Pour nous contacter : soyez au rendez-vous sur IRC ! (voir : http://dogmazic.net/irc )

In The Terrain Miné ou Aventures dans le monde de la musique commerciale

Salut

J'ai une expérience en cours, et, à l'invitation d' @yza qui me l'a suggéré sur notre bon vieux canal IRC (venez-y, l'ambiance est cordiale et c'est là bas que beaucoup de choses se discutent et se mettent en place ! ) j'ouvre un fil sur le forum pour faire un retour d'expérience sur mes Aventures En Terrain Miné ; en d'autre mot je teste une distribution commerciale pour ma musique... Rassurez vous elle reste sur Dogmazic, Crem Road records conserve son site, tout reste gratuit et libre mais aussi...

...avant toute chose je précise que mon but, évidemment, en passant par une distro commerciale vers les plateformes de vente en ligne et de streaming sur abonnement, est bel et bien de devenir richissime et de collectionner les voitures de sport comme Jay K ! Enfin, euh, dans quelques millénaires alors, vu le nombre de millions de stream qu'il faut sur Spotify pour gagner un SMIC mensuel.

Parce que, oui, les distros commerciales c'est pas spécialement le Pérou ; ça au moins j'en étais conscient avant même d'avoir commencé à uploader la moindre chose là bas ; en fait, je suis allé demander conseil à @jawsberrebi qui est allé un peu défricher ce terrain si particulier, et bon, en plusieurs mois de présence sur les sites commerciaux, à ce qu'il m'a confié, il va lui falloir des années avant d'atteindre le seuil minimal de paiement par le service de distribution ; seuil minimal de paiement qui suffit plus ou moins s'il on veut acheter une paire de pizza en France métropolitaine.

Donc, si c'est pour attendre cinq ans pour gagner ce que je pourrais gagner en une après midi en jouant de la guitare au coin de la rue et en faisant la manche, vous vous demanderez peut être "mais Shangri-l, pourquoi veux tu aller vers Spotify et Deezer et Apple Music et Google Play ?"

En fait, et j'avais déjà eu l'occasion d'en parler par ici, il y a toute une frange du public qui considérerait juste comme raisonnable l'idée de payer pour avoir une musique intégrée dans un logiciel de lecture qu'elle connait, pour le confort d'utilisation et surtout parce que il y a plein de gens pour qui entrer une adresse de site web dans un navigateur c'est déjà trop technique, et je ne parlerais pas de devoir appeler le menu contextuel pour faire "enregistrer sous", voire importer ou ouvrir dans un lecteur de média un fichier qui aura été téléchargé et sauvé quelque part sur le disque

J'insiste lourdement là dessus. Perso j'ai découvert Dogmazic par un guitariste qui m'a dit, "va sur Dogmazic.net et cherche M. Tout le monde" ; et faire ça, c'est dans ma culture, je n'ai pas le moindre problème, et j'ai trouvé sa musique facilement et sans heurt. Mais il ne faut pas oublier que j'ai appris à programmer en même temps que j'ai appris à lire et écrire ! Je suis né avec un clavier dans les mains et tout le monde n'est pas dans mon cas.

En fait, il faut que je revienne un an en arrière. On m'a dit une fois de trop, en apprenant que je faisais de la musique "Et c'est pas sur YouTube ? ". Raaah. J'ai donc bloqué deux ou trois semaines pour basculer tout mon catalogue sur YouTube et me mettre à portée d'un plus grand public. Un public auquel je ne peux pas dire "tu vas sur Dogmazic.net et tu cherches Me In The Bath".

Ma chaine YouTube se porte bien, merci. Certains mois elle dépasse les 150 vues et je regrette absolument pas ce move ; ni le petit surcroit de travail qu'implique de publier là bas aussi.

Mais c'était pas encore assez. On est encore venu me voir. On m'a parlé de Spotify. Ben oui. Y'a des gens, je date un peu et j'en avais pas tellement conscience, pour qui le concept de bibliothèque musicale est complétement surrané et qui streament, qui streament, qui streament, pour le prix d'un abonnement mensuel modique ils ont accès à toute la musique du monde... Sauf la musique de la scène netaudio, qui demande de savoir faire un "enregistrer sous" !

En fait on en discutait ici depuis longtemps (je l'ai déjà dit) et j'avais exprimé l'idée que je serais tout à fait près à distribuer ma musique sur les services commerciaux, si c'est pour toucher un plus large public qui n'arriverait pas à l'obtenir sans celà. Seulement je retardais de cinq bonnes années. Je croyais encore qu'il me faudrait m'acquitter d'un droit d'entrée de 25 euros par album ; mais ça c'était il y a cinq ou six ans... Depuis les choses ont évolué !

Et je viens donc ici vous parler de mes expérience des distro de musique numérique disponibles, maintenant que cette petite introduction sur mes buts et mes motivations est terminée.

