Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! ⋅ Parcourir l'archive musicale Dogmazic ⋅ Notre Blog
Notre Documentation

Cherche intégristes barbus.

135

Réponses

  • __sam veut-tu bien cesser de faire le Rondot !!! dF, tdBt suffit les acronymes et mouiller des manipulateurs qui n'ont rien à voir avec le "flux clair". Je ne connais pas cette personne et je n'étais au courant de rien. Qui êtes vous ? Rendez moi mes carnets !!! une truc rouge à Lille ? des bolcheviks oui. M'étonne pas que cette engeance ai infiltré la capitale de ce pays corrompu et ses éléments les plus pertubateurs* ! toutrapyzokrasneaJ# !!!!

    signé : Laoud.

    * : pour qui hais la chansonnette évidemment ;)
  • Bon, allez, je vais cracher le morceau :

    Oui, la nébuleuse Dogmazic/pragmazic/automazic ; Libre Accès ; existe bel et bien ; et n'a de facto qu'un seul et unique objectif : manipuler vos rikikis cervelets d'artistes naïfs, afin de faire de la thune, de la caillasse, du blé, de l'artiche, du pèze, de la fraiche, des sous, sans aucun scrupule !

    Juste (par exemple) pour le plaisir de sentir de veloutées pelletées de billets de 500€ dans sa banane Woui Thon.

    1200316848.jpg

    Là où c'est marrant, chers artistes, c'est que par rapport à d'autres exploiteurs de votre incommensurable couardise vaniteuse, nous avons ajouté un ch'tit vernis éthique* à notre machine à flouze :wink:

    vnatrc_bussiness.jpg

    Comme ça on se paie le luxe ultime de brouiller les pistes encore plus que nos amis du web deux et rots. Et ce n'est pas des empaffés comme vous qui iraient y entraver quelque chose ! Votre ego vous empêche de voir autre chose que la surface des conspirations et complots ourdis en permanence et de tout temps contre vous (enfin surtout contre votre valeur ajoutée).

    La preuve éclatante de mes arguments implacables et si merveilleusement bien formulés, c'est que vous vous faites grave pigeonner dans le système classique. Alors dès que l'on vous propose un bobard encore plus pourrave (la musique libre, en l'occurrence), vous sautez dedans à pieds joints en croyant que c'est la panacée universelle. Je m'en décroche la mâchoire à chaque fois que j'y pense :lol:

    Hé oui, c'est triste à dire, mais vous vous ferez toujours enfler par des malins (un peu ladres, dans notre cas, faut l'assumer).

    Merci pour tout en tout cas, je suis au regret de prendre congé de vous, car je dois regagner illico ma modeste demeure (mon temps est précieux), et vous, vous avez du pain sur la planche : je dois payer mon prochain loyer, et je compte sur vous mes amis (c'est un ordre) :arrow:

    774.jpg

    P.S. : J'en tire aisément la conclusion qu'il y a des barbus qui s'ignorent. :mrgreen:

    * Formule simple : Du formol pour bien sentir le poids de la vie + du viagra pour générer les remords de ne pas pouvoir en profiter
  • Chers amis,

    Ce fil commence a me gaver grave. Il me semble que les questions que je pose sont légitimes, et j'ai fait mon possible pour ne pas tomber dans la caricature!

    Or je trouve ça dommage que vous discréditiez tout ceux qui émettent des critiques en nous traitant de conspirationnistes paranos. Je trouve ça.... pas a la hauteur de dogmazic.
  • Tumilte écrit:
    Or je trouve ça dommage que vous discréditiez tout ceux qui émettent des critiques en nous traitant de conspirationnistes paranos. Je trouve ça.... pas a la hauteur de dogmazic.

