépendant, pour y avoir accès.
  • Toute la problématique des bases de données aujourd'hui :) Peut-être que la blockchain permettrait de résoudre ce genre de soucis si la technologie est suffisamment ouverte à tous...
  • shangril a dit :

    ContentID est théoriquement là pour résoudre cette problématique... Mais on peut toujours rêver, quand on est un musicien indépendant, pour y avoir accès.

    Shangri-l, du coup, comment ça, tu parlais d'avoir fait ta demande mais donc ce n'est pas possible ?...
    aisyk a dit :

    Toute la problématique des bases de données aujourd'hui :) Peut-être que la blockchain permettrait de résoudre ce genre de soucis si la technologie est suffisamment ouverte à tous...

    C'est quoi la blockchain ? :open_mouth:
  • ben oui Ladee voilà, j'ai fait la demande, et j'ai attendu, attendu, et personne ne m'a jamais répondu
  • Désolé pour la non explication.

    La blockchain c'est la technologie d'identification à l'origine des BitCoins. En gros, ça permet d'identifier grâce à un réseau décentralisé tous les acteurs d'un réseau, les fichiers, les utilisateurs ...etc... Peut-être très utile pour tracer les usages, ou pour la surveillance de masse...
  • shangril a dit :

    ben oui Ladee voilà, j'ai fait la demande, et j'ai attendu, attendu, et personne ne m'a jamais répondu

    Erf, le chiffre de ton ticket dans la liste d'attente devait partir sur une base de 200 000 moins ton nombre de vues... :) Bon ben, te reste plus qu'à promouvoir uBlock sur tes prochaines vidéos ;)

    Et du coup Aisyk, la blockchain ce serait quant à l'identification de contenu, ou le fait de simplifier la pose de contentID ?
  • Il y a une différence technique entre les deux types d'identification.

    ContentID compare des millions de formes d'ondes avec d'autres pour établir une identification, c'est facile pour des titres très écoutés, c'est faiblard pur des titres moins bien écoutés mais ça s'améliore, ça apprend au fur et à mesure... mais surtout ça prend pas mal d'énergies (scripts, temps machine, serveurs ... etc...)

    Blockchain c'est une identification à la source d'un fichier, comme un tag ID3. Plus besoin de comparer des formes d'ondes entre elles, il suffit de lire les quelques octets disponibles.
  • D'acc, merci pour l'explication sur la différence, et quand je pense à ce que ça implique de mettre un tag sur une musique mais qui prenne en compte aussi les bouts partiels de ce fichier musical, je veux dire, tagger récursivement sur les fragments, j'ai le vertige ;)
  • Une petite vidéo sur la blockchain :
  • Hihihi au début quand il a dit "révolution", avec les lettres en rouge j'ai cru lire "bolchévik"

    Mais d'accord donc, merci, c'est beaucoup plus clair !
  • J'ai regardé la vidéo, et j'aime bien la conclusion, un truc dont je me rendais pas compte dans le potentiel d'une technologie d'authentification décentralisée :

    Tout ce qui requiert actuellement une centralisation pour permettre la gestion de l'authenticité de l'identité pourrait se déplacer... Depuis des services web centraux, régis par des intérêt privés... Vers un ecosystème d'applications qui partageraient tel ou tel protocole ouvert -un usage, un protocole, que n'importe qui pourrait implémenter ; et j'imagine que pour le public il y aura une transition à faire, de ne plus dire "j'utilise (nom de marque)" mais "j'utilise ([un client pour] tel protocole applicatif)".

    Et du coup ça augure d'une ère qui pourrait bien s'annoncer intéressante, avec une disparition des tiers -qui auront entre-temps amassé les millions, je m'en fais pas pour eux- qui jusqu'à présent étaient les intermédiaires nécessaires (un mal nécessaire ? ) entre les citoyens et leur(s) vie(s) numérique(s).

    Du coup je suis un peu en mode "choc du futur" là, ce bon vieux futur a encore fait un bon en avant et je dois rattraper le lag :)

    Je comprends mieux, aisyk, l'enthousiasme que tu as manifesté sur le salon irc ou ailleurs à propos de cette techno, qui m'avait au début laissé un peu sceptique - car les premières infos que j'ai eues avaient des relents du monde des corpos qui m'avaient laissé un peu froid... Mais je me dis, dans les mains des dev de libre, wow, y'a quelque chose à faire !

    Bonne nuit tout le monde
  • Ha ben j'aime bien ton idée/remarque, Shangri-l :open_mouth:

Ajouter un commentaire