(à suivre)

Réponses

  • En effet, moi aussi on me l'a pas mal dit et j'en rageait souvent : la mise en ligne sur des plateformes telles que Spotify et iTunes m'étaient inacessibles, mais un ami m'a montré comment procéder sans dépenser sans arrêt de l'argent, etje le remercie pour ça.
  • Si ça te dis, on pourrai le diffuser sur musique-libre.org/doc ce serait utile pour pas mal de gens !
  • Je sais pas Aisyk, c'est des infos qui se périment très vite, dans deux trois ans tout sera très différent de ce que c'est maintenant, je parie !
  • décembre 2017 modifié
    Enfin, bon, je continue donc mon histoire palpitante...

    J'ai donc pu trouver un service qui ne demandait ni droit d'entrée "par album" ni paiement d'un abonnement annuel... Mais qui par contre prélève 15% sur toutes les rentrées d'argent.

    En fait, on m'en avait proposé un autre, qui lui laisse 100% des bénéfices, mais demande un abonnement annuel. L'abonnement annuel se monte à 19$99, ce qui est encore raisonnable mais... Ce n'est que pour un seul "nom d'artiste". Ensuite, ça monte vite, et pour mes divers projets soigneusement cloisonnés ça aurait représenté une trop grosse somme annuelle (avec peu d'espoir de la rembourser via les royalties) ; je ne suis donc pas allé plus loin avec eux, mais je me suis lancé sur la distribution "avec pourcentage retenu".

    Déjà il faut savoir une chose... Ils n'acceptent que le format .wav stereo 16 bits 44100hz ; j'ai du donc réencoder toute ma bibliothèque musicale dans ce format (non compressé)... J'aurais préféré pouvoir proposer du .flac !

    Aussi, ils demandent des images de pochettes en jpg uniquement, de 1500x1500 pixels minimum. Heureusement j'utilise généralement le 2500x2500 pour créer mes pochettes, mais généralement du PNG ou du GIF...

    J'ai donc du scripter l'utilitaire convert pour convertir toutes mes pochettes en jpg... Et comme ils précisent bien qu'elles ne doivent pas être "upscaled", sembler en basse résolution, je redoute un peu que mon esthétique retro-agressive à base de gros pixels ne me vaille un jour une pochette rejetée.... Pour le moment, là j'upload ma dixième release et c'est pas (encore) arrivé... Je croise les doigts.

    Sinon, donc, le processus d'upload est extrêmement fastidieux. Comme le format .wav ne gère pas les metadonnées, il faut renseigner tous les titres manuellement.... Aussi, et ça c'est général avec les uploads en http avec ma connexion internet qui n'est pas un cheval de course... En cours d'upload ça me déconnecte d'IRC... Grrrr.... Surtout qu'avec les .wav un upload d'un petit album peut facilement passer les une heure !

    Notez qu'il est possible (et ça c'est cool), lors de la création de l'album chez le distributeur, de diviser les revenus entre les divers musiciens qui ont participé au projet... Ça ça me servira plus tard, pour le moment j'upload mes albums purement "solo".

    Mais donc, pour résumer, des pages de formulaire à remplir, des uploads en .wav qui durent... Longtemps ! Et pour finir une validation de l'album qui prend quelques jours (variable suivant les services, de 2/3 jour pour arriver sur Spotify à plus d'une semaine pour arriver sur iTunes... Et encore, sur Amazon MP3 et sur Google Play mon premier upload n'est même pas encore là bas ! )

    Et donc la validation de l'album, ahahahahahah, là ont commencé les surprises !

    Déjà j'avais un album enregistré dans ma chambre direct en une prise, dans les conditions du live donc, qui s'intitule 20110210 Live Acoustic Session... Et bien, on m'a demandé de changer le titre ! Parce que "dans un live on doit entendre les cris du public et les applaudissement".

    Donc j'ai resoumis l'album renommé et la pochette modifiée pour masque ce "live" qu'ils ne sauraient voir, et il a été accepté...

    Et là autre surprise, sans m'avoir le moins du monde prévenu, le service a renomme "Just A Few Words And Interlude 2" (parce qu'il y a deux interludes sur cet album) en "Just A Few Words / Interlude" !

    Ensuite, c'est devenu de plus en plus gratiné avec 20110406 Impro : j'ai eu un warning "attention votre chanson contient un numéro de piste, ce qui est interdit". Bon j'ai outrepassé le warning, et l'album a bel et bien été publié, quoique avec un peu plus de délai que d'habitude...

    Mais ensuite, pour "The New Album Of The New Music", on m'a dit qu'on ne peut pas utiliser de titres généraux, comme "beat 1", "Track 5" etc etc, par ce que "ça rend plus difficile à l'auditeur de retrouver les morceaux dans sa bibliothèque". Bon ok, j'ai renommé l'album et refait la pochette, "The New MITB Album Of The New MITB Music", j'attends qu'il soit validé là, j'espère qu'il va passer !

    Donc ce que je retiens pour le moment :

    Tous mes live electro, je vais devoir enlever le mot "live" du titre et changer les pochettes, parce qu'on entend pas de public qui hurle....