    En effet...
    dogmahaut.png
  • Mais encore?
  • Bé j'en sais rien moi...
    Allez, je retourne à mon brunch : "Ernest, ces œufs mollets sont catastrophiques, vous êtes viré !"
    Le petit personnel n'est plus ce qu'il était...
    Bye Bye les aminches :)
  • Ils sont dans nos cuisines maintenant les intégristes barbus :


    Flo
  • Pola-k écrit:
    LaSp écrit:
    oui Lille c'est bien mais pour l'instant je ne bosse pas alors c'est un peu dur, vu que je ne connais pas tant de monde que ca ici.

    Mais…mais… y'm'semble bien qu'on devait boire un coup avec toi et By-K et les Natsh et autres libristes lillois pour te souhaiter la bienvenue, non ?
    Ou est-ce qu'on a loupé le train, tous ?

    Bon, pas grave, on a la solution pour rompre ta solitude : Les jeudis rouges !
    > Rendez-vous tous les jeudis soirs au [rouge] à partir de 21h. T'auras droit à au moins deux lives par jeudi soir, avec une large proportion de libre dedans (dommage même qu'on ne puisse pas programmer que ça faute de matière suffisante dans la région !) … l'entrée est gratuite, et y'a même un buffet offert en prime !

    Au programme ce jeudi soir : Thierry Blanchard (Paris) + Fante (Lille) + Kilroy (Suède).
    Je t'en dis plus sur les groupes uniquement si ça t'intéresse, j'ai comme un coup de flemme, là.

    Sinon, ben j'en profite pour passer le message aux libristes du Nord (voire même d'ailleurs) qui cherchent une scène à Lille… notre contact : special[tiret haut]sonore[at] gmx [point] fr

    Le problème des jeudis rouge c'est qu'il y a une sacré marche du métro, en qu'en plus, pour une raison obscure, le jeudi soir c'est le soir des poubelles à Lille dans le vieux Lille (soit 2e quartier des bars)
    A ca tu rajoute les voiture qui se garent sur des trottoirs minuscules, donc plus qu'a marcher sur les routes, mais même pavés, et toutes petites rues, ils roulent à 50 qd mm
    Donc je me tape en tout 40 mn de voyage aller pour les jeudi rouge alors au bout de 2 ou 3 j'ai fatigué.
    Et comme le métro fini à 00h il faut que je parte tout de suite à la fin, même pas le temps de causer.
    Je me justifie beaucoup mais c'est parce que je me sens coupable de pas venir vous soutenir tout les jeudis

    Enfin je suis content d'avoir pu voir Jullian Angel grâce à ca, mais par contre j'ai loupé Sam
    D'ailleurs je me rends compte que c'est pas la première fois puisqu'il se pointait tout le temps à Stras. Et après il m'accuse de cacher de choses ....
    Enfin la pour Thierry Blanchard je vais essayer de passer.

    Désolé Tumulte si j'introduis du privé dans ton post revendicatif, si ca peut te rassurer je ne te trouve pas parano, mais je ne suis pas sur qu'un fork de dogmazic soit la solution
  • octobre 2009 modifié
    Tumulte écrit:
    Mais en revanche, c'est un fait, dogma devient de plus en plus un acteur publique, et -de fait- oui dogmazic devient plus consensuel!

    Et ENCORE UNE FOIS, ça n'est pas une mauvaise chose! Encore une fois je préfère un milliard de fois que ça soit dogma plutôt que n'importe quelle autre plate-forme...

    Du coup, la critique radicale (je parle d'intégriste barbu au second degré) risque d'avoir de moins en moins sa place ici....

    D'où question : faut il maintenir une critique radical ici sans concession - quitte a priver Dogma de certains accès, ou au contraire, faut-il laisser un peu d'air a dogma et mettre la critique radical "a côté" dans un autre site ou dans une mailing?