    Mes plus vieilles chansons, #2, #3 et #5, je vais devoir leur trouver des titres plus parlants, par ce qu'elles ont actuellement des titres génériques et c'est interdit...

    Et voilà pour les news ! Je pense que j'aurai plus grand chose à écrire niveau mauvaises surprises dans le futur ; j'ai plus qu'à attendre trois quatre mois pour voir combien de centimes j'aurai gagné en cette fin d'année 2017 !
  • C'est intéressant, mais j'ai une question: est-ce que ces agrégateurs qui distribuent ta musique ne requièrent pas que tu leur délègues tes droits, et si oui est-ce compatible avec le fait de diffuser sa musique sous licence libre par ailleurs?
  • J'ai testé (ça fait un an) et j'ai jamais eu de problème de copyright sur mes vidéos sur YouTube. Je vais ressayer sur une autre chaine avec un morceau et je vous ferai part de mes impression, pour l'instant, R.A.S.
  • C'est pas à YouTube que je pensais mais aux agrégateurs qui mettent ta musique sur Spotify et autres.
  • À priori non, pas à ma connaissance.
  • Je pense pas qu'un service comme ça, dans un milieu aussi hautement concurrentiel, pourrait se permettre de jouer un mauvais tour aux zicos ; la première génération de distributeurs numériques n'a pas fait long feu (Zymbalam et consorts) et si le service s'arrogeait des droits abusifs comme "interdire de diffuser sur d'autres sites" ou "interdire de placer le titre sous LLD" il n'aurait aucune chance de durer dans cette jungle du business ; mais il faut que je regarde de plus près le "distribution agreement" pour pouvoir parler de manière certaine. De base, les CGU du site ne cachent rien de mauvais en tous cas.

    Mais pour moi le vrai soucis c'est le total déni de l'existence même des licences libres (aucun moyen d'indiquer un crédit ou une licence, ça n'est absolument pas gérés par Apple, Google et consort)...

    Donc pour publier ma propre musique, je veux bien me donner à moi même l'autorisation de la diffuser sans satisfaire à l'obligation légale de mentionner la licence. J'en ai le droit puisque c'est ma musique mais...

    ...Pour mon remix d'Emptytude de MonsieurPaulLeBoulanger, je ne peux pas d'avantage satisfaire à cette obligation qui est mienne de mentionner que le titre est sous Licence Art Libre, dérivé de l'oeuvre elle même sous Licence Art Libre de MPLB. Donc, c'est juste impossible pour tout un pan de la musique libre, celle qui se construit collaborativement, d'"exister" sur ce genre de plateforme.

    Bon réveillon tout le monde.

  • ...À moins bien sûr de demander à MonsieurPaulLeBoulanger un renoncement à cette clause de la licence qu'il a choisie pour sa musique, et, pourquoi pas, en lui proposant une part du revenu des royalties en contrepartie.... Mais je sais pas si j'oserais aller déranger le Maitre pour si peu.
  • À vrai dire, les grandes plateformes "bousculent" sans arrêt les musiciens sous licence libre pour qu'ils soient inconnus du grand public aveuglé par le mainstream...
    Faudrait quelque chose pour arrêter ça, j'ai vu certains musiciens (qui sont des maîtres dans leur art, pour moi en tout cas) publiant leur musique sur iTunes et gardant certains de leur albums sous licence libre.
  • Bon je reviens "au rapport"...

    Je dois avouer que ce petit jeu commence à sérieusement me lasser. Comme je disais, on m'a refusé 'The New Album Of The New Music' avec comme raison 'titre trop générique'.

    Je l'ai donc renommé "The New MITB Album Of The New MITB Music"

    Et là j'ai eu quoi, dans ma boite mail...

    ...Re-refusé, pour la même raison ! Avec en addendum "votre album ne doit pas contenir de 'time sensitive' informations comme 'new', dans sa pochette ou dans ses metadonnées"

    Du coup ça fait cinq six jours que j'ai plus rien uploadé là bas ; sachant qu'en tenant le rythme d'1 release en ligne par jour, il me faudrait 4 mois pour tout avoir sur les plateformes.... Ma moyenne chute sérieusement. Bon, déjà j'ai une dizaine d'albums là bas, c'est pas si mal... Mais je doute de ma capacité à me conformer aux règlements du marché érigés en lois...
  • C'est vrai que c'est énervant. Sur mon propre label, je voulais uploader le futur album d'un artiste. Le titre était "1ère Vague", j'ai dû le remplacer par "Première Vague".
  • Par curiosité, l'agrégateur que vous utilisez c'est Awal?
  • Non, Soundrop.
  • @BoneShadow pour répondre à ton doute sur la diffusion libre, j'ai testé sur un autre chaîne YouTube (la mise en ligne d'une musique que j'ai mit précédement sur Spotify) j'ai aucun problème donc ils ne contrôlent pas les droits et tu peux conserver en libre.

Ajouter un commentaire