    Honnêtement, ne trouvez-vous pas que la question mérite d'être posée?

    pour revenir au sujet du fil avant d'avoir besoin de le forker sur un autre,

    "dogmazic devient-il plus consensuel" j'entends cette formulation dans la mesure où dogmazic.net étant un site géré par l'association Musique Libre !, l'association ayant un rôle public de plus en plus étoffé (non en tant qu'acteur public consensuel, mais intervenant et invité dans le champ public), et la communauté du site, l'équipe de l'association, ont des échanges, un des lieux d'échange étant le forum, l'évolution du rôle de l'asso influerait sur le discours, dogmazic deviendrait consensuel ?

    je ne crois pas en fait que dogmazic devienne plus consensuel, ni que personne ni dans l'équipe ni dans la communauté, n'en ait envie.
    c'est plus compliqué parce que simultané : il y a étoffement du rôle, il y a le projet automazic, notamment, par lequel l'action de l'asso et le site ont un écho auprès de publics plus larges ou différents.
    il y a aussi contexte, situation actuelle générale, où les débats sur hadopi, la rémunération au premier plan et occupant tout le terrain (ça il faudra que j'y revienne, qu'on se fade ce truc-là, parce que c'est réducteur et endormant), plein de mouvements de fond, de plaques tectoniques qui bougent selon des axes pas forcément clairs ; dans ce cadre, la culture libre arrive à un certain degré d'exposition, de reconnaissance, de masse critique, certes fragile, embryonnaire, où l'on voit arriver plein de gens nouveaux, des néophytes, des acteurs économiques flairant le bon coup, des intéressés mais qui n'ont pas toute l'histoire et des parcours différents, etc...
    du coup ça tangue.

    là-dessus viennent des débats "internes" au sens large, je ne vais pas refaire l'historique agité du forum et de ses alentours depuis quelques mois, avec discussions, débats violents, critiques extrêmement acérées et argumentées, tout ça ok, mais, inévitablement peut-être, mêlés de violences gratuites, d'arguments ad hominem ou affectifs venant pour part de discussions non tranchées d'avant et enkystées, etc.
    je ne demande pas que ça reparte pour un tour pour interpréter mon interprétation et récit dans ce message. surtout pas, même (ou alors que ça forke sur un autre fil... ;) mais même pas en fait.)

    tout cela entre en ligne de compte dans le dernier "règlement de comptes à ok dogma", où, notamment, l'argument du "vous pensez mais n'agissez pas / vous agissez sans penser" s'en est donné vigoureusement à coeur joie, brouillant le fond de la discussion.
    cette ou ces violences-là ayant, pensé-je, affadi la critique radicale autant que le débat réfléchi.

    laquelle critique radicale a sa place ici, comme toute autre position, toute tentative d'argumentation ou tout essai de dialogue. vous le savez bien, ce forum est très peu modéré. il n'y a même pas, au point que c'est peut-être un manque, de "communauté d'admin ou de modération" exerçant l'animation.
    mais par contre il y a des discussions profondes et passionnantes, une somme de connaissances, expériences, ratiocinations, ballons d'essai, critiques, échanges, qui se pose un peu là, en toute modestie le dis-je, puisque c'est vous les auteurs du forum. et ceci est précieux, pour moi, plus qu'une belle modération bien lissée. c'est imparfait. mais ce qui est parfait ne marche pas, ne bouge plus, est achevé.

    donc continuons à être acérés, radicaux, argumentés, tranchants. c'est bien. il y en a besoin.
  • donc continuons à être acérés, radicaux, argumentés, tranchants. c'est bien. il y en a besoin.
    tu souhaites que je recopie ici mes remarques publiées ailleurs au sujet d'un certain texte de présentation d'un certain festival se tenant dans les jours qui viennent ?
    tu crois vraiment que ce genre de commentaires acéré, radical, tranchant a là moindre chance de passer sans provoquer de nouveau un clash du genre SARD ?
    si c'est ce que tu crois bituur, j'ai peur que tu sois le seul à le croire

    (sinon je rappelle que "intégristes barbus" était au départ une blague - avec dogmazic version jihaad - produite par les radicaux du forum eux-mêmes : c'était donc de l'autodérision. L'autodérision un destin bizarre quand je lis les derniers posts. En même temps, c'est de bonne guerre, je me gène pas de mon côté.. donc, no problemo )
  • dana, tu peux recopier si tu veux, mais je serai le premier à te dire, comme je l'ai dit sur outsiderland, qu'une bonne part de ta critique sur ledit texte de présentation est formulée d'une manière si exorcisante et objurgative qu'elle en devient inopérante : elle n'ouvre pas à la réflexion, elle taille à la hache. tu auras beau jeu de me rétorquer : tu viens de dire "allez-y, soyez radicaux et tranchants". certes, je l'ai dit et le maintiens. radicaux et tranchants. mais au lieu d'épandre un voile de napalm, certes fort bien construit, implacable, cependant sans réplique possible dans son outrance, je ne crois pas que tu puisses obtenir ni même susciter une réflexion chez ceux que tu critiques en armant si fort ton discours. entends-moi bien : il ne s'agit pas de l'affadir, mais de lui tenir le mors, un tout petit peu quand même : il n'en ira que plus droit.
  • ok
    alors plutôt que :
    "je trouve ce texte dégoulinant de niaiserie, cette espèce de futurologie neuhneuh, c’est pas avec ça qu’on va pouvoir penser quoi que ce soit"
    vaudrait mieux écrire :
    "la perspective défendue par l'auteur me paraît aborder les rivages d'une utopie dont je ne suis pas certain qu'elle serve la cause qu'il défend"
    ok
    ben sans moi
  • tu ne m'as pas compris.
    au lieu de : "foutre con, si c'est avec ce genre de dégoulinaiseries sectoïdes totalement ignorantes de l'histoire, se complaisant dans une vision futuro new age de merde de l'art et de l'humanité, putain mais c'est pas possible, le libre ç'est bientôt pire que la sciento"
    plutôt aller vers : "il y a un problème avec ce texte, c'est la conception de l'histoire de l'art et de l'humanité qui le sous-tend. quand même les gars, avez-vous réfléchi à ce qu'implique telle formulation : "blah". si on veut être cohérent c'est juste pas possible, parce que "bleh", "blih", sans oublier "bloh". discours à revoir, sérieusement. parce que là ça fait du tort au schmillblick"
    même ça, sans toi ?
  • sachant que je me doute bien que tu m'as bien compris, et tu te doutes de même que je t'ai compris...
    tous nos "alors plutôt que", "vaudrait mieux écrire", "au lieu de", "plutôt aller vers", peuvent très bien être considérés comme les diverses facettes d'une même boule disco. mais ça justement j'aimerais le discuter. je suis sûr que certaines des facettes proviennent d'autres boules. toutes ont été collées - semblent l'être, sur la même, mais non.
  • comprendo
    mais j'ai plus la patience
    et puis : tu supposes que c'est la même boule qui miroite là, qu'il suffit de se place dans des perspectives différentes pour en apercevoir plusieurs facettes
    or
    plus ça va plus je me dis qu'à force ça va plus être la même boule du tout
    parce qu'on emploie les mêmes mots (p.e. licence libre, art, culture etc.) on est en venu à croire qu'on parlait de la même chose, mais plus ça va, plus je crois que L. Kratz, Eisse, Antoine Moreau (et pourquoi pas Bituur, Dana) ne parlent pas de la même chose
    tu vois : le mal est profond (la femelle ne l'est pas moins mais c'est une autre histoire)
  • @Dana et aux autres d'ailleurs...
    Juste une remarque simple:
    Je ne crois pas que l'on soit en mesure, en fait que l'on ait les moyens de se disperser, de s'opposer sur des problèmes sémantiques ou des problèmes de "postures" , dialectique, face à l'évolution environnementale dont je causais ailleurs (sais plus où).
    Peut-on se permettre ce luxe, soit nous avons tous notre vision, notre "idée" de la façon dont on peut défendre, promouvoir, "donner à connaitre" les cultures libres, pendant que nous nous affrontons/débatons sur des sujets périphériques (j'ai leu le post en question sur outsiderland), s'organise une récupération de l'objet même des cultures libres, la base constituée d'un côté par les moyens de dissémination et de l'autre par les outils juridiques le permettant.

    Cette récupération a de multiples facettes (web.zéro, sainte rémunération de l'Artiste obligatoire par idéologie ou intérêts, postures politques anti-hadopi et j'en passe).

    Cette récupération se fait par des organisations qui n'ont à la base rien à voir avec les cultures libres, par des personnes politico-médiatiques qui n'ont jamais de leur vie touché un instrument de musique, pris une photo, ou imaginé un scénario.

    Cette récupération sera bientôt financée par les institutions qui se font prendre pour des imbéciles (pour être poli) et qui, une fois de plus ne "sentent" pas les enjeux réels ou font de l'autisme comme d'hab non pas pour protéger un lobby ou l'autre mais peut être plus par pure ignorance du sujet.

    Alors, non, je ne crois pas que l'on puisse se permettre ce luxe, que les cultures libres soient tellement développées qu'elles puissent donner le change à l'industrie en toute tranquilité, non et non, les divisions qui apparaissent sur des sujet plus que légers nous détournent de ce que nous construisons tous ensemble, avec nos différences qui sont une force face au formatage.

    En continuant dans ce sens, nous ouvrons tous ensemble grande les portes aux Kratz, Sard, contribution créative, et autres pseudos penseurs du libre ou imposteurs (qui ne font pas cas de notre engagement et méprisent nos actions/idées), nous confortons certains responsables d'organisations industrielles (snep ou autres) qui nous considèrent comme des "rigolos".

    Tous les discours ont leur place dans ce qui nous préoccupe, que cela soit un discours radical , faussement consensuel ou new age techno débile, du moment qu'à minima on a de vrais débats et non des dialogues de sourd chacun dans son coin.
    Quelques mois auparavant je publiais une petite tribune sur dogmazine tentant d'expliquer un peu cela (entre autres) et le danger que représente l'éclatement, le fait de laisser une place inoccupée sur ces questions dans le débat public, malheureusement je ne m'étais pas trompé sur la lente évolution qui mènera à terme à l'assimilation des cultures libres dans le champ industriel.

    On a sans doute oublié l'origine, le fond, pour se disperser dans le superficiel , le périphérique et c'est bien dommage et à ce titre je trouves que nous avons une forte propension à scier joyeusement la branche sur laquelle nous sommes assis.

    A mon sens il est grand temps de nous "compter" de travailler à une charte qui explique bien et une bonne foi pour toutes le sens de nos engagements et là où nous souhaitons aller (sans démagogie) , de publier des ouvrages sur le sujet (comme les tartuffes divers )d'en faire la promotion (au lieu de rester entre-nous) et rentrer dans le lard de tout ce joli monde avec force convictions (on peut toujours rêver, c'est gratuit...), on arrivera alors à parler peut être de la même chose avec bien entendu le delta de nos visions perso, mais il ne me semble pas que cela soit incompatible au final, mais bien enrichissant en réalité.

    Le débat de fond est pourtant fort simple:

    Choix 1: Les cultures libres doivent être assimilées au champs culturel industriel et constituer un produit d'appel gratuit valorisant la culture professionnelle, seul moyen de leur donner un echo important auprès de tous les publics permettant à terme une fusion entre gestion collective et gestion individuelle "optionnelle et promotionnelle".

    Choix 2: Les cultures libres doivent se construire et évoluer par elle-même non en opposition mais en parallèle à l'industrie dans une perspective d'alternative sérieuse pour les publics comme pour les artistes dans le cadre d'une séparation stricte entre la gestion collective et la gestion individuelle.

    L'aspect économique n'étant qu'une partie, importante soit, mais certainement négligeable de cette question de fond essentielle.

    Perso j'ai choisi mon camp...Et j'ai plus la patience non plus.

    ++
  • Choix 1: Les cultures libres doivent être assimilées au champs culturel industriel et constituer un produit d'appel gratuit valorisant la culture professionnelle, seul moyen de leur donner un echo important auprès de tous les publics permettant à terme une fusion entre gestion collective et gestion individuelle "optionnelle et promotionnelle".

    Choix 2: Les cultures libres doivent se construire et évoluer par elle-même non en opposition mais en parallèle à l'industrie dans une perspective d'alternative sérieuse pour les publics comme pour les artistes dans le cadre d'une séparation stricte entre la gestion collective et la gestion individuelle.

    Choix 3 : Les cultures libres doivent être assimilées au champs culturel industriel lorsqu'elles sont utilisées dans le marché. Dans le champ hors-marché (champ restreint mais qui sera amené à s'étendre avec le temps et grâce à la "puissance" des cultures libres), les cultures libres continueront à se construire, évoluer. Ainsi, hors marché, ou dans le marché, elle constitueront une alternative sérieuse pour les publics et les artistes.

    Je coche la case 3.

    aparté : Dana, on part ou on revient, on peut pas faire le yoyo indéfiniment :) (blague inside hein, étant assidu lecteur de ton blog canal historique et ayant apprécié l'allusion 'new age 2.0 page d'accueil du site de ségo' )
  • @Sam

    De quel marché parle-t-on?
    Il me semble qu'il y a une différence à faire au départ entre l'illusion qu'un "marché" existe et la réalité d'une industrie structurellement "à la rue" face à l'évolution d'une par de la dématérialisation des oeuvres et d'autre part du transfert de "budget" culturel des publics, reporté en peut de temps de la culture à la communication numériques et loisirs (téléphones portables, jeux vidéo en ligne et autres), qui reste le vrai problème que cette industrie doit traiter plutot qu'agiter le chiffon rouge du piratage.
    Si l'on ajoute à cela le fait que c'est un fabricant d'ordinateurs (transformé en fabricant de "pods" ou "phones" divers) qui gère 90% du marché de la musique en ligne et impose de fait l'environnement économique aux majors, je ne vois vraiment pas ce que peut apporter aujourd'hui l'industrie hormis perpétuer les chimères, l'axiome de base : "Tu verras, un jour tu sera un vrai artiste, connu et plein de pognon, signes ici".

    Si il s'agit d'intégrer le libre dans ce contexte où les artistes doivent être des "salariés" de maisons de disques (pour un tout petit nombre d'entre-eux), où les oeuvres doivent être formatées et les publics des consommateurs dociles, je ne peut souscrire à ce choix, tout en respectant le fait qu'il parraisse au départ intéressant.

    Il me semble qu'un front commun, un rapprochement entre les indépendants et les cultures libres serait bien plus profitable dans un avenir à moyen terme, sachant toutefois que cette économie représente 8% du "marché" en France, là où elle doit être (à vérifier) entre 15 et 20 % en grande bretagne par exemple (chercher l'erreur...).

    Mais je me répépette, c'est un aspect périphérique au débat de fond à mon sens.
  • sam ta case 3 est un truc mi-figue mi-raisin, qui finira dans la case 1.

    Et la puissance des LLD dont tu parle m'évoque la "viralité" des dites licences, or tu nie l'interêt de cet aspect, donc je capte pas trop comment tu veux rabibocher tout ça.
    "Le beurre, l'argent du beurre, et le c.. de la crémière" en somme.

    choix 2 pour moi. Même si mes options dans les LLD permettent au marché d'user de mon travail, dans la limite des clauses d'une GPL.

    dF
  • pour contourner le problème :
    vous êtes, d'après moi, dans la même posture que des écologiques durs qui disent :
    la voiture pollue, donc fermons les usines. les ouvriers n'ont qu'à se démerder, rien à battre.

    je suis dans une posture plus 'mi figue mi raisin', que dirai raisonnable :
    la voiture pollue, cherchons un remplacement alternatif, et ne mettons pas les ouvriers sur le carreau.

    (je trouve très interessante la remarque de christophe, j'y reviendrai quand j'aurai du temps, sur l'industrie culturelle qui se 'déporte' sur les i-truc ...)

Ajouter un commentaire